Le Magicien

De Radwan al-Kashef

Print Friendly, PDF & Email

Le sous-titre du « Magicien » en donne le projet : « la philosophie du bonheur » (mot à mot de l’arabe : la notion de joie). C’est effectivement un film d’une impressionnante vitalité, tonique et joyeux, centré sur la capacité d’un acteur remarquable, grande figure du cinéma égyptien, Mahmoud Abdel Aziz, à incarner un bouffon tonitruant dont l’extraversion ne masque pas la tendresse. Histoire d’un père qui craint pour sa fille et la cloître chez lui, le film focalise sa critique sur la rétention des femmes et n’épargne pas en passant les barbus intégristes. Musique, humour et rythme en font un vrai plaisir, même si le machisme effréné du père ne reçoit finalement pas une véritable critique, si ce n’est d’être un peu plus tolérant. Se déroulant dans le Caire des pauvres gens, il tranche avec les drames et comédies bourgeois que produit volontiers le cinéma égyptien. Appel à prendre la vie du bon côté, le Magicien est un beau testament laissé par un cinéaste mort trop tôt, qui avait marqué avec « La Sueur des palmiers », et qui laisse une indélébile marque artistique et humaine.

Egypte, 2001, coul, 35 mm, 135 min, avec Mahmoud Abdel Aziz, Salwa khattab, Menna Shalaby, Serry al-Naggar, Gamil Ratib, Sami Sarhan, Mohammad Youssef. Prod : Ganoub films, contact : [email protected]///Article N° : 2335

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire