Conscience, pardon et culpabilité

Regards croisés

L’écrivain et cinéaste Sembène Ousmane sur l’abolition :  »  Qui va la commémorer ? Sous quel angle ? Qu’est-ce que l’Europe va bien pouvoir commémorer ? L’arrêt de l’horreur ? Les rois l’ont restaurée, la République l’a continuée… L’Abbé Grégoire ? Il a été candidat à Saint-Louis mais n’a pas été élu !  » Jack Lang, ancien ministre français de la Culture, suppose qu' » on ne peut pas poursuivre, deux siècles après, un pays pour un crime qui, à cette époque-là, n’était pas condamné par les lois internationales. Mais d’une certaine manière, on pourrait espérer que l’Occident, à l’occasion du 150ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage, demande pardon. Personnellement, j’estime quenous devrions vis-à-vis des peuples noirs, notamment de ceux qui ont été expatriés, arrachés à leur terre et transformés en bétail en Amérique, adresser rétrospectivement des excuses.  »  » Certes, ils sont morts, mais leurs petits-enfants, leurs arrières petits-enfants sont aujourd’hui là et le crime de l’esclavage a été une source de massacres et de souffrances horribles. Je crois que les Occidentaux doivent se souvenir qu’une partie de leurs richesses s’est faite sur le dos des peuples qu’ils ont exploité pendant si longtemps « . Sembène Ousmane :  » Le Pape est venu à Gorée pour demander pardon : c’est déjà fait ! Pourquoi les Occidentaux passent-ils leur...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire