Événements

Festival du film Résistances 2007
Après dix années d’existence, le Festival du film Résistances devait vivre en 2006 sa dernière édition…

Français

Mais des producteurs audiovisuels de Midi-Pyrénées, Les Films de la Castagne, les associations Les Amis du Festival, et Regard Nomade, ont refusé de voir disparaître cette manifestation cinématographique unique sur le territoire français.

Mais qui sont-ils ?
La nouvelle équipe qui a pris en main Résistances œuvre dans le milieu audiovisuel depuis plus de quinze ans. Les Films de la Castagne, producteurs indépendants de Midi-Pyrénées, sont garants, de part cette indépendance, de part leur situation géographique (oui, l’audiovisuel n’existe pas qu’à Paris !) de la tenue d’un Festival non assujetti aux idées dominantes. Reconnus dans le métier pour leur engagement dans la production d’œuvres cinématographiques engagées, ils ont entre autres produits des films comme Un îlot dans la tempête (Neus Viala), un film historique sur le sauvetage d’enfants juifs en Ariège, des films sociologiques sur le rugby dans le monde – la série Du rugby et des hommes (Christophe Vindis) – Slimane Azem, une légende de l’exil (Rachid Merabet), le portrait d’un chanteur populaire algérien, diffusé cette année dans une trentaine de festivals internationaux.
L’association Les amis du festival, existait déjà lors des précédents festivals. Présidée par Gérard Bérail, ancien étudiant de l’ESAV et professeur d’anglais, basée à Foix, elle regroupe des festivaliers et des particuliers soucieux de maintenir la manifestation, notamment en accueillant des invités chez eux, et en travaillant bénévolement pour le Festival.

Un Festival différent
Janvier 2007, ils reprennent les rennes du Festival, et lancent une programmation où près de la moitié des films viennent accompagnés de leur réalisateur.
L’édition 2007 porte en son sein la nouvelle empreinte de ses organisateurs : sur les 4 jours que dure le Festival, trois débats sont organisés, cinquante films programmés, 24 réalisateurs et invités présents, et des festivités cinématographiques avec Ciné Guinguette tiendront les paupières en éveil.
Un nouveau Festival qui se veut résolument convivial, où tout est réuni pour ouvrir le dialogue, favoriser les rencontres entre les réalisateurs, les créateurs et le public. Le Hall du parvis de l’Estive, et la Grande Halle ouvrent généreusement leur porte à une restauration bio de qualité, un marché alternatif, un village associatif, des librairies…
Nouveauté pratique de cette édition 2007 qui ravira les parents, des moniteurs agréés seront là pour occuper les enfants âgés d’au moins 3 ans.

Les films Résistants
Sempre Vivu, Les femmes du Mont Arrarat, Putain d’usine, Kashima Paradise, quatre films qui représentent les choix qui ont été faits pour le reste de la programmation. Sempre Vivu de Robin Renucci : Faute d’avoir vérifié que son patriarche était bien mort, un village corse est pris dans un tourbillon de mensonges et de quiproquos. Un film réalisé en corse. Les femmes du Mont Arrarat d’Erwan Briand, en avant-première : la surprenante immersion dans la résistance active d’un groupe de femmes kurdes. Putain d’usine de Rémy Ricordeau, ou les conditions sociales des ouvriers d’une usine chimique qui s’interrogent sur les actions de leur travail sur leur environnement, Kashima Paradise de Yann le Masson, film du patrimoine, sélectionné pour les Oscars en 1973 : la lutte de paysans japonais contre l’installation d’un aéroport.




Le Futur Festival Résistances
Dans sa densité et sa diversité, dans son attention particulière apportée à la rencontre entre les réalisateurs et le public, cette édition atypique présente ce que veut devenir ce Festival dans les prochaines années. Une manifestation qui s’élargira dans le temps et dans l’espace : des rencontres régulières, dans plusieurs salles ariégeoises, avec le public ariégeois. Cette terre de résistance est le nid idéal pour un cinéma résistant qui ne demande qu’à s’épanouir, s’étendre, se diffuser.