Po di Sangui

De Flora Gomes

Print Friendly, PDF & Email

Dans le village d’Amanda Lundju, une tradition veut qu’à chaque naissance, on y plante un arbre Ces arbres grandissent avec l’enfant, le dépassent, lui survivent et deviennent l’âme des villageois. Quand Dou le nomade, qui est le jumeau de Hami, revient de la savane, son frère vient de mourir. De quoi est mort Hami ? Quel mal ronge Amanda Lundju ? Quand les forestiers de la grande ville arrivent au village pour convoiter la forêt, tout bascule. Colacalado, le vieux sorcier sur qui pèse la responsabilité spirituelle de la communauté, ordonne l’exode, confie la mission à Dou et demande à Saly, la fiancée de Dou, de guider le village vers le soleil. Ils iront jusqu’au désert pour un voyage initiatique. Et c’est la naissance d’un enfant qui les ramènera au village pour planter un nouvel arbre. Po di sangui est le terme créole pour désigner le « bois rouge ». Littéralement, son nom signifie le « bois de sang ». Ce film montre la tragédie de toute une communauté expulsée de sa forêt et jetée sur les routes de l’exil mais il peut apporter un message d’espoir, celui de la renaissance d’une société de ses cendres. Possible fable écologique pour l’Occident, le film est défini par son réalisateur comme « une parabole sur l’avenir d’une société du Tiers-monde et une réflexion sur le rôle des Africains dans le monde. » A l’instar de Souleymane Cissé, Flora Gomes choisit la parabole plutôt que la dénonciation directe. Po di Sangui (L’arbre aux âmes) est un récit optimiste, développé grâce à une coproduction entre la Guinée Bissau, la France et la Tunisie.

35mm, couleurs, 90′, avec Ramiro Naka, Bia Gomes, Edna Evora, Adama Kouyaté, Dadu Cissé. ///Article N° : 2188

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire