Cinéma/TV

Cinéma/TV


L’utopie est encore de ce monde

En sortie le 27 octobre 2021 dans les salles françaises, le nouveau film d’Olivier Zuchuat témoigne avec une impressionnante cohérence esthétique d’une initiative où le courage des femmes et la détermination de tous inversent l’inexorable désertification, tandis que les djihadistes font peser de nouvelles menaces. C’est l’histoire d’une utopie. Alors que les cinémas d’Afrique s’emploient à gérer l’incertitude et développer la responsabilité pour dégager des perspectives d’avenir et la force du courage, ce film va encore plus loin : la réalisation concrète d’un projet pharaonique mais nécessaire à la survie. Kamsé, un village de la zone sahélienne, au nord du Burkina-Faso,…

Une page d'Histoire des cinémas d'Afrique

Le livre de Claude Forest est un magnifique hommage à cette grande dame qui apporta un soutien essentiel aux cinémas d’Afrique. Voici une femme remarquable qui a marqué tous ceux avec qui elle a travaillé et accompagné les cinémas d’Afrique durant des décennies. Il est rare de rendre ainsi hommage par un livre d’envergure à une technicienne du cinéma ! Mais ceux qui ont connu Andrée Davanture ne penseront pas cela exagéré : son apport est considérable pour ces cinématographies. Comme à son habitude, Claude Forest, qui ne l’a jamais rencontrée, a procédé à un méticuleux travail de fourmi pour…

Critique et entretien

En sortie dans les salles françaises le 15 décembre 2021, Tilo koto tourne en festivals (cf. agenda fin d’article). Il est issu d’une tentative de capter la parole d’émigrés en transit en Tunisie et de la rencontre avec l’un d’entre eux, Yancouba Badji, qui se révélera un artiste peintre (cf. agenda expositions en fin d’article). Ces quelques mots sur le film sont suivis du débat réalisé sur le plateau télé en ligne du festival d’Apt, en présence de Yancouba Badji et Sophie Bachelier, animé par Tahar Chikhaoui et Olivier Barlet, où les internautes qui avaient vu le film pouvaient poser…

Au-delà du silence

En sortie le 13 octobre 2021 dans les salles françaises, le documentaire multiprimé de Lina Soualem est à la fois tragique et désopilant, en tout cas émouvant et passionnant de bout en bout. Fille de comédiens, Hiam Habbas et Zinedine Soualem, Lina Soualem avait préféré une autre orientation : elle fit des études d’histoire et de sciences politiques, puis devient programmatrice de festivals en Amérique latine et en Palestine, ce qui lui permit de découvrir le documentaire et son importance pour la mémoire collective. Et comme souvent lorsqu’on débute la réalisation, elle a pris comme sujet ce qu’elle connaissait le mieux :…

Un ouvrage historique essentiel et bienvenu

Les prises de position autant que les écrits critiques ou ouvrages sur les cinémas d’Afrique sont bien souvent entachés d’une multitude d’inexactitudes sur les intérêts historiquement à l’œuvre dans la diffusion du cinéma en Afrique : l’impressionnant travail de fourmi de Claude Forest restaure les faits sans toutefois clore le débat postcolonial. Première constatation : aucune étude précise significative n’a jusqu’à présent été menée sur le sujet : « Beaucoup de déploration, de nombreux boucs émissaires devenus lieux communs qui refleurissent à longueur d’articles puis de blogs, mais pas d’analyse historique approfondie » (p. 7). Claude Forest s’emploie donc à restaurer les faits. C’est d’autant…

Séminaire à Lussas, août 2021

Un passionnant séminaire animé par Vladimir Léon, « A l’école buissonnière ? » s’est tenu les 23 et 24 août 2021 durant les Etats généraux du film documentaire de Lussas. Comme l’indique son titre, il s’agissait de documenter et réfléchir les expériences pédagogiques historiques ou existantes, et leur tendance à la subversion. A l’école des écoles Première constatation : contrairement à la fiction, peu d’ouvrages de fond sont consacrés au cinéma documentaire et rares sont ses enseignements spécifiques. Pourtant, les premières grandes écoles historiques de cinéma (le VGIK de Moscou, le Centro Sperimentale de Rome, lui avaient fait une place -…

Les rouages de l'effacement

Diffusé sur Arte le 28 septembre 2021 à 23h40 (faisant suite à Algérie, les promesses de l’aube,immersion dans le hirak, à 22h45) et visible en replay dès le 21 septembre et jusqu’au 26 novembre sur arte.tv, le nouveau film de Malek Bensmaïl est un retour sur les trois dernières décennies de la politique étrangère de l’Algérie. Comme à son habitude, il offre ici un impressionnant décryptage pour dégager les enjeux actuels. Pour écrire une Histoire non-officielle, il faut en aller voir les acteurs une fois qu’ils ne sont plus tenus à la langue de bois. C’est ce que fait Malek…

Lors d’une conférence de presse durant les Etats généraux du film documentaire (EGD) de Lussas (Ardèche, août 2021), l’équipe de la plateforme de cinéma documentaire en ligne a fait le point sur son développement et sa pérennité tout en lançant la nouvelle formule de son site internet. Le Fils de l’épicière, le maire, le village et le monde Claire Simon a tourné à de multiples reprises durant quatre ans dans le village de Lussas pour suivre le projet Tënk autant que celui de l’Imaginaïre, bâtiment consacré au cinéma documentaire. Cela avait donné une remarquable série en 20 épisodes, Le Village…

La magie des mots

Présenté dans la section Orizzonti à la 77e Mostra de Venise puis à de nombreux festivals internationaux, Prix Valois de la mise en scène ainsi que celui de la musique au Festival du film francophone d’Angoulême, La Nuit des rois sort le 8 septembre 2021 dans les salles françaises. Il lorgne sur le film de genre mais serait plutôt à rattacher au réalisme magique. Avec son second long métrage de fiction après Run (sélectionné à Cannes en 2014), Philippe Lacôte nous emmène dans un univers halluciné où se jouent des destins de légende, pourtant bien ancrés dans la réalité de…

Sous le titre  » Reel Resistance – the Cinema of Jean-Marie Teno « , Melissa Thackway et Jean-Marie Teno ont publié en collaboration chez James Currey une analyse exhaustive et puissante de la cinématographie du cinéaste camerounais. Une traduction en français est attendue. Rares sont les monographies sur un cinéaste d’Afrique et encore davantage sur un documentariste, ce qu’est fondamentalement Jean-Marie Teno en dehors de son seul long métrage de fiction, Clando. Ce livre de plus largement illustré est donc à marquer d’une pierre blanche. Il l’est d’autant plus qu’il est passionnant de bout en bout, convoquant à la fois la profonde érudition…

Les images de l'article




La 11ème édition du Festival international des films de la diaspora africaine (FIFDA) devait se tenir dans les salles habituelles mais la situation sanitaire l’oblige à être à nouveau en ligne, occasion d’un tour d’horizon de regards noirs ou arabes de par le monde où les questions du racisme, de l’exclusion, de l’identité ou des traumatismes sont centrales. D’une grande diversité, les films sont accessibles du 3 au 9 septembre en ligne dans les territoires français, suisses et belges sur https://www.fifda.org/ Documentaires « Maman, regarde le nègre, j’ai peur ! » Ce que conte Fanon dans Peau noire, masques blancs,…

Les masterclass de Tarifa et Apt

Comment Dieudo Hamadi s’est il imposé comme un des principaux documentaristes africains, avec des films sélectionnés dans les festivals internationaux ? Le Festival de Cinéma Africain de Tarifa-Tanger (FCAT) et le Festival des Cinémas d’Afrique du pays d’Apt ont reçu le cinéaste congolais lors de leurs éditions de 2021 respectives. Il répondait aux questions d’Olivier Barlet, auquel s’est joint Tahar Chikhaoui le 9 juin 2021 dans le village de Joucas dans le cadre du Festival d’Apt. La masterclass organisée le 30 mai par le FCAT s’est déroulée de manière virtuelle. Il s’agit d’une véritable leçon de cinéma documentaire, extrêmement formatrice.…

Le cri et la dignité des exclus

Premier film congolais en sélection officielle au festival de Cannes mais sans projection en mai 2020 en raison de la crise sanitaire, le cinquième long métrage du documentariste congolais sort enfin sur les écrans français le 29 septembre 2021 après avoir été sélectionné par de nombreux festivals. Etonnant, édifiant, passionnant, un film qui ne s’oublie pas, à mettre en lumière avec la masterclass de Dieudo Hamadi à lire ici. Les guerres du Congo (1996-97 et 1998-2003) sont méconnues. D’une grande complexité, elles ont pourtant impliqué neuf pays africains et une trentaine de groupes armés, et fait plus de 5 millions…

Hommage aux lanceurs d'alerte

Son premier long-métrage, Good Luck Algeria, comédie sociale inspirée de la participation de son frère aux Jeux Olympiques d’hiver pour l’Algérie, avait marqué (cf. critique 13493). Sami Bouajila y interprétait déjà le rôle principal. Après avoir obtenu le label de la sélection officielle Cannes 2020, Rouge a été présenté en avant-première durant le festival 2021 avec le soutien de Visions sociales (CCAS). Un film puissant et actuel qui sort en salles en France le 11 août 2021. « Le chien ne mord pas la main qui le nourrit » dit Slimane (Sami Bouajila), délégué syndical et pilier de l’usine à sa fille…

Le festival de Cannes a labélisé en 2020 (édition annulée par la covid-19) deux épisodes de la série Small Axe (Cf. critique 15161), Mangrove et Lovers Rock, et a projeté ce dernier sur le cinéma de la plage en 2021. Steve McQueen était invité le 16 juillet 2021 à répondre aux questions de Didier Allouch, correspondant cinéma à Los Angeles de Canal+.  Cette discussion eut lieu en anglais avec traduction simultanée (visible en anglais ici sur et en français ici). Une traduction sur le vif étant forcément imparfaite, nous sommes repartis de la version anglaise pour la publier ici, légèrement…

Histoires de résistance

Produite par la BBC et Amazon et actuellement visible sur la plateforme Salto, la mini-série en cinq films d’inégale durée et autonomes dans leur récit réalisée par Steve McQueen en 2020 a reçu pour les deux premières parties, Mangrove et Lovers Rock, qui devaient sortir en salles avant la pandémie, le label du Festival de Cannes 2020. Lovers Rock a été projeté en 2021 et le festival a organisé un rendez-vous avec le réalisateur britannique (cf. sa transcription sur le site). Une série marquante à laquelle on souhaite une plus grande diffusion. Small Axe nous plonge dans la communauté antillaise…

Sélectionnés pour participer à la Fabrique des Cinémas du monde au festival de Cannes 2021 avec leur projet de long métrage, le réalisateur Amédée Pacôme Nkoulou et la productrice-réalisatrice Samantha Biffot ont répondu à nos questions sur la Fabrique et leur projet. Comment avez-vous réagi par rapport au fait d’avoir été sélectionnés à la Fabrique des cinémas du monde ? Samantha Biffot (S.B.) : On était aux anges, parce que c’est un programme qui nous faisait rêver. Cannes, c’est un peu le Saint-Graal du cinéma. On a bien conscience que rentrer dans La Fabrique, c’est rentrer dans un réseau. Qu’est-ce que cela…

« Qui contre mon sommeil /a chanté les monstres ? /Moi, la mer à bout de bras, quel délire ! » Tchicaya U Tam’si (Marines) La covid-19 a repoussé le festival de Cannes, reporté du 6 au 17 juillet, en plein été. Nettement moins de festivaliers et un marché du film exsangue, le déplacement depuis l’étranger étant malaisé, des réservations obligatoires pour éviter les queues (initiative à conserver !), la suppression des casiers de presse et le contrôle sanitaire (pass ou test) pour entrer dans le palais : l’ambiance habituelle n’y était pas. Cela n’a pas empêché le festival de se dérouler,…

Un appel à l'amour

En sortie le 1er septembre 2021 dans les salles françaises, le deuxième long métrage de Leyla Bouzid était présenté en clôture de la Semaine de la critique au festival de Cannes. Délicat et sensuel, un beau film sur l’éveil amoureux d’un jeune arabe. Dans son premier long métrage, A peine j’ouvre les yeux (2015, cf. critique 13359), situé en 2010 juste avant la révolution tunisienne, la jeune Farah chantait intensément des textes appelant à changer l’état des choses. Dans ce deuxième long, c’est encore Farah le nom de la jeune étudiante tunisienne dont Ahmed, un jeune de banlieue d’ascendance algérienne,…

La tente du CNC sur la plage du Gray d’Albion a été mise à disposition le 12 juillet 2021 à Cannes pour une conférence de presse où la ministre burkinabée de la Culture, des Arts et du Tourisme, Dr Élise Foniyama Ilboudo/Thiombiano, et le délégué général, Alex Moussa Sawadogo, ont détaillé ce que sera la 27è édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO). Mme Thiombiano est loin d’être une néophyte en matière culturelle. Archéologue et maître de conférences à l’Unité de Formation et de Recherche en Sciences Humaines de l’Université Joseph Ki Zerbo à…

1 2 3 129