Afri’ Festival : Belleville Citoyenne

Gaël Faye rappe l'exil et le métissage

Entretien d'Anne Bocandé avec Gaël Faye

Décollage immédiat pour un voyage entre Paris et le Burundi. Pour son 1er album solo, le rappeur franco-rwandais Gaël Faye retrace, à travers son histoire personnelle, un parcours d’exil avec la guerre civile comme toile de fond. En attendant la sortie officielle de Pili Pili sur un croissant au beurre le 24 septembre 2012, l’artiste, sera en concert lors du [festival Belleville Citoyenne] mais également à la Maroquinerie (Paris XXe) le 19 juin 2012. Rencontre avec Gaël Faye qui s’est fait connaître avec le projet [Milk Coffee & Sugar] avec Edgar Sekloka.


Gael FAYE par afriscop-africultures Le 24 septembre prochain, vous sortez votre premier album solo, dont 5 titres sont disponibles dès le 18 juin. Est-ce la fin de Milk Coffee & Sugar, votre duo avec Edgar Sekloka ? Non pas du tout. Edgar a aussi des projets annexes avec ses romans. Ce nouvel album est mon roman à moi. Mais Edgar était là à toutes les étapes de Paris à Bujumbura. Avec Edgar, nous fonctionnons comme un groupe, comme un couple, comme un collectif. 6D Production qui produit Pili Pili sur un croissant au beurre est notre label indépendant. Vous définissez ce nouvel album comme autobiographique. Qu’est-ce que cela signifie ? J’ai voulu revenir sur un parcou...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Les images de l'article
Portrait de Gaël Faye
© Anne Bocandé
Partager :

Laisser un commentaire