Faada Freddy : son voyage au c(h)oeur du Gospel

Avec Gospel Journey, Faada Freddy signe un album 100% a cappella avec percussions corporelles, beatbox et onomatopées, quelque part entre Bobby Mc Ferrin et les chorales du Sénégal. Sortie le 16 mars.

Il paraît loin le temps où Abdou Fatha Seck alias Faada Freddy débutait en solo, en 2013, sur la scène du Comedy Club à Paris, devant un public d’avertis, la gorge un peu enrouée suite à ses nombreuses tournées avec le groupe de rap sénégalais Daara J. Aujourd’hui, il a l’oreille attentive de Lenny Kravitz, qui a été scotché par sa voix et il remplit les salles parisiennes. Au Trianon, en décembre dernier, le public enflammé l’a suivi en claquant des doigts… jusque dans le métro ! Faada Freddy a affiné son « Gospel Journey show » en s’entourant d’une solide équipe de choristes, comme Philippe Aglaé, connu dans le milieu gospel, ou encore la Britannique Sherika Sherard.
Gentleman Faada
L’album est un produit léché, conçu par Think Zik !, le label d’Imany et Ayo, dont la pochette reprend le format d’un vinyle 33 Tours, orné d’une sublime photo en noir et blanc montrant deux sœurs jumelles coiffées d’un chapeau melon. Un clin d’œil au look de gentleman de Faada. Avec son chapeau rond de dandy, sa chemise blanche, son gilet noir et sa canne à la Mandrake le magicien Faada Freddy est aux antipodes du style plus « roots » qu’il arbore dans son tandem avec Ndongo D de Daara J Family depuis 1992. « Gospel journey m’a permis de sortir toutes les folies que j’avais emmagasinées dans les coulisses, les délires que je ne pouvais pas exploiter avec Daara J, raconte Faada. Ça révèle cette partie soul qui est en moi ». Un potentiel que les fans de Daara J pressentaient et qui, grâce à l’appui du producteur Malick N’Diaye de Think Zik !, trouve son écrin : « Mon défi c’était de n’avoir recours qu’à la voix, au beatboxing, aux percussions corporelles, avec des voix qui font tous les instruments. Quand on voit ce que fait Bobby Mc Ferrin on se dit que rien n’est impossible ! » Résultat, un album surprenant, jubilatoire, « qui n’a ni nationalité, ni frontières », dans un spectre s’étendant entre paroisse rurale du Sénégal, champ de coton du sud des États-Unis et rock indépendant des grandes métropoles. Ça chante en wolof, comme sur le classique de Daara J « Borom bi », où l’on entend des chœurs d’enfants enregistrés à Dakar et la reprise de Wasis Diop « Let it go », mais aussi en anglais sur des reprises pop de  » Slow down » d’Imany, « Little Black Sandals » de l’Australienne Sia, ou le très antidépresseur  » We sing in time » de The Lonely Forest. Faada assume les passerelles entre les musiques : « Mon « Gospel Journey » c’est comme si je prenais Aretha Franklin et que je la faisais chanter avec la chorale sud-africaine « Lady Smith and Black Mambazo » ! ».
Sénégalais et fier
Car Faada est résolument africain et sénégalais. Il n’oublie pas d’où il vient. Sur scène, il cite souvent son père, ancien inspecteur d’académie, à cheval sur la discipline face à lui, enfant timide, issu du quartier populaire des Allées du Centenaire à Dakar. Il a inculqué la passion de la musique à son doux rêveur de fils, qui bricolait ses premières guitares avec des bidons d’huile. La suite, on la connaît : le succès planétaire de Daara J et des scènes avec Zebda, Wyclef Jean, MosDef ou Peter Gabriel. L’histoire continue.
Coup de Coeur
Carlou D, A new day
Voix prometteuse du Sénégal de la nouvelle génération, Carlou D, connu pour avoir été le protégé de Youssou N’dour, sort A new day. Rien n’a été laissé au hasard pour cet album afro-pop, oscillant entre blues, violoncelle intimiste et kora mandingue. Il a été enregistré au Stureparken Studio à Stockholm, mixé par le fameux ingénieur du son new-yorkais Russell Elevado et comporte un duo avec Eagle-Eye Cherry. L’artwork, somptueux, est signé par les indispensables Sœurs Chevalme.
World Village Harmonia Mundi, février 2015.

Gospel Journey Faada Freddy. Think Zik ! 16 mars 2015.
En concert à la Cigale le 13 avril 2015///Article N° : 12810

Partager :

Laisser un commentaire