Cinéma/TV

Cinéma/TV


La réalisatrice d’ascendance sénégalaise Maïmouna Doucouré a présenté Mignonnes au festival Dakar court en décembre 2020 (cf. critique du film). Le texte qui suit combine le débat après le film et la masterclass qu’elle a donnée le lendemain matin pour les jeunes cinéastes en formation. Aboubacar Demba Cissokho : Vous avez suivi des cours de biologie et fait du théâtre. Qu’est-ce qui vous a amenée au cinéma ? Maïmouna Doucouré : Depuis très jeune, j’étais fascinée par les histoires. Quand je venais au village de mes parents au Sénégal, il n’y avait ni télévision ni électricité. Les anciens nous racontaient des contes et…

Un film et un livre essentiels

Visible en replay sur Arte jusqu’au 22 avril 2021, ce documentaire d’Ali Essafi offre une époustouflante plongée kaléidoscopique dans l’effervescence artistique durement réprimée dans le Maroc des années 70 (« les années de plomb ») mais aussi un vrai film de cinéma. Ali Essafi a également participé à la résurrection de La Septième porte qui vient de paraître, une vibrante Histoire du cinéma marocain de 1907 à 1986 écrite par Ahmed Bouanani, que l’auteur lui-même croyait disparu dans l’incendie de sa maison. Un film et un livre qui se font écho. « Que notre chant soit digne de ceux qui nous écoutent ». En…

Encore un festival en ligne… La pandémie de la covid-19 aura empêché les foules de se presser au Festival du court métrage de Clermont-Ferrand (29 janvier – 6 février 2021) comme elles le font d’habitude. Nous avons sélectionné, autour d’une thématique qui gagne sans cesse en actualité, égrenée de très diverses façons, des courts qui nous ont marqués. La table-ronde réunissant les cinéastes de la sélection Africa 2020 de quatre courts plus anciens et déjà chroniqués en 2020 est par ailleurs à retrouver ici. Alors que le long métrage prend le temps, le court cherche à dire beaucoup avec peu.…

Lors du 43ème Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand qui s’est déroulé du 29 janvier au 6 février 2021, en ligne en raison de la pandémie de covid-19, Claire Diao a animé comme d’habitude une heure de débat avec les réalisateurs africains, cette fois autour du programme labellisé Africa 2020, « Promesses africaines – Graines de héros », qui regroupe quatre courts métrages, lesquels seront également présentés à Dakar Court (Sénégal), au Centre Yennenga (Sénégal), aux Rencontres du Film Court (Madagascar), aux Rencontres Internationales des Film Courts de Yaoundé (Cameroun) et à Îles Courts (Maurice). En l’absence d’Olive Nwosu, réalisatrice de Troublemaker (Nigeria, /…

Hitchcock contre les abus sexuels

Face à l’abondance de longs métrages de fiction, il est rare de consacrer un article à un seul court métrage. Celui-ci a provoqué d’intenses discussions lors de sa présentation au festival des cinémas d’Afrique d’Apt (reporté au 22-28 janvier 2021 et en ligne du fait de la pandémie de la covid-19). Il se démarque par sa pertinence dans l’actualité, son traitement esthétique, sa finesse d’approche… mais n’est pas forcément aisé à interpréter. Rien d’étonnant à ce qu’il ait reçu le prix du public au Festival Cinemamed de Bruxelles (26.11-05.12.2020) car il implique très fortement le spectateur. A l’heure des prises…

Lors du festival Dakar court le 11 décembre 2020, Souleymane Cissé a répondu aux questions d’Aboubacar Demba Cissokho et d’Augustin Diomaye Ngom ainsi que des participants de l’atelier de formation « talents Dakar court » 2020. Augustin Diomaye Ngom : Après vos études de cinéma à Moscou, comment avez-vous accédé à la réalisation ? Je suis rentré au Mali en novembre 1969 et en 1970 j’ai travaillé pour les actualités. Au bout de quatre ans, je n’en pouvais plus. Entre moi et l’administration, ce fut un déchirement. Pour exister, j’ai fait un premier court métrage, Cinq jours d’une vie qui fut primé au festival…

Du 7 au 12 décembre 2020 s’est déroulée la 3ème édition du festival Dakar court, qui s’affirme comme un rendez-vous professionnel d’envergure autour du court métrage mais aussi du développement du cinéma. Confiné dans les jardins de l’Institut français avec une présence limitée aux professionnels et jeunes en formation en raison de la pandémie de covid-19, le festival offrait ses films en vision gratuite sur une plateforme de VOD et sur la chaîne 2STV. Souleymane Cissé, président du jury, et Maïmouna Doucouré, qui présentait son film Mignonnes, tinrent des masterclass. Les tables-rondes professionnelles, souvent passionnantes, eurent lieu en présence des…

La réalisatrice du film Vibrancy of Silence : À Discussion With My Sisters s’explique sur son travail consacré aux créatrices africaines, artistes et activistes culturelles, sur le blog du Centre pour l’étude et la recherche des femmes africaines dans le cinéma. Extrait. Ce texte a précédemment été publié dans la revue Harlem Renaissances, la modernité du New Negro.

Festival initié et dirigé à Berlin par le désormais délégué général du Fespaco Alex Moussa Sawadogo, Afrikamera 2020 (en ligne du fait du covid-19) a proposé, une programmation où le cinéma pose face aux troubles du monde actuel les questions nécessaires à son évolution. Toucher le plus grand nombre A Berlin, le Forum Humboldt (Humboldtforum en allemand) est un musée qui s’inscrit dans le cadre de la reconstruction du château de Berlin, qui fut également le palais de la République de l’ex-RDA – un énorme bâtiment. Des expositions permanentes sur les cultures non-européennes y seront organisées, ainsi que des colloques,…

Une battante dans un monde à vau-l'eau

Dans ses courts métrages, Lemohang Jeremiah Mosese abordait souvent le poids du christianisme de façon expérimentale : For Those Whose God is Dead (2013) où trois personnages distincts sont déçus par leur croyance, Behemoth: Or the Game of God (2016) où un prédicateur charrie sans succès un cercueil dans les rues pour trouver des adeptes. Et dans son essai vidéo de 2019, Mother I am Suffocating. This is my last film on you, une femme porte une croix géante et entre en pénitence… Il revient ici sur ce thème avec une approche métaphorique dans un long métrage tourné au Lesotho en…

Les jeunes pour un avenir possible

Visible sur la plateforme francophone gratuite TV5MONDEplus, la saison 1 (8 épisodes de 45 minutes) de cette série tournée à St Louis du Sénégal se présente comme un thriller politique aux multiples thématiques. Marié et père d’une jeune fille, Moutari Wara (Issaka Sawadogo) est revenu dans sa ville natale, Tanasanga, après des années d’exil à une condition : ne pas faire de politique. Il a une chaire droits humains et liberté publique à l’université et ses cours sont appréciés par les étudiants, mais il est difficile de rester neutre face à leurs revendications et surtout l’énergie de la jeune et…

Entretien d'Olivier Barlet avec Emmanuel Parraud

Sac la mort (2015) était déjà une vibrante expérience, une plongée dans une Réunion que les touristes ne peuvent connaître, où le créole, les déterminations sociales et les croyances dessinent un monde insaisissable pour qui ne le partage pas. Avec Maudit !, Emmanuel Parraud poursuit la démarche, à la recherche des traces imaginaires du passé colonial. Passionnant. Qu’est-ce qui nous obsède dans notre passé ? Faut-il l’assumer ou s’en débarrasser ? Ceux qui héritent des douleurs de leurs ascendants ne peuvent le mettre de côté. L’actualité montre toujours davantage qu’on ne peut comprendre les tensions à l’œuvre dans la France…

Les tourments de Nedjma

En sortie le 28 octobre 2020 dans les salles françaises, le dernier film de Maïwenn a subi le nouveau confinement mais devrait reprendre le chemin des salles lorsqu’elles rouvriront. Actrice et réalisatrice célèbre, Maïwenn revient avec ADN une nouvelle fois sur ses origines. Elle y tient le rôle de Neige, confrontée au décès de son grand-père algérien Emir, ancien militant communiste, auteur d’une thèse sur les immigrés de Gennevilliers, qui vivait en maison de retraite. Il l’a élevée et l’a protégée de la toxicité de ses parents. Même si le film n’est pas autobiographique, il puise dans la biographie de…

Pour la dignité de tous en banlieue

En sortie le 14 octobre 2020 dans les salles françaises, le premier documentaire d’Hakim Atoui et Baptiste Etchegaray suit des jeunes qui osent affirmer ce qu’ils sont et vouloir l’ancrer dans leur banlieue. Leur succès est revigorant. C’est leur premier documentaire et c’est leur première marche. Hakim et Baptiste suivent durant six mois Youssef, Yanis, Annabelle et Luca, des étudiants activistes LGBT+ qui veulent faire bouger la banlieue en y organisant une marche des fiertés. En somme s’affirmer dans leur lieu de vie tel qu’ils sont et montrer qu’on peut y être fier de l’être. Le pari n’était pas gagné,…

Comprendre la face sombre de l'Amérique

Diffusé le 13 octobre 2020 sur Arte, ce passionnant documentaire historique sera rediffusé le 9 novembre à 01 h 25 et est à voir ou revoir en replay sur Arte jusqu’au 11 décembre. Il est composé de deux parties de 56mn chacune : Naissance d’un empire invisible (à voir ici) et Résurrections et (à voir ici) . Il sera en outre disponible bientôt en dvd. De remarquables séries documentaires audiovisuelles ont contribué ces dernières années à remettre en cause le récit national français en contournant les mythes et les dénis pour rappeler voire dévoiler la cruauté de l’Histoire et affirmer…

Exploration familiale de la pensée juive

Depuis que Jean-Pierre Lledo a dû quitter l’Algérie en 1993 sous les menaces de mort islamistes, il n’a cessé dans ses films d’aborder la question-taboue de l’exode de la population non-musulmane au moment de l’indépendance en 1962. Un rêve algérien (cf. critique n°3076) montrait, à l’exemple d’Henri Alleg, de quoi s’est privé le régime algérien en muselant sa composante française qui avait épousé son combat. Avec Algérie mes fantômes (cf. critique n°3455), il évoquait les blessures de tous ceux qui ont dû partir. Et avec Algérie, histoires à ne pas dire (cf. critique n°7416), il explorait ce qu’il reste de…

Ce documentaire phénoménal en deux parties, écrit par l’historien Pascal Blanchard (assisté d’un conseil scientifique éminent) et réalisé par David Korn-Brzoza, résultat de deux ans de travail, a été diffusé sur France 2 le 6 octobre 2020, suivi d’un excellent débat animé par Julian Bugier. Il est visible en replay durant deux mois sur internet : La Fracture (1931-1954) (à voir ici) et La Rupture (1954-2017) (à voir ici). Il est essentiel pour mieux connaître et comprendre la chute de l’Empire français – et regarder ainsi le passé en face.  Nouveau film, nouvelle approche Comment évoquer en trois heures la…

Comment filmer la production musicale ? Vieille question, multiples déclinaisons. Le Womex, grand rendez-vous annuel des professionnels de la scène musicale, passé au virtuel en cette année de covid-19, a concocté une intéressante programmation dont l’objectif semble clairement de dépasser les documentaires musicaux pour privilégier les problématisations. Regards critiques sur les films tournés en Afrique : Afrique du Sud, Ethiopie, Ghana, Mali, Mozambique, Nigeria, RDC, ainsi qu’une fenêtre sur la diaspora américaine. D’abord, une perle : Kinshasa Beta Mbonda, de la photographe et vidéaste belge Marie-Françoise Plissart (2019, 52′). Plutôt que des interviews ou un commentaire, tout au long du…

Comme les autres festivals, les Etats généraux du film documentaire de Lussas 2020 ont dû adopter une formule virtuelle. Les films étaient donc à voir sur la remarquable plateforme TËNK (tenk.fr) qui s’est peu à peu imposée comme la référence du documentaire de création.[1] Programmés pour deux mois, ils le sont encore pour quelques semaines : profitez-en ! On trouvera ici les quelques documentaires de réalisateurs africains ou concernant l’Afrique et ses diasporas, des EGD et de Tënk. Destins de courage, destins de résistance, destins postcoloniaux… Apostille Pourquoi le documentaire se développe-t-il tant aujourd’hui, en Afrique comme ailleurs, alors…

Ces divas qui disjonctent

En sortie dans les salles françaises le 30 septembre 2020. Analyse de la démarche documentaire de cette biographie de la grande chanteuse.  Un témoignage en introduction pose une question crue : pourquoi est-ce que si souvent, immanquablement, les divas disjonctent ? Que se passe-t-il qui les pousse ainsi à l’auto-destruction ? Le documentaire tente d’y répondre alors qu’en toile de fond, se tisse la mystérieuse attraction de la journaliste Linda Kuehl pour Billie Holiday, sa rage politique, ses pulsions de sexualité débridée, de fête, d’excès morbide. Billie ne manque pas de matière grâce aux centaines d’heures d’interviews inédites effectuées par…

1 2 3 127



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications