Les Francophonies en Limousin, irremplaçable carrefour

Les passionnés des arts de la scène africains connaissent bien ce rendez-vous devenu incontournable : le festival des Francophonies en Limousin. Depuis 26 ans, il représente un carrefour et un tremplin uniques qui font rayonner la diversité du théâtre francophone. Cette année, il se déroule du 24 septembre au 3 octobre et promet d’intenses découvertes.

Chaque année, durant deux semaines, Limoges prend l’allure de centre du monde. On y découvre dans les lieux culturels mais aussi dans les rues et les bars, des artistes qui viennent des quatre coins d’Afrique mais aussi d’Europe, du Moyen-Orient, d’Amérique du Nord et parfois même d’Asie. Tous ou presque ont la langue française en partage mais ils portent chacun leur histoire singulière, tissée de multiples cultures, de forces et de fractures qui donnent à leurs créations artistiques une réelle épaisseur humaine.
Saisissant panorama
Le Festival des Francophonies en Limousin est devenu un carrefour unique de la création théâtrale et chorégraphique francophone. Durant deux semaines, une trentaine de spectacles offrent un panorama saisissant de la diversité de cette création. Cette 26ème édition n’échappe pas à ce foisonnement.
Côté théâtre, plusieurs dramaturges et metteurs en scène s’attaquent à de grands textes classiques pour en donner une nouvelle version. L’auteur suisse René Zahnd et le metteur en scène Burkinabè Hassane Kouyaté proposent « Une Iliade » d’après l’épopée fondatrice d’Homère. De son côté, l’enfant terrible du théâtre ivoirien Fargass Assandé se saisit du texte corrosif de Heiner Müller, Quartett, pour le transposer dans un cadre africain. Sans oublier l’adaptation du roman de Baïbars, épopée en langue arabe qui s’est transmise oralement au fil des siècles, qu’a concocté l’acteur et ancien administrateur général de la Comédie française Marcel Bozonnet…
« Plus que d’un retour aux origines, il s’agira d’une transgression à forte teneur symbolique souligne Marie-Agnès Sevestre, directrice du festival. Il faut de l’audace à un Burkinabè pour s’emparer de l’Iliade ou pour rejouer Les Liaisons dangereuses, à un jeune Québécois pour réinventer l’Enéide, tout comme à un Français, ne parlant pas arabe, pour chevaucher au long du 13ème siècle avec Baïbars, le jeune mamelouk converti à l’islam… ».
Nouvelles écritures
Depuis quelques années, le festival s’est ouvert à la danse, avec toujours la volonté de mettre en lumière les nouvelles écritures. Cet automne, le Congolais DelaValet Bidiefono présentera « Empreintes, on posera les mots après », les maestros Malgaches de la danse hip-hop « 2.4 H » et la compagnie franco-algérienne Osmosis « Kelb », un spectacle en plein air sur l’imaginaire urbain.
Mais Limoges ne serait pas Limoges sans la forte présence d’écrivains venus de tous les horizons. Le festival a créé en 1988 la fameuse Maison des auteurs qui a accueilli parmi les plus grandes plumes francophones contemporaines (de Sony Labou-Tansi à Wajdi Mouawad en passant par Kossi Efoui et Dieudonné Niangouna…). Lectures de pièces inédites, débats, rencontres autour d’un auteur, les Francophonies, ce sont aussi ces espaces conviviaux de découverte et de réflexion qui font l’âme de ce grand rendez-vous. Enfin, impossible d’oublier les concerts et les fêtes qui rassemblent chaque soir artistes et festivaliers sous le chapiteau du Zèbre, le centre névralgique du festival. Limoges tient son succès de cette bouillonnante alchimie.

Festival des Francophonies en Limousin
Du 24 septembre au 3 octobre 2009
À Limoges et dans la région du Limousin
Renseignements : 05 55 10 90 10
www.lesfrancophonies.com///Article N° : 8909

Partager :

Laisser un commentaire