Musique

Musique


Lancé par le rappeur Elom 20ce en 2009, les évènements « Arctivism » sont des temps de concerts et débats autour d’une figure phare des luttes d’émancipation du peuple africain et de sa diaspora. Pour cette 28ème édition à Lomé, c’est autour d’Angela Davis que les organisateurs ont choisi de questionner la place des femmes dans les mouvements panafricains. Reportage avec les artistes invités, le 21 janvier dernier, parmi lesquelles figuraient l’écrivaine Léonora Miano et la rappeuse Akua Naru.

« A quand une chaire de hip-hop en France ?(1) » questionnait l’ancien président de l’association hip hop citoyen dans nos pages Afriscope en 2013. S’il n’est pas encore question d’un champ à part entière, les musiques hip-hop tiennent leur premier colloque universitaire de grande ampleur du 1er au 3 février. De quoi faire un état des lieux de la place de ces esthétiques dans le monde académique. Des dizaines de chercheur.e.s francophones se réunissent à la Maison des métallos à Paris. Et la place des expressions africaines n’est pas en reste. Rencontre avec Karim Hammou, chargé de recherche au CNRS, auteur…

Les images de l'article




Mise à mal, la musique malienne ? La crise politique, qui a frappé le pays en 2012, l’a signalée, en victime d’une censure implacable, auprès des médias français. Les djihadistes, qui occupèrent alors les régions de Gao, Kidal et Tombouctou, placèrent l’expression musicale dans la liste des interdits, au nom de la charia. Il y était question d’une censure autoritaire, sans concessions, aussi implacable que cette menace de djihadiste, à l’encontre d’un musicien : « Si jamais il se montre dans les parages, nous lui couperons les doigts dont il se sert pour jouer cette guitare »(1). Mais force est de reconnaître…

Un artiste noir, obligé de chanter derrière un rideau, pour ne pas se noyer dans la blancheur du public d’un soir. Les African Jazz Pionner, reproduisant dans Hosh – un morceau devenu mythique – les signaux que se font les clients d’un bar pour annoncer une descente de police dans les townships. Johnny Clegg, censuré pour avoir chanté Mandela déboulant sur la scène avec Sipho Mshunu à ses côtés, exprimant le désir de mixité grandissant de la société sud-africaine. C’était l’époque de l’apartheid. Un temps où les artistes du cru, comme ceux de toute l’Afrique et du monde entier trouvaient…

La censure à l’heure du web, des intégristes et des frontières fermées ou comment retrouver le goût du subversif dans un monde miné par le divertissement. Entretien avec Daniel Brown, journaliste et vice-président de Freemuse, une ONG née au Danemark en 1998 – l’année où Matoub Lounès a été assassiné en Algérie. En Afrique, Freemuse est notamment connue pour avoir défendu Lapiro de Mbanga. Décédé, l’artiste avait été condamné à trois ans d’emprisonnement en 2008 pour une chanson, « Constitution constipée », réclamant la limitation du mandat présidentiel au Cameroun.

Directrice artistique, et réalisatrice, Leïla Sy s’est imposée en moins d’une dizaine d’années comme l’une des meilleures réalisatrices françaises de clips. Portrait.

Après un recueil de poésie et une session de mixtapes, Edgar Sekloka, l’ancien rappeur de Milk, Coffee & Sugar, revient avec un EP réussi où il cultive son art du paradoxe.

Entretien de Caroline Trouillet avec Soro Solo

Après avoir animé pendant 10 ans, avec Vladimir Cagnolari, l’émission L’Afrique Enchantée sur France Inter, le journaliste Soro Solo continue l’aventure seul depuis un an. L’Afrique en solo, diffusé chaque samedi à 22h, raconte les actualités de l’Afrique et ses diasporas, la musique comme support.

Musique et littérature : identité originelle

Sur plusieurs épidodes, Africultures a plongé en musique dans la littérature. Et ce, à partir de quatre fragments de musique écrits par Camara Laye, Ngugi Wa Thiong’o, Jean Bofane et Ayi Kwei Armah. Quatre moments de vie qui relatent un plaisir mélomane vécu à l’oblique. Au cours d’un mariage, dans une atmosphère de bar ou encore au cœur d’une révolte. Ces extraits d’œuvres d’auteurs africains nous transportent à la fois dans un espace culturellement ancré et universel. A partir d’eux, Sami Tchak nous propose une analyse des liens intimes entre musique et littérature.

Les images de l'article




L'âge d'or n'est pas pour demain de Ayi Kwei Armah

Africultures plonge en musique dans la littérature. Quatre fragments de musique écrits par Camara Laye, Ngugi Wa Thiong’o, Jean Bofane et Ayi Kwei Armah. Quatre moments de vie qui relatent un plaisir mélomane vécu à l’oblique. Au cours d’un mariage, dans une atmosphère de bar ou encore au cœur d’une révolte. Ces extraits d’œuvres d’auteurs africains nous transportent à la fois dans un espace culturellement ancré et universel. Cette fois, un extrait de Ayi Kwei Armah. Dans un monde en bouleversement, Ayi Kwei Armah nous peint, avec une extrême finesse, le combat intérieur de l’homme entre les tentations qui renvoient…

Pétales de sang de Ngugi wa Thiong'o

Africultures plonge en musique dans la littérature. Quatre fragments de musique écrits par Camara Laye, Ngugi Wa Thiong’o, Jean Bofane et Ayi Kwei Armah. Quatre moments de vie qui relatent un plaisir mélomane vécu à l’oblique. Au cours d’un mariage, dans une atmosphère de bar ou encore au cœur d’une révolte. Ces extraits d’œuvres d’auteurs africains nous transportent à la fois dans un espace culturellement ancré et universel. Cette fois, un extrait de Ngugi wa Thiong’o. Dans Pétales de sang, Ngugi wa Thiong’o met en scène la lutte du petit peuple contre le capitalisme brutal qui crée des alliances entre…

Congo Inc. Le testament de Bismarck de Jean Bofane

Africultures plonge en musique dans la littérature. Quatre fragments de musique écrits par Camara Laye, Ngugi Wa Thiong’o, Jean Bofane et Ayi Kwei Armah. Quatre moments de vie qui relatent un plaisir mélomane vécu à l’oblique. Au cours d’un mariage, dans une atmosphère de bar ou encore au cœur d’une révolte. Ces extraits d’œuvres d’auteurs africains nous transportent à la fois dans un espace culturellement ancré et universel. Cette fois, un extrait de Jean Bofane. A partir de l’histoire du jeune pygmée Isookanga qui découvre le business grâce à Internet, Jean Bofane nous introduit dans la tragédie du grand Congo…

Extrait de Le maître de la parole de Camara Laye

Africultures plonge en musique dans la littérature. Quatre fragments de musique écrits par Camara Laye, Ngugi Wa Thiong’o, Jean Bofane et Ayi Kwei Armah. Quatre moments de vie qui relatent un plaisir mélomane vécu à l’oblique. Au cours d’un mariage, dans une atmosphère de bar ou encore au cœur d’une révolte. Ces extraits d’œuvres d’auteurs africains nous transportent à la fois dans un espace culturellement ancré et universel. Celui-ci nous vient de Camara Laye. L’auteur guinéen transcrit l’épopée du Manding, dite par le Belen-Tigui (Griot) Babou Condé, dans Le maître de la parole, diponible aux éditions Libriarie Plon. Les chants…

Les ondes ougandaises sont saturées de musiques nigériane, sud-africaine, tanzanienne, kenyane. Le pays manque cruellement de structures et de volonté politique pour soutenir ses propres artistes. État des lieux express d’une scène émergente en quête d’elle-même.

A 29 ans, Nawel Ben Kraiem déploie son joli timbre sur le territoire de la pop, y glissant les sonorités de la langue arabe. Elle était, le 20 mai dernier, en concert à l’Institut des Cultures d’Islam pour lancer son dernier EP, Navigue. Portrait d’une artiste éclairée sur les enjeux de ce monde.

Les images de l'article
© Caroline Trouillet
© Caroline Trouillet
© Caroline Trouillet
© Caroline Trouillet




Batuk

Le quatuor sud-africain Batuk livre un opus, Musica da terra, où le pouls rythmique, se déploie en chants traditionnels et en percussives électo. Une house rénovée sur des sonorités afro.

Lancée en septembre 2015, XLiveAfrica explose tous les compteurs d’audience. Cette nouvelle webradio, nichée dans le centre-ville de la capitale ghanéenne, est à l’image de sa jeunesse : moderne, arty et connectée.

Les images de l'article




No future land

La sortie de Punk Islands, dernier album de M’toro Chamou, pose une interrogation sur les limites d’une schizophrénie archipélique que la musique ne parvient pas à transcender. Dix titres rappelant que la France reste un État colonial à Mayotte, tout en traduisant la complexité de la relation entre « Mahorais » et « Comoriens », des êtres issus de la même fratrie. Une relation qui finit par embarrasser l’artiste, quoi qu’il en dise…

Les images de l'article
© JP Fauliau




Davy Sicard

Disponible à La Réunion depuis un an, le cinquième et dernier album de Davy Sicard, Mon Zanfan, est dans les bacs français depuis le 15 avril. Une trêve créole dans le royaume de l’enfance.

1 2 3 4 47