à propos du Prophète

Entretien de Sylvie Chalaye avec Ruddy Sylaire

Avignon, juillet 2002
Print Friendly, PDF & Email

Votre parcours artistique est jalonné de textes très mystiques.
J’aime les textes qui me mettent en alerte, qui m’allument, qui créent des courants d’air. Mais j’ai aussi monté des comédies, comme Je raccroche et je meurs en Martinique dernièrement.
Comment avez-vous eu l’idée d’adapter ce texte de Khalil Gibran ?
Le Prophète est un texte que j’ai découvert très jeune et qui m’accompagne comme Bob Marley ou Aimé Césaire. Il fait partie de ma culture d’homme du XXe siècle avec les grands doutes qui apparaissent. C’est une parole simple que tout le monde pense, mais peut-être pas assez forte pour la mettre en oeuvre. On est pourtant à la recherche d’une nouvelle éthique. Et des mots aussi simples, avec une poésie aussi puissante, devaient être portés au théâtre, ne ce serait-ce que pour le plaisir ! Bien sûr nous avons pris des libertés avec le texte pour son adaptation à la scène.
Pourquoi avez vous construit votre mise en scène autour d’une grande toile ?
J’ai le sentiment à la lecture de ce texte qu’il est toujours dans une dynamique de flux et de reflux, et je voulais un élément fluide et matériel qui permette de passer à travers tous les symboles. C’est une idée qui s’est imposée dès les premières lignes avec l’image du bateau qui est évoqué et qui devait être pour moi une voile. Une voile, mais aussi un voile ; le Yin et le Yang, pile et face… C’est le troisième personnage.
La parole arrive lentement, après tout un jeu avec le tissu.
Je voulais offrir une page à partager. Je trouve qu’il il y a quelque chose de sensoriel dans le livre, ou la lettre que l’on adresse, que je voulais retrouver dans le rapport au public avec cette toile tendue entre les actrices et les spectateurs. Il fallait aussi déjouer la dimension potentiellement moraliste du texte et mettre en jeu le public par la toile, tisser en somme la parole avec lui.

///Article N° : 2385

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire