Cinéma/TV

Cinéma/TV


Le Festival International des Films de la Diaspora Africaine tient sa 9ème édition à Paris du 6 au 8 septembre 2019. C’est comme chaque année l’occasion de voir des films inédits ou rares portant sur le vécu diasporique et la diversité culturelle des sociétés modernes, avec pour objectif le dialogue des cultures. Cette sélection concoctée par Diarah N’Daw-Spech et Reinaldo Barroso-Spech privilégie la cohérence de films appelant au débat, avec une attention particulière pour les problématiques féminines mais aussi les interactions artistiques. Des femmes journalistes déterminées On l’appelle « la Rageuse ». Incarnée avec densité par Astrid Bayiha, elle se tient droite,…

Entretien d'Olivier Barlet avec Sol de Carvalho à propos de Mabata Bata

La beauté de Mabata Bata est fulgurante, adaptation d’une nouvelle éponyme de l’auteur mozambicain Mia Couto (meilleur montage et meilleure image au palmarès du Fespaco 2019). Retour avec son réalisateur sur un film important, malheureusement encore absent des salles françaises, et ouverture sur le travail esthétique en cours dans les cinémas d’Afrique. Ce film nous transporte dans un univers d’une saisissante actualité alors que l’actualité en est absente. Qu’est ce qui vous a poussé à prendre comme base cette nouvelle de Mia Couto ? J’ai opéré durant les quatre années précédentes des recherches historiques pour une série de 23 épisodes…

S'en sortir là où on a les pieds

En sortie dans les salles françaises le 7 août 2019, la deuxième fiction long métrage comme réalisateur du scénariste français Olivier Coussemacq (L’Enfance du mal, 2010) pourrait gagner en complexité mais reste touchante, sensible et délicate. Une mémoire douloureuse : la perte de la mère, trop tôt, puis l’arrachement au pays de son enfance, le Maroc. Si là est la source de ce film très personnel, ce n’est pourtant pas une autobiographie que propose Olivier Coussemacq. Il place plutôt son deuil dans ce qu’il ressent au Maroc aujourd’hui, au contact d’une jeunesse qui ne rêve que de partir alors que…

Les origines du pathos

En sortie le 31 juillet 2019 dans les salles françaises, le troisième long métrage de Julien Abraham (La Cité rose, Made in China) est un film choc qui ouvre peut-être à d’autres questions que celle qu’il veut poser. Julien Abraham ne fait pas un film en l’air. Il avait accompagné son premier long métrage, La Cité Rose, à plus de 200 débats dans les MJC, les centres sociaux, mais aussi en prison, dans les foyers, en CEF… Un Centre Educatif Fermé, où sont placés les mineurs délinquants en attente de jugement, c’est justement le cadre de Mon frère, qui porte…

Le grand roman de l'intégration indolore

En sortie le 10 juillet 2019 sur les écrans français, le premier long métrage de Stéphane Ben Lahcene se veut une comédie à la fois grand public et sociale. Il n’est pas sans ambiguïtés. C’est une idée de comédie : quand on a un père qui exige l’excellence par la trique, pourquoi ne pas trafiquer les bulletins pour être premier de la classe ? Vient alors logiquement le moment où le père va vouloir rencontrer les profs… Et voilà qu’Abou, 14 ans, mobilise son milieu pour monter le canular jusqu’au bout : faux locaux, faux profs. Fallait-il un Noir ?…

Table-ronde au festival Manarat, Tunisie, 4 juillet 2019

« Au-delà du tremplin » : une table-ronde a réuni un grand nombre d’éminents représentants de festivals concernés par les cinématographies méditerranéennes durant la deuxième édition du festival tunisien Manarat, dont l’ambition est d’impulser une collaboration plus intense entre les institutions et les professionnels du cinéma tout autour de la Méditerranée. Six intervenants avaient été conviés à préparer une introduction au sujet tandis que six autres panélistes étaient appelés à réagir à ces interventions en apportant également leur expérience, sous la modération d’Olivier Barlet. La salle était ensuite invitée à un échange. Cette table-ronde partait d’une constatation : la prolifération des multiplexes…

Entretien avec Olivier Barlet à propos de La Guérisseuse

Quatrième long métrage du réalisateur marocain Mohamed Zineddaine, La Guérisseuse est un film fascinant qui brasse large mais ne se laisse pas cerner d’entrée. D’où l’intérêt de rencontrer son réalisateur. Une usine énorme, qui fume et libère des explosions, comme de grands pets de pollution. A ses pieds, un quartier ouvrier rivé à l’usine, son poumon. Les êtres que nous allons rencontrer le temps d’un film sont à la merci de l’industrie des phosphates marocains. Ils tentent de survivre dans la rudesse d’un monde où le sentiment n’a pas lieu d’être. De fait, Abdou et Naïma sa copine ne peuvent…

Entretien avec Olivier Barlet à propos de L’Enterrement de Kojo (The Burial of Kojo)

L’Enterrement de Kojo (The Burial of Kojo), du musicien et réalisateur Blitz « Ambassador » Bazawule a été présenté pour la première fois à New-York le 21 septembre 2018 au Urban World Film Festival où il a obtenu le grand prix, de même au festival du film africain de Louxor en mars 2019. Il est maintenant disponible sur Netflix. S’inscrivant délibérément dans la recherche d’un nouveau paradigme et de nouvelles formes dans les cinémas d’Afrique, ce premier long métrage fascine par la richesse de son imaginaire. Né à Accra (Ghana) et basé à New-York, Sam Blitz Bazawule (nom de scène : «…

Propos des acteurs et de la réalisatrice recueillis à la conférence de presse de l’équipe du film Atlantique (cf. critique du film), Grand prix du jury au festival de Cannes 2019, et directement en interview auprès de Mati Diop. Le long métrage Atlantique vient du regard d’Astou, la sœur de Serigne, qui regardait Mati Diop droit dans les yeux lorsqu’elle est allée la rencontrer après avoir tourné le court métrage Atlantiques avec son frère et que celui-ci est allé se rejeter à l’assaut de la mer. L’océan y apparaît comme une force surnaturelle qui avale la jeunesse dans ses tréfonds.…

Entretien bilan avec Hugues Diaz, directeur de la cinématographie du Sénégal, sur la présence d’un film sénégalais en compétition officielle au festival de Cannes 2019 et sur les activités de la délégation sénégalaise au festival. Le Sénégal joue un rôle important dans le projet international Sentoo destiné à accompagner les films dans leur élaboration et favoriser les coproductions Sud-Sud. Quelle est l’importance pour le Sénégal d’un tel projet ? Nous avons pensé Sentoo l’année dernière ici à Cannes, à l’initiative de notre collègue tunisienne Chiraz Latiri, alors que nous voulions développer des accords de coproduction entre nos pays. Les professionnels connaissent…

Une table-ronde et les lauréats au festival de Cannes

Une table-ronde, animée par l’historien François Durpaire, s’est déroulée au Pavillon des Cinémas d’Afrique organisé par l’Agence Culturelle Africaine dans le cadre du marché du film du festival de Cannes 2019. Cette table-ronde fut notamment centrée sur le projet Sentoo qui a annoncé ses lauréats un peu plus tard au pavillon tunisien. Le projet Sentoo, dont le premier appel à projets a été lancé au Fespaco de février 2019, est au cœur des collaborations entre les centres nationaux de la cinématographie pour favoriser les coproductions Sud-Sud. C’est Chiraz Latiri, directrice du Centre national du cinéma et de l’image en Tunisie…

La traditionnelle conférence de presse des Journées cinématographiques de Carthage au festival de Cannes fut l’occasion pour Nejib Ayed, leur directeur général, d’annoncer d’importantes nouveautés pour la 30ème édition qui se déroulera du 26 octobre au 2 novembre 2019 à Tunis. D’autres festivals ont également présenté leurs prochaines éditions. 30 sessions ne veut pas dire 30 ans : créées en 1966, les Journées cinématographiques de Carthage, qui avaient précédé de trois ans la création du FESPACO, sont dans leur 53ème année. C’est ce qu’a rappelé Nejib Ayed en indiquant que les JCC ne vont plus maintenant chiffrer les éditions mais les…

Quand les morts viennent aider les vivants

En compétition officielle au 72e festival de Cannes et en sortie le 2 octobre 2019 sur les écrans français, Atlantique est un film magnifique sur combien les morts peuvent aider les vivants à trouver leur liberté. Le crépuscule est l’heure où les esprits circulent. Les morts veulent-ils rétablir un lien avec les vivants ? Les jeunes qui avaient décidé de partir et que l’Atlantique a avalé réclament justice et veulent revoir celles qu’ils aiment. C’est dans cette double énergie qu’Atlantique nous emporte : de jeunes travailleurs sont floués par un patron insensible, des femmes souffrent du départ de leurs amants, qui sont…

Alors que Mati Diop est la première réalisatrice d’Afrique noire à être en compétition officielle avec son film Atlantique qui sera projeté le 16 mai, et que quatre films sur 21 de la compétition officielle sont réalisés par des femmes, le Festival de Cannes communique sur son chemin vers la parité. Bill Murray, Iggy Pop, Selena Gomez, Adam Driver, Tilda Swinton, Chloé Sevigny… Les stars ne manquaient pas pour monter le célèbre tapis rouge du Palais des festivals pour cette 72e édition. Un tapis tout neuf qui sera changé plusieurs fois durant le festival pour rester impeccable pour chaque soirée de…

Pour Gavroche, la banlieue n’a pas changé

Présenté le 4 mai en compétition officielle au 72ème festival de Cannes et en sortie le 20 novembre 2019 sur les écrans français, Les Misérables du réalisateur d’origine malienne ayant grandi au même endroit qu’une bonne partie du roman remet 150 ans plus tard le personnage de Gavroche en lumière. Première image : Issa dévale les escaliers, un grand drapeau français sur les épaules. L’image est frappante : on est français, on est chez nous, et on s’enthousiasme comme les autres pour l’équipe de France. Le générique alterne avec des scènes habilement reconstituées et d’archives de liesse sur les Champs Elysées de…

Le 72e festival de Cannes (14-25 mai) offre cette année de nombreux films d’Afrique ou d’Afro-descendants. Exploration pré-festival, avant de découvrir les films ! Compétition pour la palme d’or L’événement est de taille : Mati Diop sera la première femme africaine à avoir son film en compétition pour la palme d’or au prestigieux festival de Cannes (Fad’jal et Mossane de Safi Faye étaient à Un certain regard en 1979 et 1996), de plus avec un premier long métrage. Cette réflexion est parfaitement ethnocentrique, mais elle correspond au monde du cinéma, des arts en général : la validation artistique, la visibilité et la reconnaissance…

Leur devenir est notre avenir

Etalon d’or du documentaire au Fespaco 2019, Le Loup d’or de Balolé aurait pu être un documentaire honnête sur la condition de ces quelque 2500 hommes, femmes (souvent veuves ou répudiées) et enfants qui brûlent, cassent et trimbalent des cailloux à longueur de journée dans une carrière de granit abandonnée et méconnue en plein cœur de Ouagadougou. Mais il est bien davantage. Cela va au-delà parce qu’Aïcha Boro fait le lien avec la révolution au Burkina, dans ce contexte où ceux qui ne comptent pour rien comprenaient qu’ils pouvaient s’organiser pour exister : exploités depuis des lustres par des revendeurs…

Sorti en septembre 2018 dans les circuits indépendants et prochainement à l’affiche en France au niveau national, le documentaire Fanon: hier, aujourd’hui de Hassane Mezine, est un bijou à ne pas rater. Une plongée dans le parcours du militant anticolonialiste et ethnopsychiatre innovateur, ou tout simplement dans l’histoire d’un homme qui a fait l’Histoire.

Après Idrissa Ouedraogo en février 2018, le Burkina Faso perd à nouveau un de ces réalisateurs de combat de la génération née dans les années 50 et dont les longs métrages donnent un nouveau souffle à partir des années 80 par une approche romanesque. Pour S. Pierre Yameogo, décédé le 1er avril 2019 à Ouagadougou après une longue maladie, un cinéma favorisant le changement social passait par un regard sur soi sans concession : se regarder en face pour changer les mentalités, avec l’humour nécessaire pour échapper au pathos. La tradition d’hospitalité exige qu’un étranger arrivant à l’heure du repas…

1 2 3 122