Événements

Festival international du cinéma méditerranéen de Tétouan (FICMT 2011)
17ème édition Ce festival fait découvrir toutes les cinématographies méditerranéennes avec des hommages, des premières, des rétrospectives et des rencontres avec des cinéastes.

Français

Crée en 1985 par un groupe de cinéphiles réunis dans l’Association des Amis de Cinéma de Tétouan, le Festival International du Cinéma Méditerranéen de Tétouan s’est fixé pour objectifs la promotion et la mise en valeur des cinématographies des pays du pourtour méditerranéen. Depuis, la ville de Tétouan qui accueille, à chaque édition, professionnels et amoureux du 7ème Art, s’est vue dotée d’un projet cinématographique d’envergure qu’elle devrait protéger, entretenir et développer pour le bien d’un cinéma de qualité, riche et diversifié, et pour le bonheur d’un public assoiffé d’oeuvres cinématographiques qui reflètent les diverses facettes culturelles et civilisationnelles de la mare nostra.


>>> Peuvent participer les films de fiction réalisés avant mars 2010,
et présentant les caractéristiques suivantes:

– films d’une durée supérieure à 80 minutes.
– n’ayant fait l’objet au Maroc d’aucune distribution commerciale ou diffusion vidéo.
– format de projection 35 mm.
– dont le sujet et le traitement contribuent à enrichir les représentations filmiques de la Méditerranée.
– dont le rélisateur est originaire de l’un des États du bassin méditerranéen.

Date limite des inscriptions : 31 janvier 2011
Contact:[email protected]



>>> Peuvent participer les courts métrages de fiction réalisés avant mars 2010 et présentant les caractéristiques suivantes:

– films d’une durée maximum de 30 minutes
– format de projection 35 mm, BetaNum, BetaSP.
– dont le sujet et le traitement contribuent à enrichir les représentations filmiques de la Méditerranée
– dont le réalisateur est originaire de l’un des États du bassin méditerranéen.

Date limite des inscriptions : 10 février 2011
Contact:[email protected]



>>> Peuvent participer les films documentaires réalisés avant mars 2010 et présentant les caractéristiques suivantes

– format de projection BetaNum, BetaSP
– dont le sujet et le traitement reflètent la richesse et la diversité artistiques, culturelles, historiques,environnemental, sociales ou politiques de la Méditerranée.
– dont le réalisateur est originaire de l’un des États du bassin méditerranéen

Date limite des inscriptions : 31 janvier 2011
Contact:[email protected]


Compétition officielle Documentaire

■ En attendant Abou Zayd, Mohammad Ali Atassi, Liban-Syrie

■ ZMANNA, film Jalil DAOUD, Maroc,

■ ZAHRA, film de Mohamed BAKRI, Palestine,

■ LES HOMMES DEBOUT, film de Jérémy Gravaya, France,

■ Chou Sar?, Film de De Gaulle Eid, France/Liban/Palestine,

■ Sombras, film de Oriol Canals, France,

■ Calle de la Pietà,Mario Brenta et Karine de Villers

■ Living Skin, film de Fawzi Saleh – Egypte

■ ISRAEL vs ISRAEL, Terje Carlsson

■ viva le cinéma, film de Mokhtar Ladjini – Tunisie

■ Abdelkrim et la guerre du rif, Daniel Cling, Maroc/ France

■ Les tortues ne meurent pas de vieillesse, film de Hind Benchakroun et Sami Mermer, Maroc





Compétition officielle Court -métrage

■ Garagouz, film de Abdenour Zahzah, Algerie,

■ Khouya, film de Yanis KOUSSIM – Algérie-France

■ Vendeur des fleurs, film de Ihab Jadallah, Palestine-France,

■ Mokhtar, film de Halima Ouardiri, Canada-Maroc

■ Coup de soleil, film de Karim Debagh, Maroc

■ Rouge pale, film de Mohammed HAMMAD – Égypte

■ Mawlanafilm de Ezz El Deen Ragab,égypte,

■ El Batn El Hoot, film de Hazim Betar, Palestine-Jordanie

■ Onze repas, film de Louise Hémon, France

■ Khorosho, film de Miguel Angel Jimenez, Espagne

■ El orden de las cosas, de César y José esteban, Espagne

■ Nolya, film de Cem Oztufekci, Turquie-France

■ Vers le nord, film de Youssef chebi, Tunisie-France

■ Face à la mer, film de Olivier Lousta, France

■ Deu ci sia, film de Gianluig i Tarditi, Italie

■ Casus Belli, film de Gergio Zois, Grèce

■ Clics et Declic, film de Abdelilah ElJaouhary, Maroc



Compétition officielle Long-métrage

■ La Mosquitera, film de Agustí Vila, Espagne, 2010

■ Kosmos, film de Reha Erdem- Turquie.2010

■ Le Quattro Volte, Michelangelo Frammartino, Italie, 2010

■ Angèle et Tony, film d’Alix Delaporte, France, 2011

■ La bella gente, film d’Ivano De Matteo, Italie, 2010

■ La Place, film de Dahmane Ouzid, Algérie, 2010

■ Deux filles d’Egypte film de Mohammed Amine, Egypte 2010

■ Libres d’aimer, film de Abdelhaï Laraki, Maroc 2010

■ La mosque, film de Daoud Oulad Sayed, Maroc 2010

■ 678, film de Mohammed Diab, Egypte 2010

■ Damascus avec mon amour, film de Mohammed Abdelaziz, Syrie 2010




jury fiction 2011
– IGOR MINAEV,
Président
Réalisateur d’origine russe, aujourd’hui français, est né en 1954 à Kharkov. Après ses études à l’Institut national du théâtre et du cinéma Karpenko-Kary (Kiev), il a commencé sa carrière à Odessa, à l’époque de la Perestroïka, dont il a parfaitement incarné l’esprit par deux longs-métrages, « Mars froid » et « rez-de-chaussée », qui lui ont valu au début des années 90 deux sélections à Cannes par la Quinzaine des réalisateurs. En 1990 il réalise un documentaire « Le Temple souterrain du communisme » pour France 3.
Depuis la fin des années quatre-vingt, Igor Minaev vit et travaille en France, où, avant « Loin de Sunset boulevard », (sortie en salles 2008) il a réalisé deux autres films : « L’inondation », produit par Daniel Toscan du Plantier, avec Isabelle Huppert, puis plus récemment « Les clairières de lune », produit par Joël Farge. Il a également monté plusieurs spectacles à Paris, notamment « Histoire du soldat de Ramuz », et « Les nuits florentines » d’après Tsvetaeva. Igor Minaev a aussi enseigné à la Femis et à Acting international.


– MARGARITA MAGUREGUI FERNÁNDEZ,
De formation pluridisciplinaire, Margarita Maguregui Fernandez a eu le doctorat ès arts décoratifs, le master en théorie et analyse cinématographique, la licence en Philologie castillane, et un diplôme de musique (piano). Elle est membre de plusieurs comités d’organisation et de jurys de Festivals de renom, enseignante de discours d’analyse télévisée et animatrice d’ateliers et de sessions de formation. Elle participe également dans l’élaboration de plateformes relatives à des festivals de cinéma. Elle a publié un grand nombre d’articles dans des revues spécialisées sur le thème de la femme et le spectacle, sur le regard porté par l’homme sur la femme.


-MAURIZIO ZACCARO,
Après avoir terminé ses études cinématographiques à l’école de cinéma de Milan en 1977, Maurizio Zaccaro tourne quelques courts métrages occasionnels jusqu’au jour où il reçoit un Prix David di Donatello pour le meilleur réalisateur débutant en 1991, pour son film Dove commincia la notte (Où commence la nuit). Alors il décide de se lancer dans la réalisation. Il sort son film Kalkstein l’année suivante, puis L’articolo 2 en 1994, un film s’inspirant du néoréalisme italien dans une athmoshpère presque poétique. Ce film remporta un prix Solinas pour le meilleur scénario. En 1996 il tourne Il carniere (Le charnier), un film de guerre qui remporte un David di Donatello pour le meilleur acteur, Leo Gullotta. Avec son film Un uomo perene (Un homme respectable, 1999), il remporte un prix Pasinetti à la Mostra de Venise, un David di Donatello pour le meilleur acteur et un Ruban d’argent pour le meilleur scénario.



– MOHAMMED NOURADDIN AFFAYA,
Professeur de l’esthétique et de la philosophie moderne -Faculté des Lettres et des sciences humaines -Université Mohammed V -Rabat,Doctorat d’Etat ès philosophie (2000), Membre de l’Union des Ecrivains marocains, Président de l’association Communication interculturelle, Président de l’association Rives méditerranéennes


– KHALED YOUSSEF,
Depuis sa participation comme assistant réalisateur à côté de Yossef Chahin, la voie de Khaled Yossef semble tracée en tant que cinéaste très inspiré par le grand réalisateur égyptien.
Né en 1964 à Kafar Cheikh en Egypte, lauréat du département de génie à l’Université égyptienne Benha, il est l’un des grands artisans du nouveau cinéma égyptien, grâce à sa riche filmographie : Tempête (2001), Wija et Tu es ma vie (2005), Trahison légitime (2006), En attendant des lendemains meilleurs et Chaos (2007), Le Raïs Omar Harb (2008), Magasin de Chahata (2009), Parle-moi, merci (2010), ce dernier a té projeté lors de la dernière édition du FICMT.
Il a aussi joué comme acteur dans divers films : La Caire embelli par ses habitants (documentaire, 1991), Tu es ma vie, wija et Trahison légitime. Il a été choisi, en 2009, comme meilleur réalisateur au Festival national, pour son film Raïs Omar Harb.


– KITIA TOURE,
Ecrivain, scénariste et réalisateur de films, enseignant d’université de cinéma, de multimédia des NTIC et de l’Internet.
Né en 1956 à Ayame (Aboisso, Côte d’Ivoire).
Titulaire d’un doctorat de 3ème cycle de Lettres : Littérature Moderne à la Sorbonne (Paris IV), et d’un D.E.A. d’études cinématographiques et théâtrales (Paris I, Panthéon Sorbonne), Kitia Touré est professeur assistant chargé des audio-visuels à l’I.N.S.A.A.C. (Institut National Supérieur des Arts et de l’Action Culturelle). Il est professeur assistant à l’UFR-ICA (Unité de formation et de Recherche en Information, Communication et Arts) de l’Université d’Abidjan Cocody. Il dispense des cours sur l’économie du cinéma, le multimédia et l’Internet.
Kitia Touré dirigé le cinéma et l’audiovisuel ivoiriens : il a été Directeur de la C.IV.C.A. (Compagnie ivoirienne du Cinéma et de l’audiovisuel) au centre national des Arts et de la Culture, ministère de la Culture de Côte d’Ivoire, de 1994 à 2000.



– JEAN-PIERRE REHM,
Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure, Jean-Pierre Rehm a enseigné l’histoire et la théorie des arts avant de travailler au Ministère de la Culture. Il assume régulièrement le commissariat d’expositions en France et à l’étranger. En outre, il poursuit une activité critique sur des supports variés. Il a également en charge le Post-Diplôme à l’Ecole Nationale des Beaux Arts de Lyon. Enfin, il dirige depuis 2001 le FIDMarseille.



Jury documentaire

– MOUSTAPHA MESNAOUI,
Président
On peut dire qu’il est un critique du cinéma marocain par excellence. Il s’est distingué tout d’abord comme écrivain de nouvelles, puis comme journaliste. On se rappelle la chronique qu’il a continué d’écrire deux décennies durant, O nation dont les nations raillent l’ignorance !
Il est membre de l’Union des Ecrivains marocains et l’un des fondateurs des revues La Nouvelle culture, et Baït el Hikma. Parmi ses ouvrages, Recherches dans le cinéma marocain (Rabat, 2001, Caire, 2001). Il a aussi publié deux recueils de nouvelles, en plus de nombre de traductions. Il est membre du jury de l’un des plus grands festivals dans le monde arabe.




– MONA ASSAAD,
Née au Caire (Égypte) en 1956, Mona Assaad termine ses études de médecine à l’Université du Caire et travaille dans la recherche médicale. Cinéphile et membre actif du Cinéclub du Caire depuis les années 70, elle découvre le monde du cinéma en travaillant en tant que médecin de tournage sur « Adieu Bonaparte » de Youssef Chahine en 1984, puis sur « Vols d’été » de Yousry Nasrallah en 1987. À partir de 1996, elle travaille comme assistant réalisateur sur nombre de longs métrages et de documentaires avec les réalisateurs égyptiens Radwan El-Kashef et Yousry Nasrallah.
En 2000, elle rejoint l’équipe de Studio Masr – ce studio inauguré en 1935 et qui marqua le début de l’âge d’or de l’industrie du cinéma en Égypte. Productrice éxécutive à Studio Masr, elle se charge de la production notamment de documentaires, dont « Voisins » de Tahani Rached en 2009, et « Ces filles-là » de la même réalisatrice (Sélection officielle – Hors Compétition à Cannes, 2006).



– ABDELAZIZ SAOUD,
Historien, acteur associatif et culturel, il compte à son actif nombre d’études et de recherches publiés dans des ouvrages et des revues spécialisées. Ex-président de la très célèbre Association Projet culturel, très active à Tétouan dans les années 1980 du siècle dernier. Fondateur et président de l’Association Passionnés de La Musique andalouse à la même époque. Il est l’un des fondateurs de l’Association Tétouan Smir au milieu des années 1990. Il a été son président délégué avant d’en démissionner en 2005. Il est aujourd’hui président du Club Al Itihad, depuis 2006.


– XESC BARCELO,
la production de Xesc Barceló dans le champ audiovisuel comprend des émissions d’entretien pour la radio et la télévision, des documentaires, des adaptations, des scénarios pour des films télévisés et de productions cinématographiques (comme au Maroc Tresses, avec Jillali Ferhati).
Il a publié et mis en scène des oeuvres de théâtre, aussi il a publié des livres de poésie, de narrations et de romans.
Pendant dix ans il a été professeur du master de scénario à l’Université Autonome de Barcelone.

RETROSPECTIVE
Panorama du Cinéma grec:

Longs Métrages
■ L’académie de Platon, de Filippos Tsitos, 2009 / 35mm / 103 min.
■ Athanasia, des secrets bien gardés, de Panos Karkanevatos, 2008 / 35mm / 95 min.
■ Éduart, de Angeliki Antoniou, 2006 / 35mm / 105 min.
■ Réparation, de Thanos Anastopoulos, 2007 / 35mm / 83 min.
■ Thémis, de Marco Gastine, 2008 / 35MM / 85 min.

Courts Métrages
■ La Maison aux oliviers, de Thouly Dosios, 35mm, 29 min, 2006
■ Gina Dostoïevski, de Vanessa Zouganelli, 35mm, 13 min, 2007
■ Un chat tombé du ciel, de Dimitra Nikolopoulou, 35mm, 21 min, 2009
■ Gauche, droite, de Stavros Raptis et Argyris Germanidis, 35mm, 14 min, 2009
■ Les Escargots de Loulou, de Panayotis Fafoutis, 35mm, 15 min


Seances Speciales

■ Baaria, film de Guiseppe Tornatore, Italie, 2010
■ Cellule 211, Film de Daniel Monzon, Espagne,2010
■ Rodage, film de Nidal Al-Dibs, Syrie, 2010
■ Fin décembre, film de Moez Kamoun, Tunisie, 2010
■ Venus noire, film de d’Abdellatif Kechiche, France, 2010
■ Potiche, film de François Ozon, France, 2010
■ Larbi, film de Driss M’rini, Maroc, 2011
■ Opération Lune, film de William Karel, France – 2002


Hommages

■ Claude Chabrol, réalisateur Français.
■ Daoud Abdelsayad, réalisateur égyptien.
■ Abdelkader Lagtaa, réalisateur marocain.
■ Chus Gutierrez, réalisatrice espagnole.


Invité de la Méditerranée
Cinéma Mexicain


■ El Castillo de la pureza, film de Arturo Ripstein, 1973
■ El callejón de los milagros, film de Jorge Fons, 1995
■ Espiral, film de Jorge Pérez Solano, 2009
■ Presunto Culpale, film de ROBERTO HERNÁNDEZ ET GEOFRRY SMITH, 2009, 82mn, Doc
■ La cuerda floja, film de Nuria Ibáñez Castañeda, 2009, 85′, Doc
■ Chico grande, film de Felipe Cazais, 2010, 100min