Cinéma/TV

Cinéma/TV


Sorti en juin 2018, River hôtel de Didier Ndenga a été annoncée comme la série-événement en Afrique avec ses décors cossus, son casting de rêve et sa volonté de  présenter une Afrique prospère et belle. Mais force est de constater que le produit final n’est pas à la hauteur des ambitions affichées.

Ce que donner veut dire

Encore un livre sur les réfugiés. Mais cette fois un livre qui fait du bien. Le livre d’un cinéaste écrivain. La saturation. On nous parle des réfugiés sans arrêt. La jungle de Calais, la vallée de la Roya, l’Aquarius, les statistiques de morts en mer… En dehors de quelques rares émissions, livres, films ou webdocumentaires s’attachant à des destins individuels, l’image médiatique nous situe les réfugiés comme tous les migrants comme une masse indifférenciée, une foule inquiétante, un déferlement. Il est dès lors facile pour les idéologies de la haine de crier à l’invasion, à la perte de sa culture,…

La master-class de Ryan Coogler au festival de Cannes

Il est frappant de constater qu’un film d’apparence anodine et commerciale comme Black Panther renferme des références et des contenus issus du vécu et de l’Histoire des Africains-Américains : esclavage, exclusion, diaspora africaine, relation au père, aux femmes, à la mort… Ce sont ces thèmes que Ryan Coogler a développés lors de sa master-class au festival de Cannes, animée par Elvis Mitchell, éminent critique noir-américain.[1] Le succès planétaire du film confirme que tout le monde s’y retrouve. Black Panther a connu un succès planétaire inattendu : il va vers le 1,5 milliard de dollars de recettes mondiales et plus de 3,5 millions…

Les ponts de l'identité

En sortie dans les salles françaises le 20 juin 2018, Kuzola, le chant des racines interroge une identité morcelée pour montrer que le mélange a du bon ! Les documentaires musicaux ou familiaux de rencontres ou retrouvailles ont souvent le même défaut quand ils veulent les reconstituer : vu qu’avec un caméraman et un preneur de son, on n’arrive jamais sans prévenir, il faut rejouer la joie et l’étonnement. La spontanéité n’y est pas, cela sonne faux et met à distance. C’est la limite de Kuzola qui aurait pu se passer de ces scènes, mais cela ne saurait oblitérer l’intérêt…

Y a-t-il un cinéma arabe malgré la grande diversité des pays et des cultures ? Le récent festival de Cannes (8-19 mai 2018) a témoigné d’une volonté d’ancrer ce concept à travers une série d’initiatives. Le désenclavement de l’Arabie saoudite change également la donne. Cinq longs métrages en sélection Nous avons déjà proposé des notes critiques dans notre bilan tendanciel du festival et les abordons ici d’un point de vue plus informatif. Fait exceptionnel, c’est d’Égypte que venait le seul premier long métrage de la prestigieuse compétition officielle : Yomeddine d’Abu Bakr Shawky. Développement fictionnel d’un documentaire sur les résidents d’une léproserie, The Colony,…

Table-ronde au festival de Cannes 2018

Animée par Youma Fall, directrice de la Culture à l’Organisation internationale de la Francophonie, cette table-ronde était organisée le 13 mai 2018 au Pavillon des Cinémas du monde au village international du festival de Cannes à l’occasion des trente ans du Fonds Image de la Francophonie. Youma Fall : Fonds privés et fonds institutionnels sont représentés à cette table. Le financement du cinéma a évolué depuis qu’il y a une trentaine d’années, était créé le Fonds Image de la Francophonie, qui s’appelait alors Fonds de production audiovisuelle. Nous avons pensé qu’il était temps de marquer une pause de réflexion pour échanger…

Un long tonnerre d’applaudissements a suivi la projection du film « Amin » à la Quinzaine des réalisateurs ce 15 mai au festival de Cannes. Ils étaient bien sûr aussi pour la remarquable actrice Emmanuelle Devos et le réalisateur Philippe Faucon, mais cette ovation consacrait deux acteurs sénégalais encore méconnus. Dans le film (cf. sa critique dans notre article bilan du festival), Amin (Moustapha Mbengue) travaille dans un chantier de construction en France et ne rentre que lors des vacances pour retrouver sa femme Aïcha (Marème N’Diaye) et ses trois enfants. Il finit par avoir une relation avec Gabrielle, une femme accueillante…

Le 71ème festival de Cannes (8 au 19 mai 2018) donnait cette année une réelle visibilité aux cinémas d’Afrique et de ses diasporas. Une dominante qui se cherche encore : dépasser le réalisme pour traiter par l’intime des problématiques contemporaines. La volonté déclarée du festival de Cannes de donner une place aux imaginaires et vécus africains ou diasporiques et le tri effectué par le plus grand festival du monde (quand il ne se concentre pas seulement sur les « films à message ») nous encouragent chaque année à mettre les films sélectionnés en perspective pour tenter de dégager des tendances. Tous étaient cette…

Seize actrices françaises publient, début mai, un ouvrage de témoignages : Noire n’est pas mon métier. Elles y partagent leur expérience du racisme dans le milieu du cinéma et de la télévision. Avec ce livre, elles ont monté les marches du festival international de cinéma de Cannes. Retour sur ce livre-manifeste.

Un table-ronde organisée par le CNC au festival de Cannes 2018

Le début d’un éco-système. Il y a quelques années, on déplorait l’absence de circuit de distribution, la fermeture des salles de cinéma déjà très rares, un public à trouver… Depuis, des initiatives se sont multipliées pour favoriser l’accès au cinéma : on voit apparaître de nouveaux cinémas ou la restauration d’anciens (un parc proche d’une soixantaine de salles), des complexes cinématographiques, le réseau Canal Olympia, des chaînes télévisées payantes et des sites de VOD. Modérée par Sébastien Onomo, producteur originaire du Cameroun, Les films d’ici, co-président du groupe francophone d’UniFrance et Jean-Christophe Baubiat, responsable des pays francophones à UniFrance, cette…

Un film courageux

Connue pour son court métrage de science fiction Pumzi, Wanuri Kahiu a présenté au 71ème festival de Cannes son premier long métrage dans la section officielle Un certain regard, première sélection d’un film kenyan à Cannes. Le film, qui porte sur une relation lesbienne, a dans la foulée été interdit au Kenya. Kena et Ziki, deux jeunes filles vivant dans le même quartier de Nairobi tombent amoureuses. C’est le début d’une belle histoire mais aussi d’un drame… Voilà un sujet brûlant et surtout courageux pour le premier long métrage d’une jeune cinéaste d’un pays où les relations entre personnes du…

La « Factory », initiée par la Quinzaine des Réalisateurs, a pour but l’émergence de nouveaux talents sur la scène internationale, permettant ainsi à de jeunes cinéastes internationaux de se rencontrer et de créer ensemble. Cette année, c’est la Tunisie qui était à l’honneur. Le 9 mai 2018, jour de la première mondiale à Cannes, les quatre courts-métrages sont sortis en Tunisie dans neuf salles de cinéma. Quatre courts métrages de 15 minutes, chacun écrits et réalisés à deux mains par un couple de jeunes cinéastes dont l’un est tunisien et l’autre d’un autre pays. C’est le principe de la…

Le festival de Cannes présente chaque année une série de films récemment restaurés, qui ont marqué l’Histoire du cinéma. Cette section Cannes Classics comporte cette année trois films sénégalais et un égyptien. Amadou Hampaté Bâ disait : « Pour dire ton histoire, il n’y a que ta parole, la parole d’autrui n’est pas ta parole ». C’est dans cet esprit que les premiers cinéastes africains se sont emparés de la caméra. Mais le cinéma n’est pas que parole. « Dans « Fad’jal », le griot pose le pied droit d’abord car le gauche porte malheur », me disait Safi Faye dans une interview à Cannes, alors…

Le 71ème festival de Cannes se déroulera du 8 au 19 mai. Le sélections sont dévoilées et les jurys en place : tout est prêt pour la grande messe de la montée des marches et le rush médiatique et public. Comme chaque année, on scrute la visibilité des cinémas d’Afrique et de ses diasporas, et donc la place des imaginaires et des réalités africains au sein du plus renommé des festivals internationaux. Migrants, héritage de l’Histoire, racisme, amours transgressifs, intégrisme, déconstruction des préjugés : ces films de cinéastes jeunes pour la plupart interrogent les problématiques contemporaines. (cf. le bilan du…

Composer avec sa culture en milieu hostile

En sortie sur les écrans français le 30 mai 2018, le premier long métrage du producteur Saïd Hamich explore de très convaincante façon le difficile retour en famille d’un exilé. Dominée par l’extrême-droite, la ville de Bollène marginalise ses immigrés dans des quartiers abandonnés. Dans ce contexte discriminant, chacun se positionne. Le film est présenté en avant-première le 13 avril au Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen Orient. Nassim, qui a réussi à Abu Dhabi, vient avec sa compagne Isabelle rendre visite à sa famille restée dans leur cité à Bollène. La ville est aux mains de la…

La dualité du regard

Le nouveau documentaire de Malek Bensmaïl, produit essentiellement avec des fonds télévisuels, ne sortira en salles qu’après son exploitation à la télévision et dans les festivals, et passera ainsi le 6 avril à St Denis, au Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen Orient. En continuité avec la démarche démystificatrice de son réalisateur, il montre à la fois le rôle et les ambiguïtés du film de Gillo Pontecorvo. Le film-culte du réalisateur communiste italien Gillo Pontecorvo (1965) retrace la lutte en 1957 pour le contrôle de la Casbah d’Alger entre les parachutistes du général Massu et les réseaux FLN.…

Entretien d’Olivier Barlet avec Mame-Fatou Niang et Kaytie Nielsen à propos de Mariannes noires

Film sur le vécu des femmes noires en France, Mariannes noires a été projeté au festival des cinémas d’Afrique du pays d’Apt, en novembre 2017. Mame-Fatou Niang et Kaytie Nielsen participaient en outre à une table-ronde sur le thème « décoloniser les imaginaires » dont la transcription est en cours. Olivier Barlet : Comment en êtes-vous venues à faire ce film et pourquoi à deux mains ? Mame-Fatou Niang : Cela fait plusieurs années que je travaille sur les questions de la représentation de l’altérité et le vécu en contexte minoritaire et au statut d’étranger ou d’être perçu comme étranger, et que je voulais les…

Scandale d'Etat et Afrique des ténèbres

En sortie le 7 mars 2018 sur les écrans français, le troisième long métrage de fiction d’Andrea Serge (La Petite Venise, La Prima Neve) poursuit son combat documentaire pour dénoncer les pratiques occidentales face à la crise migratoire. Il n’est cependant pas dénué d’ambigüités. Rinaldi, c’est un de ces policiers d’élite hyper cool envoyés aux quatre coins du monde pour résoudre les problèmes délicats. Une sorte de James Bond sans les gadgets mais avec la détermination et les soutiens d’Etat. Le voici en Libye, envoyé par le gouvernement italien pour organiser la rétention des migrants africains sur place avec l’argent…

Subtilité de la distance

En sorties sur les écrans français le 28 février 2018, le 3ème long métrage de Mehdi Ben Attia poursuit son exploration de l’émancipation du regard qu’il avait développée dans Le Fil (2010) et Je ne suis pas mort (2013), cette fois dans la peau d’une femme aujourd’hui à Tunis après la révolution. Une photographe dénude les hommes. Cette inversion est déjà intéressante en société occidentale, mais située en société maghrébine, elle bouscule encore davantage les codes. « Les films libèrent la tête », disait Fassbinder : c’est ce que rappelait le réalisateur en présentant L’Amour des hommes aux Journées cinématographiques de Carthage…

Deux cinéastes burkinabés ont marqué internationalement les années 80-90 : Gaston Kaboré et Idrissa Ouedraogo. Alors que le premier s’est ensuite davantage consacré à la formation, le second a renoncé au cinéma pour se concentrer sur les séries télévisuelles et la production. Il est mort beaucoup trop jeune, ce 18 février 2018, à 64 ans. Il importe ici de replacer son considérable apport dans l’Histoire du cinéma, mais aussi de comprendre les raisons de son retrait. Comme socle, le réalisme social Cinéma militant de reconquête de soi et de son espace dans les années 60 et engagement social dans…

1 2 3 120