Les Couilles de l’éléphant

D'Henri-Joseph Kumba Bididi

Print Friendly, PDF & Email

Un candidat aux élections ne peut s’empêcher de courir les jupons, mettant en rage son conseiller français en communication, baissant dans les sondages, faisant la gorge chaude de ses adversaires, provoquant la trahison de sa fille et la révolte de sa femme qui, avec l’aide d’une marabout, le rend impuissant. Bien enlevée et d’un rythme soutenu, la comédie fonctionne et le rire se fait gras pour faire rire la salle : « je gagnerai l’érection… heu, l’élection » ! Les candidats portent des surnoms évocateurs, éléphant ou dinosaure, et sont tous exécrables tandis qu’une séduisante jeune femme se vend au plus offrant, déclarant à sa mère : « Pourquoi veux-tu que j’épouse le domestique si je peux avoir le maître ? » Lequel n’a aucune hésitation vis-à-vis de son fidèle lieutenant : « Une fille, c’est comme le maïs, c’est celui qui a des dents qui peut en manger ».
Derrière la valse des deuxièmes bureaux, séductions, révoltes et jalousies se profile un monde politique corrompu jusqu’à la moelle qui ne fonctionne qu’en faisant des cadeaux et promettant monts et merveilles. Et c’est bien sûr l’intérêt du film au pays d’Oumar Bongo. Cette caricature à la Mocky du « tous pourris » politique frise ainsi la limite du possible pour dénoncer les comportements des dirigeants mais ne débouche finalement que sur un bien triste état des lieux.

2000, 98 mn, coprod CENACI – Terre Africaine – Adelaïde Productions, distr. Swift (01 56 59 17 17), mus. Wasis Diop, avec Jean-Claude M’Paka (Alevina), Philippe Mory (Kouka), Malcolm Conrath (Leclerc), Annette Eyeang (Mme Alevina), Nadège Beausson-Diagne (Wissi), Serge Abessolo (Kinga), Nadine Koyo (Aurore). Sortie France le 13 février 2002.///Article N° : 2091

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire