Du dispositif liturgique comme forme politique

Lire hors-ligne :

Chants rituels et danses sacrées traversent la dramaturgie de Koffi Kwahulé. Rappelant les racines d’un monde fondateur dont les éléments proviennent autant de la culture traditionnelle africaine que de la culture lettrée occidentale, ils évoquent les ressorts tragiques de notre contemporanéité : la coexistence conflictuelle d’une perte de repère anthropologique et d’une persistance identitaire. Ils instaurent une forme liturgique qui s’inscrit principalement dans une démarche politique.

Dans Village fou ou les déconnards de Koffi Kwahulé, le protagoniste, un étudiant...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore (ou plus) abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Laisser un commentaire