Cinéma/TV

Cinéma/TV


Le cinéma en liberté

En sortie le 19 février sur les écrans français, le deuxième long métrage d’Ala Eddine Slim (qui était présenté à la Quinzaine des réalisateurs au dernier festival de Cannes) se situe dans la continuité de son premier, The Last of us : fascinant et dérangeant. Voilà un film radical. Non la radicalité des extrémismes mais celle de l’inventivité et de la liberté. Mais aussi la radicalité de la rupture. Tlamess propose un autre territoire de cinéma et donc un autre territoire tout court, celui d’une créativité débarrassée des normes du récit. Tlamess veut dire « jeter un sort », d’où sa traduction…

Le 15 novembre 2018, le documentariste algérien Malek Bensmail donnait une leçon de cinéma au festival des cinémas d’Afrique du pays d’Apt, animée par Olivier Barlet. Pourquoi le choix du documentaire ? En fait, comme tout jeune cinéaste algérien, j’avais un désir de fiction. Mais après une petite formation très théorique à Paris, j’ai eu l’occasion de passer une année en Russie au sein des studios Lenfilm qui se trouvaient à Leningrad, aujourd’hui Saint-Petersbourg. Ce fut une révélation. On devait passer par toutes les étapes de la fiction, de l’écriture à la mise en scène. Donc j’étais en lien avec Alexeï…

La vitalité du blues

En sortie sur les écrans français le 12 février 2020, le premier long métrage de Manele Labidi est une réussite qui déjoue toutes les attentes politico-victimaires pour rendre compte de la vitalité d’un pays marqué par l’incertitude. Selma est psychanalyste. Elle a vécu en France et s’installe à Tunis pour exercer dans son pays d’origine. C’est un retour intime au pays natal mais aussi le souci d’y apporter son soutien aux changements en cours. Cette comédie se nourrit bien sûr de l’ambigüité de cette dynamique : son entourage fait vite comprendre à Selma qu’on ne l’a pas attendue pour bouger.…

Table-ronde avec les réalisateurs présents de la sélection Regards d'Afrique

Comme chaque année au festival international du court métrage de Clermont-Ferrand (31 janvier – 8 février 2020), la journaliste Claire Diao a animé une table-ronde après les projections des deux séances de la sélection Regards d’Afrique, pour discuter de la genèse des films, de leur financement et de leur casting ainsi que des spécificités culturelles et des difficultés rencontrées. Etaient présents dans l’ordre d’intervention : Samir Benchikh (Rasta) – Côte d’Ivoire, Olive Nwosu (Troublemaker) – Nigeria, Fabien Dao (Bablinga) – Burkina Faso, Farzad Samsani (Doah) – Maroc, Yusuf Noaman (Hazihi Lailaty, This is my night, C’est ma soirée) – Egypte,…

Comme chaque année, nous présentons les films de l’inégale sélection Regards d’Afrique du festival international du court métrage de Clermont-Ferrand, le plus important en France, du 31 janvier au 8 février 2020. Une transcription de la table-ronde avec les cinéastes présent(e)s est également disponible sur le site. Nous allons chercher aussi dans les compétitions les films liés d’une manière ou d’une autre à l’Afrique et indiquons alors dans laquelle. Tour d’horizon en forme d’approche critique des 25 films ainsi repérés parmi les près de 500 projetés, choisis parmi les plus de 9000 inscrits. Un festival extrêmement populaire puisqu’en une semaine,…

Pour un homme nouveau

En sortie sur les écrans français le 5 février 2020, Adam avait été en sélection officielle au dernier festival de Cannes (Un certain regard). Au Maroc comme ailleurs, des hommes qui leur promettent monts et merveilles quittent de jeunes femmes lorsqu’elles tombent enceintes. C’est le cas de Samia (Nisrin Erradi). Pour échapper à la honte et au rejet, elle se retrouve à frapper aux portes de la Médina de Casablanca à la recherche d’un travail et d’un gîte pour subsister. Abla (Lubna Azabal), une veuve qui confectionne et vend des gâteaux pour nourrir sa fille de huit ans, finira par…

Euzhan Palcy a présidé le jury du festival Dakar Court qui s’est tenu à Dakar du 9 au 14 décembre 2019. Elle a accepté de revenir sur son parcours au cours d’une masterclass et de répondre aux questions des jeunes cinéastes de l’atelier « Talents 2019 » qui ont suivi assidûment le festival. Olivier Barlet : Merci Euzhan Palcy de prendre le temps de cet échange. Vous avez une position remarquable dans les cinémas d’Afrique et des diasporas puisque vous êtes originaire de Martinique et avez également tourné en Afrique. Vous êtes très rapidement venue à Paris pour apprendre le cinéma et y…

Le réalisateur américain Spike Lee sera le Président du Jury de la prochaine édition du Festival de Cannes. À 62 ans, le cinéaste, a eu sept de ses films en sélections au festival. Entouré de son Jury qui sera dévoilé à la mi-avril, Spike Lee décernera la Palme d’or à l’issue de la 73e édition qui se tiendra du 12 au 23 mai 2020. Dans sa carrière, férocement indépendant, il a sans cesse tenté d’utiliser Hollywood. Retour sur une carrière mouvementée à l’aide de la monographie que Régis Dubois a récemment fait paraître. « À titre personnel, le Festival de Cannes…

De quelle impureté parlons-nous ?

En sortie dans les salles françaises le 22 janvier 2019, le premier long métrage du scénariste Abdel Raouf Dafri fait mine de démystifier l’approche de la Guerre d’Algérie mais ne se révèle finalement lui-même qu’une complaisante manipulation. Nous sommes en 1960. Pression est faite sur un lieutenant-colonel vétéran de la guerre d’Indochine pour reprendre du service dans les Aurès en zone rebelle, pour une mission quasi suicidaire. Il monte une expédition commando jusqu’au-boutiste avec une panoplie de combattants au passé sulfureux… Il importe de situer Abdel Raouf Dafri, dont c’est le premier long métrage mais qui est loin d’être un…

L’apport des artistes

En sortie dans les salles françaises le 15 janvier 2019, Système K dérange et mobilise. Ce voyage auprès des artistes de Kinshasa n’est pas confortable mais édifiant et stimulant. Il se joue dans cette ville quelque chose de l’avenir du monde. Comment faire bouger les choses dans un pays déstructuré où le politique est absent, où la survie est de mise pour presque tous ? En faisant de l’art répondent une poignée d’artistes. Mais comment faire un art qui se voie, se perçoive, dans une ville où tout est déjà performance ? Un cosmonaute avance dans la rue. Il s’appelle Kongo Astronaut…

La croyance et l'argent

En sortie dans les salles françaises le 1er janvier 2020, Le Miracle du Saint Inconnu avait été sélectionné par la Semaine de la critique au festival de Cannes en mai 2019 et largement apprécié. C’est en effet un pur plaisir visuel et sonore, à la fois drôle et tragique, plein de clins d’œil aux temps présents. Un miracle à ne pas rater. Un homme est poursuivi par la police. Il enterre son magot au sommet d’une colline en plein désert, et le masque en simulant une tombe par-dessus. En sortant de prison, dix ans plus tard, il retourne sur les…

Avec la série documentaire en trois volets Décolonisations, les réalisateurs Karim Miské, Marc Ball et l’historien spécialiste du fait colonial Pierre Singaravélou, déploient une fresque de plusieurs siècles de résistances à l’oppression et à la conquête coloniale. Incarnée par des hommes et des femmes qui ne sont pas nécessairement des figures politiques déjà présentes dans les manuels scolaires, l’histoire de ces révoltes commence avec la colonisation et ne s’arrête pas aux indépendances. Des soulèvements ont lieu dans tous les territoires colonisés. Le documentaire s’attarde sur plusieurs d’entre eux en Inde, en Indochine, au Kenya, en Algérie et au Congo. Des…

Ladj Ly et Djebril Zonga ont présenté Les Misérables en avant-première au festival Dakar Court le 12 décembre 2019. Le lendemain, Ladj Ly répondait aux questions d’une salle bondée à l’Institut français de Dakar, notamment aux jeunes cinéastes en atelier « Talents 2019 » sur le festival. La séance a été précédée de la projection de 365 jours à Clichy Montfermeil. O.B. Olivier Barlet : Ce qui frappe dans le film que nous venons de voir, c’est la proximité dans la manière de tourner avec Les Misérables vu hier soir : caméra épaule, mouvement, rythme… Pourquoi voulais-tu nous le montrer en préalable à cette…

La deuxième édition du festival Dakar Court s’est déroulée du 9 au 14 décembre 2019 dans les locaux de l’Institut français de Dakar avec des séances inaugurales, scolaires et de clôture dans la salle CanalOlympia. Outre la compétition de courts métrages, le festival proposait des rencontres professionnelles et un atelier « talents 2019 » destiné aux jeunes réalisateurs. La jonction avec la troisième édition des Rencontres du cinéma francophone en Afrique permettait également de suivre des tables-rondes de haut niveau rassemblant les principaux acteurs du secteur. Excellente idée de Moly Kane, directeur du festival, et de Mustapha Samb, sa cheville ouvrière à…

Dansons !

Grand prix de la deuxième édition du festival Dakar court qui s’est déroulé du 9 au 14 décembre 2019 à Dakar, Tabaski est un plaisir de cinéma mais aussi un film éminemment politique. Ce 26 minutes ébouriffant est librement inspiré de la série d’Iba Ndiaye (1928-2008), « La ronde de Tabaski, à qui le tour ? », réalisée dans les années 60 et 70. Déjà, en représentant sous tous ses angles le sacrifice rituel du mouton lors de la Tabaski (équivalent de l’Aïd el-Kebir), le grand peintre sénégalais voulait évoquer les assassinats des grandes figures africaines autant que les victimes de la…

Les papy font de la résistance

En sortie le 18 décembre 2019 dans les salles françaises, le premier film du Soudanais Suhaib Gasmelbari, à la fois drôle et tragique. Un film magnifique et nécessaire sur des pionniers du cinéma qui n’ont jamais cessé de se battre. Sa réussite tient à son dispositif documentaire. On n’oubliera pas de sitôt Ibrahim, Suleiman, Manar et Altayeb. Dans les années 60 et 70, ils sont allés étudier le cinéma à l’étranger et ont fondé le Sudanese Film Group en 1989, une sorte de cinéclub militant pour montrer des films avec une camionnette poussive et ramener ainsi, contre vents et marées,…

De l'importance d'assumer ses choix

Le sixième long métrage du cinéaste franco-algérien Amor Hakkar, en sortie le 11 décembre 2019 dans les salles françaises, confirme la qualité de son approche malgré la faiblesse de ses budgets. Dans une conférence de presse le 3 décembre 2019, le ministre de l’Intérieur algérien, Salah Eddine Dahmoune, s’est attaqué aux manifestants du Hirak en les traitant de « traîtres », de « pervers » ou encore « d’homosexuels. » On comprend dans ce contexte la pertinence du nouveau film d’Amor Hakkar qui prend un homosexuel comme personnage principal sans en faire un pervers ! Ali apprend que sa mère est à l’hôpital. Cela fait cinq…

La 2e édition du Online African Film Festival bat son plein, après des séances de lancement à Paris, Bruxelles, Abidjan, Accra et Dakar. La plateforme OAFF offre depuis le 15 novembre et jusqu’au 15 décembre 2019 plus de 30 films d’Afrique et de ses diasporas à voir via internet en illimité, à un tarif global très abordable de 8 € ou 8 $ US / Canada (1500 Fcfa en Afrique francophone). Une expérience à soutenir, d’autant que la programmation est d’une grande qualité, autour du thème « le rêve africain ». Divertissement avant tout, le cinéma a été créé pour faire rêver. Il mobilise l’imaginaire,…

Entretien d'Anne Crémieux avec Jérôme Baron

Jérôme Baron est Directeur artistique du festival Les 3 Continents, qui s’est tenu à Nantes les 19-26 novembre, avec une impressionnante rétrospective d’une quarantaine de films (fictions, documentaires, courts-métrages) du cinéma noir-américain comme autant de références à l’histoire afro-américaine des 70 dernières années. Il enseigne l’histoire du cinéma en classe préparatoire Ciné-Sup au lycée Gabriel Guist’hau à Nantes, est Président du cinéma associatif Le Cinématographe, la salle répertoire de Nantes et un des lieux du festival. Il a dirigé le collectif D’autres continents : Mouvances du cinéma présent à l’occasion du 40e anniversaire du festival, portrait à plusieurs voix du cinéma contemporain…

La barbarie est de retour

En sortie le 20 novembre 2019 dans les salles françaises, le sixième long métrage de Rabah Ameur-Zaïmeche évoque la montée des oppressions policières. Un film sombre mais fascinant. Le moment est grave. Des violences sont à l’œuvre, portées par des forces qui ne disent pas leur nom. Il y eut certes les soviétiques aux dents longues, la décennie noire en Algérie, les naufrages libyen et syrien. Il y a encore le terrorisme au Sahel, les répressions des peuples qui se soulèvent un peu partout. Mais aussi en France l’Affaire Benalla, les violences policières, les discriminations, les stigmatisations et les relents…

1 2 3 124