L’Afrique se glisse à Cannes

Print Friendly, PDF & Email

Cette année encore, l’Afrique est présente au plus grand festival de cinéma du monde à Cannes, du 11 au 22 mai, par de multiples entrées.

L’Afrique, c’est d’abord des voix. Et s’ils sont absents de la compétition offi cielle, des réalisateurs africains, essentiellement du nord de l’Afrique, sont présents dans différentes sections. En sélection officielle, Un certain regard propose Eshtebak (Clash) de Mohamed Diab. Ayant activement participé à la révolution égyptienne de 2011, le réalisateur y revient dans cette histoire d’une fourgonnette de police où se confrontent activistes pro- et anti-Frères musulmans. Trois films sont retenus en séance spéciale de la sélection officielle. Chouf du franco- tunisien Karim Dridi, produit par Rachid Bouchareb et Jean Bréhat, où Sofiane, étudiant, revient pour les vacances dans sa cité des quartiers nord de Marseille. Son frère, dealer, se fait tuer. Sofiane intègre le réseau de drogue pour retrouver les assassins. Wrong Elements, un documentaire de Jonathan Littell sur la triste Lord’s Resistance Army, « l’Armée de résistance du Seigneur » de Joseph Kony. Dans les jungles du Congo et de la Centrafrique,des soldats africains, lourdement armés, mènent une chasse à l’homme sans fi n. Et Mahamat-Saleh Haroun présente Hissein Habré, une tragédie tchadienne, à l’occasion du procès du premier dictateur africain vivant qui devra répondre de ses actes devant une cour africaine. Court métrage en compétition officielle, La Laine sur le dos de Lotfi Achour se déroule dans le désert tunisien : en camion transportant des moutons, un vieil homme et son petit-fils se font arrêter par deux gendarmes. Pour qu’ils puissent repartir, la situation débouche sur la proposition d’un curieux marché… En 2006, la Franco-Marocaine Houda Benyamina fonde 1000 visages qui soutient les talents dans les quartiers populaires français, ainsi que les collaborations trans-méditerranéennes sur les scénarios. Elle est sélectionnée à la Quinzaine des Réalisateurs avec son premier long métrage, Divines : décidée, Dounia devient dealeuse mais rencontre Djigui, un jeune danseur qui la trouble… Son film serait à mettre en perspective avec Swagger d’Olivier Babinet, présenté à l’ACID (Association du cinéma indépendant pour sa diffusion) : un teen-movie documentaire avec 11 adolescents aux personnalités surprenantes qui grandissent au coeur des cités défavorisées de France avec des rêves et de l’ambition. De retour à la Quinzaine après son magnifique Rengaine, Rachid Djaïdani présente Tour de France, où un jeune rappeur de 20 ans obligé de quitter Paris, fait le tour des ports de France, sur les traces du peintre Joseph Vernet. Malgré le choc des générations et des cultures, il se lie d’amitié avec un maçon (Gérard Depardieu)…
Blessures et courage
Mais l’Afrique, c’est aussi une attention, une présence, dans les voix de ceux qui cherchent à en comprendre l’inscription dans le monde, faite à la fois de blessures et de courage. Sac la mort, 2e long métrage d’Emmanuel Parraud est programmé par l’ACID, un fi lm étonnant dans sa volonté de capter une tranche de vie dramatique en milieu créole réunionnais, un homme pris dans la tourmente de la mort dans un milieu où les croyances côtoient et s’allient à une Histoire de sang remontant à l’esclavage et ses séquelles. En compétition officielle, Loving de Jeff Nichols, jeune cinéaste américain à la pénétrante filmographie (Take Shelter, Mud, Midnight Special), s’attaque à l’Amérique ségrégationniste de 1958. Un couple mixte s’aime et décide de se marier, mais l’État de Virginie les poursuit en justice. Quant au film de Sean Penn, en compétition officielle, se révélera-t-il différent de ces spectacles qui utilisent les malheurs de l’Afrique comme un décor, renforçant les clichés désespérants ? The Last Face déroule une histoire d’amour entre Charlize Theron et Javier Bardem au Liberia, « dans une Afrique déchirée par la guerre » sur fond de débat sur l’aide humanitaire…
À l’opposé, Oliver Laxe, espagnol né en France et qui a vécu les neuf dernières an nées au Maroc, livre avec Las Mimosas, présenté à la Semaine de la critique, une oeuvre contemplative autour d’un périple dans le Haut Atlas marocain, confrontation des hommes à leur foi, à eux-mêmes, aux autres.

///Article N° : 13606

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire