De l’indicible au romantique : les masques de l’amour au cinéma

Rares sont les histoires d’amour dans les cinémas d’Afrique noire, mais les films populaires plongent volontiers dans le romantisme.

Nous avions déjà évoqué dans  » Femmes et hommes dans les cinémas d’Afrique noire  » (Africultures n°35, dossier Masculin-féminin) les relations hommes-femmes au cinéma. Il est rare que les films d’Afrique noire mettent en scène des histoires d’amour ou de couples. La femme est souvent le personnage principal des films mais davantage en tant qu’insoumise aux traditions obsolètes, à la loi des hommes. Les cinéastes, des hommes pour la plupart, se saisissent de sa révolte, de cette infidélité aux normes sociales, pour les remettre en cause. Ce retour aux sources laisse peu d’espace aux histoires d’amour : l’amour est une donnée essentielle contrariée par les règles, non un développement, une aventure commune soumise aux contradictions. Deux chefs-d’œuvre se dégagent pourtant. Djeli, conte d’aujourd’hui (Fadika Kramo-Lanciné, Côte d’Ivoire, Grand prix du Fespaco 1981) oppose l’amour de deux étudiants, Fanta et Karamoko, à la tradition qui empêche un fils de griot d’épouser une noble mandingue, ce qui fait dire à Karamoko :  » Nous parlons sentiment et ils parlent mariage.  » Le conflit ne se résoudra que dans l’extrême, lorsque Fanta tentera de se suicider. Dans Muna moto (L’Enfant de l’autre, Jean-Pierre Dikongué Pipa, Cameroun, Grand prix du Fespaco 1976), un mariage d’amour entre Ngando et Ndomé est empêché par la t...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Les images de l'article
Le Pari de l'amour, de Didier Aufort (2002).
© D.R.
Le Pari de l'amour, de Didier Aufort (2002).
© D.R.
Le Pari de l'amour, de Didier Aufort (2002).
© D.R.
Le Pari de l'amour, de Didier Aufort (2002).
© D.R.
Le Pari de l'amour, de Didier Aufort (2002).
© D.R.
La Fumée dans les yeux, de François Woukoache (1998)
© D.R.
Partager :

Laisser un commentaire