Pour la circulation de l’énergie en Afrique !

Entretien de Soeuf Elbadawi avec Ray Lema

 » Ce monde secret [dont parle Françoise Huguier] est vrai. Les Africains ont institutionnalisé le secret. A tel point que l’échange entre eux n’existe plus. Le mec qui a un petit pouvoir dans sa culture va se refermer presque systématiquement sur lui-même et va parcimonieusement passer ce pouvoir un jour, quand il sera peut-être sur le point de mourir, à l’un de ses fils. Je ne pense pas que ce soit une bonne démarche. Car une chose que tu n’as jamais appris à passer à l’Autre, le jour où tu acceptes enfin de la passer, elle se trouve diminuée de toute sa force. Tout simplement parce que tu n’as jamais appris à la passer. La passation est un acte naturel chez l’humain. Il faut faire circuler l’énergie. Et je pense que c’est là que nous déconnons beaucoup en Afrique. On veut souvent retenir cette énergie qu’on appelle  » savoir « . Ce n’est pourtant pas un truc personnel  » le savoir « . C’est un truc qui appartient à l’humanité entière, à la nature, au cosmos. Le fait d’agir ainsi nous entraîne dans des situations complexes où nous ne parvenons plus à expliquer les choses les plus élémentaires par nous-mêmes. Comment voulez-vous qu’on les explique ensuite à l’étranger, si nous ne les comprenons plus nous-mêmes ? Tout passe par la communication. Et tout le problème est là. Ici, en Occident, le petit Blanc qui naît a tout sur la table. Et les sciences, et les arts… Le reste n’est qu’une question de karma. Chez nous, l’enfant qui naît, n’a rien sur la table. Si un étranger lui pose une question sur sa culture, ...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire