Fiche Film
Cinéma/TV
LONG Métrage | 1971
Avoir vingt ans dans les Aurès
René Vautier
Titre anglais : To Be Twenty in the Aurès
Date de sortie en France : 01/01/1972
Pays concerné : France
Réalisateur(s) : René Vautier
Avec : René Vautier, Alexandre Arcady, Yves Branellec, Philippe Brizard, Philippe Léotard, Mahmoud Jemni
Durée : 100
Genre : drame
Type : documentaire

Français

[ VHS ou DVD disponible à la médiathèque des 3 mondes ]


Synopsis
En avril 1961 dans le Sud algérien, pendant l’engagement militaire que la France appelait son « opération de maintien de l’ordre » plutôt que « guerre », un groupe de soldats bretons réfractaires et pacifistes est pris en charge par un officier. Celui-ci conduit ces « têtes brûlées » à se livrer à tous les excès et cruautés qu’ils condamnaient. Mais un des soldats s’enfuit avec un prisonnier torturé pour le sauver d’une exécution sans jugement.


Commentaire (FIFF 2008, Suisse)
« Fous pas ton pied dans cette merde, c’est une vrai histoire de fous… Pas ton pied dans cette merde, ou bien t’y passeras jusqu’au cou… » Ces paroles de la chanson de Yves Branellec marquent les premières scènes du film, dont le générique indique que « la véracité de chaque épisode relaté peut être confirmée devant un tribunal par un minimumde cinq témoins ». Le ton est donné, il s’agit d’un film de combat. René Vautier a enregistré plus de 800 heures de témoignages d’appelés qu’il utilise, en plus de son expérience personnelle, pour tourner un film entre documentaire et fiction. Prix de la Critique internationale à Cannes en 1972, Avoir vingt ans dans les Aurès fut relativement bien accueilli par la critique française. Mais le cinéaste dut aller jusqu’à faire une grève de la faim pour lutter contre la censure et obtenir un visa d’exploitation. En 1997 on essayait encore de faire interdire le film en France.

_______________________

Le film culte de René Vautier sur la guerre d’Algérie, à voir ou revoir : comment des hommes contre la guerre sont manipulés en étant mis face aux balles. Une plongée dans les contradictions de la guerre d’Algérie autant que dans celles de l’âme humaine.

A lire en même temps que le film (de Afrique 50, premier film anticolonialiste, à ses derniers films militants), le livre de mémoires de René Vautier : Caméra citoyenne, aux Editions Apogée.



Langue v.o : français
Année de production : 1971
Pays de production : France
Durée : 1h40min.


* Réalisation et scénario : René Vautier
* Image : Pierre Clément, Daniel Turban
* Montage : Nedjma Scialom
* Son : Antoine Bonfanti
* Musique : Pierre Tisserant

* Avec :
Philippe Léotard, Alexandre Arcady, Hamid Djellouli, Jean-Michel Ribes, Alain Scoff, Yves Branellec, Jean-Jacques Moreau, Jacques Canselier

* Production :
Unité de Production Cinématographique Bretagne (U.P.C.B.)

Distribution / Ventes internationales:
Cinémathèque de Bretagne
Gilbert Le Traon
2, avenue Clémenceau
29210 Brest – France
tél. +33 2 98 44 03 95
tél. +33 2 98 43 53 55
diffusion.culturelle@cinematheque-bretagne.fr

Distribution : Cinéma Public films.







FESTIVALS / PRIX / AWARDS / DISTINCTIONS / TELEVISIONS

2008 | FIFF
* Sélection « Panorama : Cinéma et Révolution »

1972 | Festival de Cannes
* Prix de la critique internationale

English

Inhalt
Im April 1961 wird eine Gruppe aufsässiger und pazifistischer bretonischer Soldaten im Süden Algeriens während des Militäreinsatzes, der in Frankreich nicht als Krieg, sondern eher als « Aktion zur Aufrechterhaltung der Ordnung » bezeichnet wurde, von einem Offizier übernommen. Dieser bringt die Hitzköpfe dazu, Ausschreitungen und Grausamkeiten zu begehen, die sie selbst zuvor verurteilt hatten. Einer der Soldaten flieht jedoch mit einem gefolterten Gefangenen, um ihn vor einer standrechtlichen Hinrichtung zu retten.


Kommentar (FIFF 2008)
« Fous pas ton pied dans cette merde, c’est une vrai histoire de fous… Pas ton pied dans cette merde, ou bien t’y passeras jusqu’au cou… » Dies singt Yves Branellec zu Beginn des Films, nachdem im Vorspann betont wurde, dass « die Richtigkeit jeder gezeigten Episode von mindestens fünf Zeugen vor Gericht bestätigt werden kann ». Damit ist klar: Es handelt sich um einen kämpferischen Film. René Vautier nahm mehr als 800 Stunden Augenzeugenaussagen auf, die er neben seiner persönlichen Erfahrung benutzte, um einen Film zwischen Dokumentation und Fiktion zu schaffen. Mit dem Preis der Internationalen Kritik 1972 in Cannes ausgezeichnet, wurde Avoir vingt ans dans les Aurès von der französischen Kritik verhältnismässig gut aufgenommen. Dennoch musste Vautier in den Hungerstreik treten, um die Vorführungsfreigabe für seinen Film zu erhalten. Noch 1997 versuchte man in Frankreich, das Werk zu verbieten.

Sprache der Originalversion französisch
Produktionsjahr 1971 Produktionsland Frankreich
Spielzeit 100min. Format Beta SP

Drehbuch René Vautier
Montage Nedjma Scialom
Kamera Pierre Clément, Daniel Turban
Ton Antoine Bonfanti
Darsteller Philippe Léotard, Alexandre Arcady, Jean-Michel Ribes, Yves Branellec, Hamid Djellouli

Produktionsfirma & Rechte UPCB
Verleih ventes internationales:
Cinémathèque de Bretagne
Gilbert Le Traon
2, avenue Clemenceau
29210 Brest Brest 1 – France
tél. +33 2 98 44 03 95
renseignements[at]cinemathque-bretagne.fr


Filme am FIFF 2008
« Panorama : Film und Revolution »


_______________________

Synopsis
In April 1961, during the military engagement termed by France as an « order maintenance operation » rather than a « war », a group of reluctant and pacifist Breton soldiers are taken under the command of an officer in southern Algeria. The officer forces these hotheads to commit all the abuses and cruelty they had formerly condemned. But one of them flees with a tortured prisoner to save him from being executed without a judgement.



Comment

« Don’t walk on that shit, it’s just damn crazy… Not on that shit, or you’ll be in it up to your ears… » These words of a song by Yves Branellec underline the first scenes of the film, after the opening titles have indicated that « the veracity of each event related can be confirmed in court by at least five witnesses ». The tone is set: this is militant cinema. René Vautier recorded over 800 hours of first-hand accounts which he uses, besides his own personal experience, to make a film that lies somewhere between documentary and fiction. Laureate of the International Critics Award in Cannes in 1972, To Be Twenty in the Aurès was relatively well received by the French critics. The filmmaker still had to go on a hunger strike to avoid censorship and to obtain the film’s release permit. In 1997, French right wing politicians were still trying to ban the film.


Language of the o.v.: french
Year of production: 1971
Country of production: France
Running time: 100min.
Format: Beta SP

Script: René Vautier
Editing: Nedjma Scialom
Images: Pierre Clément, Daniel Turban
Sound: Antoine Bonfanti
Cast: Philippe Léotard, Alexandre Arcady, Jean-Michel Ribes, Yves Branellec, Hamid Djellouli

Production:
UPCB

Distribution / World Sales:
Cinémathèque de Bretagne
Gilbert Le Traon
2, avenue Clemenceau
29210 Brest Brest 1 – France
tél. +33 2 98 44 03 95
renseignements[at]cinemathque-bretagne.fr


Film presented in the FIFF 2008
« Panorama : Cinema and Revolution »