Cinéma/TV

Cinéma/TV


La traditionnelle conférence de presse des Journées cinématographiques de Carthage au festival de Cannes fut l’occasion pour Nejib Ayed, leur directeur général, d’annoncer d’importantes nouveautés pour la 30ème édition qui se déroulera du 26 octobre au 2 novembre 2019 à Tunis. D’autres festivals ont également présenté leurs prochaines éditions. 30 sessions ne veut pas dire 30 ans : créées en 1966, les Journées cinématographiques de Carthage, qui avaient précédé de trois ans la création du FESPACO, sont dans leur 53ème année. C’est ce qu’a rappelé Nejib Ayed en indiquant que les JCC ne vont plus maintenant chiffrer les éditions mais les…

Quand les morts viennent aider les vivants

En compétition officielle au 72e festival de Cannes, Atlantique est un film magnifique sur combien les morts peuvent aider les vivants à trouver leur liberté. Le crépuscule est l’heure où les esprits circulent. Les morts veulent-ils rétablir un lien avec les vivants ? Les jeunes qui avaient décidé de partir et que l’Atlantique a avalé réclament justice et veulent revoir celles qu’ils aiment. C’est dans cette double énergie qu’Atlantique nous emporte : de jeunes travailleurs sont floués par un patron insensible, des femmes souffrent du départ de leurs amants, qui sont allés chercher fortune ailleurs. Ancré dans la dureté du réel, le…

Alors que Mati Diop est la première réalisatrice d’Afrique noire à être en compétition officielle avec son film Atlantique qui sera projeté le 16 mai, et que quatre films sur 21 de la compétition officielle sont réalisés par des femmes, le Festival de Cannes communique sur son chemin vers la parité. Bill Murray, Iggy Pop, Selena Gomez, Adam Driver, Tilda Swinton, Chloé Sevigny… Les stars ne manquaient pas pour monter le célèbre tapis rouge du Palais des festivals pour cette 72e édition. Un tapis tout neuf qui sera changé plusieurs fois durant le festival pour rester impeccable pour chaque soirée de…

Pour Gavroche, la banlieue n’a pas changé

Présenté le 4 mai en compétition officielle au 72ème festival de Cannes, Les Misérables du réalisateur d’origine malienne ayant grandi au même endroit qu’une bonne partie du roman remet 150 ans plus tard le personnage de Gavroche en lumière. Première image : Issa dévale les escaliers, un grand drapeau français sur les épaules. L’image est frappante : on est français, on est chez nous, et on s’enthousiasme comme les autres pour l’équipe de France. Le générique alterne avec des scènes habilement reconstituées et d’archives de liesse sur les Champs Elysées de ce moment de grâce nationale du 12 juillet 1998 où une…

Le 72e festival de Cannes (14-25 mai) offre cette année de nombreux films d’Afrique ou d’Afro-descendants. Exploration pré-festival, avant de découvrir les films ! Compétition pour la palme d’or L’événement est de taille : Mati Diop sera la première femme africaine à avoir son film en compétition pour la palme d’or au prestigieux festival de Cannes (Fad’jal et Mossane de Safi Faye étaient à Un certain regard en 1979 et 1996), de plus avec un premier long métrage. Cette réflexion est parfaitement ethnocentrique, mais elle correspond au monde du cinéma, des arts en général : la validation artistique, la visibilité et la reconnaissance…

Leur devenir est notre avenir

Etalon d’or du documentaire au Fespaco 2019, Le Loup d’or de Balolé aurait pu être un documentaire honnête sur la condition de ces quelque 2500 hommes, femmes (souvent veuves ou répudiées) et enfants qui brûlent, cassent et trimbalent des cailloux à longueur de journée dans une carrière de granit abandonnée et méconnue en plein cœur de Ouagadougou. Mais il est bien davantage. Cela va au-delà parce qu’Aïcha Boro fait le lien avec la révolution au Burkina, dans ce contexte où ceux qui ne comptent pour rien comprenaient qu’ils pouvaient s’organiser pour exister : exploités depuis des lustres par des revendeurs…

Sorti en septembre 2018 dans les circuits indépendants et prochainement à l’affiche en France au niveau national, le documentaire Fanon: hier, aujourd’hui de Hassane Mezine, est un bijou à ne pas rater. Une plongée dans le parcours du militant anticolonialiste et ethnopsychiatre innovateur, ou tout simplement dans l’histoire d’un homme qui a fait l’Histoire.

Après Idrissa Ouedraogo en février 2018, le Burkina Faso perd à nouveau un de ces réalisateurs de combat de la génération née dans les années 50 et dont les longs métrages donnent un nouveau souffle à partir des années 80 par une approche romanesque. Pour S. Pierre Yameogo, décédé le 1er avril 2019 à Ouagadougou après une longue maladie, un cinéma favorisant le changement social passait par un regard sur soi sans concession : se regarder en face pour changer les mentalités, avec l’humour nécessaire pour échapper au pathos. La tradition d’hospitalité exige qu’un étranger arrivant à l’heure du repas…

Entretien avec Joël Karekezi à propos de "The Mercy of the Jungle"

En complément de notre première entrevue lorsque le film n’était pas encore tourné, quelques questions à Joël Karekezi à propos de La Miséricorde de la jungle, qui vient de remporter l’étalon d’or, la plus haute distinction au Fespaco de Ouagadougou, ainsi que le prix spécial du jury Freedom au festival du film africain de Louxor. Il est clair que le choix de la jungle comme lieu du tournage structure le film. Elle y joue véritablement le rôle d’un personnage qui va aider les deux personnages à s’ouvrir l’un à l’autre et à évoluer. Oui, c’est une histoire qui se passe…

Le colloque organisé par Gaston Kaboré à l’occasion du centenaire du Fespaco s’est déroulé les 25 et 26 février 2019 à Ouagadougou. Au-delà de la parole des pionniers puis des héritiers, il portait en fait sur le Fespaco lui-même, son ambition panafricaine, sa vision pour l’avenir et sa pérennisation. Les éditions précédentes marquaient en effet une régression et mettaient en danger la prééminence du Fespaco sur les autres festivals en Afrique noire. On en trouvera ci-après un compte-rendu subjectif ouvrant à une réflexion personnelle, sachant que le colloque a été enregistré par l’équipe d’Imagine pour permettre la publication de ses…

La 26ème édition du Fespaco se voulait à la fois célébration du cinquantenaire du festival et tentative de renouveau. On trouvera ici un regard critique sur les 20 films de la compétition longs métrages. D’autres articles suivront : les documentaires, le colloque. 26ème édition et cinquantenaire : il fallait célébrer en grande pompe un festival qui perdure et continue d’incarner une idée panafricaine du cinéma. Ce fut le cas. L’autocélébration était de mise dans les discours et le feu d’artifice de l’inauguration. La conscience de la dégradation depuis 2009, année de la « fespagaille », était cependant perceptible : les bailleurs ont…

Entretien d'Olivier Barlet avec Issiaka Konaté sur Hakilitan (Mémoire en fuite)

Hakilitan (Mémoire en fuite) est le film de la compétition longs métrages du Fespaco 2019 qui va le plus loin en termes de recherche esthétique, pour cerner la question de la mémoire. Nous avons demandé à Issiaka Konaté d’expliciter sa démarche. Une analyse détaillée de la compétition est en cours qui sera très prochainement publiée. Voici véritablement un film de recherche en termes d’esthétique et de langage cinématographique, qui travaille la mémoire, qui de plus est en phase avec la thématique de ce Fespaco 2019 : cinquantenaire et où va le Fespaco et le cinéma africain. Comment tout cela est…

Le colloque « Confronter notre mémoire et forger l’avenir d’un cinéma panafricain dans son essence, son économie et sa diversité » qui s’est tenu lors du Fespaco à Ouagadougou les 25 et 26 février 2019 s’est terminé sur une intervention d’Aminata Dramane Traoré et Christiane Taubira. La séance était animée par Toussaint Tiendrébeogo. On trouvera ci-après l’intégrale transcription des deux interventions. Aminata Dramane Traoré : Je suis très heureuse de participer à ce colloque, et ne m’en voulez pas si je donne l’impression d’être exigeante ! Souvenons-nous Césaire : « Je n’ai pour âme que ma parole. Je parle et je veille. Je ne suis…

Crise des réfugiés, drames de la traversée et de l’exil, discours démagogiques et repli des sociétés occidentales : la migration reste un thème majeur que les courts-métragistes abordent dans la conscience de l’urgence et de la façon la plus subtile possible pour alerter et sensibiliser. Cette variété d’approche concourt à construire une complexité qui respecte la dignité des migrants et leur humanité. Nous avions déjà mentionné dans notre premier article sur le festival trois films forts qui abordent ces questions. Bukiikakkono (Facing North) de Muhumuza Tukei (Ouganda, 10′, Regards d’Afrique) qui se situe dans un village où la plupart des…

Une table-ronde a réuni les cinéastes présents au festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand le 2 février 2019, animée par Claire Diao qui participe à la programmation de la sélection Regards d’Afrique. Transcription intégrale. Cf. notre article sur les films africains du festival « L’intelligence des femmes ». Claire Diao : Pour démarrer, je propose un tour de table : Où êtes-vous né ? Où avez-vous grandi ? Quelles études avez-vous suivi ? Lamar Bonhomme (Inhlawulo) : Je suis en Afrique du Sud à Durban. J’ai étudié le cinéma durant deux ans. J’ai arrêté pour devenir acteur. J’ai réalisé qu’acteur était un mauvais rêve. J’ai recommencé à faire…

Analyse d'une réalité italienne

Le film Fortunata de Sergio Castellitto, sorti en Italie en mai 2017, était, il y a un an, sur les écrans des cinémas français. Ce long métrage – que j’ai vu dans un avion Air France à destination du Sénégal – je l’ai avalé, avec des sous-titres en français, comme une pilule amère. Après des mois, ne sachant pas si je voulais écrire au sujet de ce film ou pas, une cousine de ma mère a actionné un mécanisme de réflexion dans ma tête. Elle m’a inconsciemment poussée à enquêter sur l’expérience hallucinatoire qu’a été la vision de Fortunata. Une…

Entretien d’Emeline Amétis avec Kiki Layne et Stephan James à propos de Si Beale Street pouvait parler Si Beale Street pouvait parler, elle raconterait unes à unes les luttes collectives et individuelles des hommes et des femmes noir.e.s outre-Atlantique. Mais elle dirait surtout l’amour et l’espoir qui les inspirent. Dans son dernier film, adaptation du célèbre roman de James Baldwin, Barry Jenkins met en scène l’histoire d’amour bouleversée de Fonny et Tish, et raconte comment le système américain, implacable, s’immisce dans les parcours de vies noires pour mieux les briser. À travers sa caméra, Barry Jenkins rend fidèlement justice à…

Il n'y a pas de combat perdu

À Madagascar en 1947, les rebelles insurgés contre le système colonial sont appelés fahavalo, «ennemis» de la France. Les derniers témoins évoquent leurs longs mois de résistance dans la forêt, armés seulement de sagaies et de talismans. Les images d’archives inédites filmées dans les années 40 dialoguent avec les scènes de la vie quotidienne dans les villages aujourd’hui. Les récits des anciens et la musique hypnotique de Régis Gizavo nous transportent dans le passé pour découvrir cette histoire refoulée. Sortie France : 30 janvier 2019 Ils sont revenus en août 1946, après avoir combattu dans l’armée française, convaincus qu’ils auraient l’Indépendance.…

Analisi di una realtà italiana

Un anno fa usciva nei cinema francesi il film Fortunata, di Sergio Castellitto, accolto in Italia nel maggio 2017. Questo lungometraggio – che ho visto su un aereo Air France in volo per il Senegal – me lo sono bevuto, con tanto di sottotitoli in francese, come un’amara medicina. A distanza di mesi, indecisa se scrivere o meno a tal proposito, una cugina di mia madre ha inconsapevolmente azionato la marcia indietro, spingendomi ad indagare su quest’esperienza allucinatoria. È bastato un semplice aneddoto: « Sai Aminata, ho conosciuto una vecchina di 103 anni. Le ho detto: ‘Certo che di cose ne…

1 2 3 122