Mobutu, roi du Zaïre

De Thierry Michel

Portrait d'un tyran
Print Friendly, PDF & Email

Après Zaïre , le cycle du serpent, Les derniers colons, Nostalgies post-coloniales, Thierry Michel signe un documentaire d’une grande portée historique et d’excellente facture technique qui a marqué le dernier Fespaco.

Une phrase emblématique empruntée à Richard III, figure historique de l’empire britannique, nous introduit dans le gigantesque portrait haut en couleurs que Thierry Michel consacre à Mobutu :  » Atteindre au sommet, c’est rouler dans l’abîme « . Avec un sens aigu de la précision et du détail, les traits distinctifs d’un bon portraitiste, le réalisateur relie, sur la base d’une riche documentation récoltée dans la mémoire éparpillée d’un pays en déconfiture, les témoignages des compagnons et des proches de Mobutu sur les hauts faits du règne d’un tyran aux mains ensanglantées.
Le récit démarre en 1960, à l’indépendance de l’ex-colonie belge rebaptisée Congo par Patrice Emery Lumumba, son président décidé à couper le cordon avec les anciens maîtres. Un jeune sergent de l’armée, Joseph-Désiré Mobutu, reconverti en journaliste, croise Lumumba qui le prend comme secrétaire particulier. Ses ambitions politiques sont détectées par la CIA qui l’encourage à occire Lumumba jugé gênant pour ses desseins géopolitiques africains. De l’émergence du jeune sergent Mobutu sur la scène politique congolaise, en 1960, à son exil forcé en 1997, des images d’archives alternent tantôt avec les confidences de ses complices, tantôt avec les témoignages de ses victimes : des faits que le documentariste passe au tamis. Au terme d’une fouille minutieuse des interstices de la mémoire, il extrait les images où sont tapies la violence, la répression, la démagogie, la corruption, pour illustrer la tyrannie d’un président devenu un monarque sanguinaire avec la complicité de ses proches et la bénédiction de la toute puissante Amérique.
De cet exceptionnel document émerge l’image d’un stratège doublé d’un despote machiavélique. Le film restitue dans les moindres détails son parcours exceptionnel. L’image que nous retenons de lui est celle d’un monarque habité par un esprit machiavélique vaincu par sa soif immodérée du pouvoir.

1999, 135 min, 35 mm, Les Films de la Passerelle (32 4 342 36 02). ///Article N° : 905

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire