Événements

Escales Documentaires de Libreville 2009
4ème édition. Créé par le CCF de Libreville et le CENACI, le festival « Escales documentaires de Libreville » offre un large panorama des mutations qui transforme le continent au niveau politique, économique et sociologique.

Français

les deux lauréats de cette édition sont :

– Alice ATERIANIUS pour « Les écritures de soi, slamer son identité chez les jeunes poètes de Libreville ».
– Murphy MOUELE ONGAGNA pour « Home studio »

Sous le haut patronage du Ministère de la Communication, de la Poste et de l’ Économie Numérique dans le cadre du mois du documentaire

En partenariat avec le Centre National du Cinéma

Cette quatrième édition présente au public les dernières réalisations des cinéastes invités, Jihan El Tahri, Berni Goldblat, Issiaka Compaoré, Antoine Abessolo Minko dont les oeuvres, souvent primées dans les festivals internationaux, sont marquées par l’actualité politique, économique et sociologique du continent.


VENDREDI 20/11…………………………………………………………………..20h30
BEHIND THE RAINBOW
De Jihan El Tahri, 124 min, 2009, Egypte, All, France,
2ème prix du film documentaire, FESPACO 2009

Ce film met en lumière la transition de l’ANC, le mouvement de libération et le parti au pouvoir de l’Afrique du Sud, à travers l’évolution des relations entre deux de ses plus grands cadres : Thabo Mbeki et Jacob Zuma.
EN PRÉSENCE DE LA RÉALISATRICE

………………………………………………………………………………………………………….
SAMEDI 21/11……………………………………………………………………………18h
IL ETAIT UNE FOIS PHILLIPE MORY
De Issiaka Compaore, 52 min, 2009, Gabon

Un des pionniers du cinéma africain. Dès 1954, il est acteur dans le film « Afrique sur Seine » de Paulin Soumanou Vieyra, puis le 1er acteur africain à tenir le rôle principal d’un film français « On n’enterre pas le dimanche » de Michel Drach.
Il réalise en 1971 « Les Tam-tams se sont tus   » qui marque le début de la cinématographie gabonaise. Il crée en 1975 le Centre National du Cinéma gabonais.
EN PRÉSENCE DU RÉALISATEUR

…………………………………………………………………………………………………..19h
CEUX DE LA COLLINE
De Berni Goldblat, 72mn, 2009, Burkina Faso, France, Suisse, Prix du meilleur documentaire au Brooklyn International Film Festival de New York 2009, Prix spécial du jury et prix du public au festival de Namur 2009

Autour d’une mine d’or improvisée, au Burkina Faso, vivent des milliers de personnes qui ont tout abandonné dans le même but : faire fortune.
EN PRÉSENCE DU RÉALISATEUR

……………………………………………………………………………………………….20h30
KATANGA BUSINESS
De Thierry Michel, 120 min, 2009, Belgique, France

Le Katanga, province du Congo, est l’une des plus riches régions du globe en ressources minières. Pourtant, sa population continue de vivre dans une pauvreté extrême, tandis que des multinationales se trouvent concurrencées par l’arrivée de la Chine.

……………………………………………………………………………………………….22h30


CINEMATIC SOUND SYSTEM
dans le hall du CCF avec VJ et DJ
Entrée libre

…………………………………………………………………………………………………………
DIMANCHE 22/11……………………………………………………………………….18h
FIEVRES
De Ariane Doublet, 43 min, 2009, France

Soigner, c’est écouter puis répondre à la douleur d’un corps. Voilà ce que nous fait voir et entendre Ariane Doublet, en suivant le Dr Moussa Maman dans l’exercice de ses soins. Ce médecin béninois passe sans sourciller de la médecine européenne aux recettes ancestrales.

……………………………………………………………………………………………………19h
TABARLY
De Pierre Marcel, 90 min, 2008, France

« Rencontrer Eric Tabarly est déconcertant. Un homme de discrétion et d’humilité. Une présence, imposante. Des mots simples et un humour pudique. Je regrette de ne pas l’avoir mieux connu. Mais si je l’avais connu davantage, en aurais-je su beaucoup plus? » Parrainé par l’Association Eric Tabarly, le film de Pierre Marcel
évoque le parcours hors norme du marin et son extrême sensibilité.

……………………………………………………………………………………………….20h30
LA VIDA LOCA
De Christian Poveda, 90 min, 2008, Mexique, France,
Espagne,

Christian Poveda a réalisé ce film sur les maras, organisations criminelles soudées par la haine et la volonté de détruire, qui l’ont assassiné début septembre au Salvador. Une plongée dans l’enfer
des gangs, des trafics et des dealers. Un vertige de mort et des images violentes.

Interdit au moins de 16 ans.
Certaines scènes peuvent choquer la sensibilité des spectateurs.

…………………………………………………………………………………………………………
LUNDI 23/11…………………………………………………………………………..19h30
LA TUMULTUEUSE VIE D’UN DEFLATE
De Camille Plagnet, 59 min, 2009, France

Comment vivre lorsque l’on est chômeur à Ouaga? Portrait tumultueux du « Grand Z », ancien cheminot licencié suite à la privatisation des chemins de Fer du Burkina Faso.

……………………………………………………………………………………………….20h30
SUR LES ROUTES DU COTON
De Joël Calmettes et Erik Orsenna, 81 min, 2006, France

D’Afrique en Asie, via l’Amérique du nord et le Brésil, Erik Orsenna et Joël Calmettes nous emmènent dans les mondes du coton dans toutes ses dimensions. Un étonnant road movie économique.

…………………………………………………………………………………………………………
MARDI 24/11………………………………………………………………………….19h30
LES MAUX DE LA FAIM
De Jihan El Tahri, 55 min, 2003, Egypte, France

Que cache la générosité des pays riches envers les pays pauvres? S’appuyant sur le cas de la Zambie, victime de la sécheresse en 2002, ce film nous montre que l’aide alimentaire sert souvent les intérêts commerciaux des puissants.

EN PRÉSENCE DE LA RÉALISATRICE
………………………………………………………………………………………………..20h30
LET’S MAKE MONEY
De Erwin Wagenhofer, 107 min, 2009, Autriche

Ce film aborde les pratiques indélicates des banques et permet de mieux comprendre la crise. À travers les témoignages des différents acteurs de ce système, ce film nous révèle les dérives du système
libéral et ses conséquences humaines, démographiques et écologiques.

…………………………………………………………………………………………………………
MERCREDI 25/11………………………………………………………………………..18h
RENCONTRE AVEC JIHAN EL TAHRI

Jihan El Tahri réalise son premier documentaire en 1990, après avoir
travaillé comme correspondante sur l’actualité politique du Moyen-Orient et de l’Afrique. Depuis, plusieurs de ses documentaires ont été primés, notamment La maison des Saoud et Cuba, Une odyssée africaine que le public librevillois a pu voir lors des précédentes Escales Documentaires.
Cette année nous présentons une rétrospective avec L’Afrique en morceaux, la tragédie des grands lacs, Les maux de la faim et Behind the rainbow.
………………………………………………………………………………………………..19h30
ITCHINDA OU LA CIRCONCISION
CHEZ LES MAHONGWE
De Antoine Abessolo Minko, 52 min, 2009, Gabon

Ce film montre les différentes étapes de ce rite de passage qui confère au néophyte un statut d’homme au sein de sa société.

EN PRÉSENCE DE LA RÉALISATEUR

……………………………………………………………………………………………….20h30
L’AFRIQUE EN MORCEAUX
LA TRAGÉDIE DES GRANDS LACS
De Jihan El Tahri, 100 min, 2001, Egypte, GB

En mai 1997, la chute de Mobutu et l’arrivée au pouvoir de Laurent Désiré Kabila suscitent un immense espoir dans la région et au-delà.
Un espoir vite déçu…
EN PRÉSENCE DE LA RÉALISATRICE

…………………………………………………………………………………………………………
JEUDI 26/11……………………………………………………………………………….19h
QUESTIONS A LA TERRE NATALE
De Samba Félix Ndiaye, 52 min, France, Sénégal

Considéré comme le père du documentaire, Samba Félix Ndiaye, vient de disparaître. Il laisse une œuvre d’une grande richesse.
Le Festival lui rend hommage en présentant son dernier film « Questions à la terre natale ».

……………………………………………………………………………………………….20h30
NOS LIEUX INTERDITS
De Leila Kilani, 102 min, 2008, Maroc, France
1er prix du film documentaire, FESPACO 2009

En 2004, le Roi du Maroc met en place une commission pour enquêter sur la violence d’État durant « les années de plomb  ».
Le film accompagne quatre familles dans leur quête de la vérité.

…………………………………………………………………………………………………………
VENDREDI 27/11…………………………………………………………………….19h30
MIRAGES
De Olivier Dury, 45 min, 2008, France

Chaque jour, des dizaines d’hommes désireux d’atteindre l’Europe, affrontent le temps du désert, ses accélérations foudroyantes, son immobilité minérale.

……………………………………………………………………………………………….20h30
VAUDOU, ENTRE VIVANTS
ET MORTS, LE SANG
De Jean-luc Magneron, 102 min, 1973, France

Un film culte dans la grande tradition de Jean Rouch. Coma sacré, possession, sacrifice, noviciat et initiation de jeunes filles, autant de rituels spectaculaires et à première vue étranges, voire violents que le réalisateur approche de très près.

Interdit au moins de 16 ans.
Certaines scènes peuvent choquer la sensibilité des spectateurs