Du discours social au discours de l’Intime

Ou de la démystification de la violence

Lire hors-ligne :

Au commencement, le dernier film tunisien réalisé en 2010 par une jeune femme : Les Secrets/Douaha de Raja Amari. Film sombre qui baigne dans les eaux troubles et ne craint ni les remous ni les crapauds fiévreux. Je me permets un raccourci : pour se libérer, la jeune héroïne Aïcha se doit d’assassiner deux générations de femmes : celles de sa mère et de sa grand-mère.

Constat tout de même étonnant pour une société tunisienne qui, dès l’indépendance, a entrepris des actions exceptionnelles à l’échelle du monde arabe pour l’émancipation des femmes, entre autres, par l&r...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore (ou plus) abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Ce contenu vous intéresse ? Africultures a besoin de vous pour continuer d'exister. Alors soutenez-nous !

Laisser un commentaire