La Genèse

De Cheikh Oumar Sissoko

 » Pourquoi as-tu créé les frères pour qu’à chaque génération revienne ce vent sec et cette soif ?  » Surgissent aussitôt en nos têtes les images des génocides rwandais ou yougoslaves, de tous ces pays où les frères s’entre-déchirent. Dès son prologue, La Genèse, ce récit des aubes de l’humanité, est d’une poignante et douloureuse actualité. Mais il n’est ni Le soldat Ryan ni l’image misérabiliste des télévisions : il ne s’agit pas de seulement juxtaposer le témoignage et le recours à l’émotion pour écrire l’Histoire à la Spielberg. Ce récit ne se contente pas d’explorer l’humanité des origines, il ausculte les tréfonds de l’homme. Et y trouve la violence inhérente à la fraternité humaine. Et son actualité n’est pas d’en faire le constat : elle est d’analyser ce qui tente de s’accomplir par la violence. Pour converger vers la solution. La Bible commence en décrivant l’assujettissement d’Eve à Adam. Ils enfanteront Caïn et Abel. Le cultivateur Caïn égorge Abel le berger.  » La famille humaine commence mal « , commente Jean-Louis Sagot Duvauroux, le scénariste de La Genèse, dans son livre Héritiers de Caïn – Identités, fraternité, pouvoir (Ed. La Dispute, 1997). Les hommes se sont toujours disputés l’héritage de leurs aînés. Leur fraternité n’est pas un but mais un fait : c’est parce qu’ils sont frères qu’ils se combattent. L’accumulation des...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire