Djaliya

De Ablaye Cisoko et Volker

Print Friendly, PDF & Email

L’homme de radio Soro Solo, qui œuvre depuis des années sur France Inter avec l’émission L’Afrique enchantée, partage sur Africultures.com, quelques-unes de ses sélections musicales.

Jamais deux sans trois…Le Sénégalais Ablaye Cissoko et l’Allemand Volker Goetze élèvent le troisième pilier de leur arène musicale. Et c’est la septième composition « Djaliya »- qui veut dire à peu près « la fonction du Djéli »- qui donne son nom à cette œuvre, visiblement une mise au point de Ablaye Cissoko au regard de l’unique image de laudateur qu’on colle à la caste des Djéli du fait qu’ils aient été à l’origine -entre autre- musicien de cour. Que nenni !
Le descendant de Djéli qu’est Ablaye précise que, chez les peuples mandingues, ceux de sa caste sont la mémoire de la communauté. Leur connaissance pointue de la société, de la généalogie des lignages, leur maitrise de la parole, leur sérénité ou encore leur diplomatie leur confèrent les outils pour conseiller les hommes de pouvoir, pour éduquer, intercéder dans les conflits ou mettre en garde des dangers qui menacent le tissu social.
Les 21 cordes de la kora d’Ablaye scintillent comme les étoiles d’un ciel bleu, à la fois mélancolique et joyeux. Le souffle de la trompette de Voker coule, soyeux à l’envie et roucoulant de plaisir. Les percus de François Verly se font discrets à souhait mais d’une efficacité renversante.
En rendant hommage aux Djéli, l’album passe en revue le déchirement de l’artiste qui doit abandonner sa famille pour courir le monde (« Souma Mamone »), indexe la bêtise des guerres qui explosent le monde (« N’A Banco ») ou dénonce l’incurie des politiciens (« Politiki »). Une fois de plus, le Sénégalais de Saint Louis et l’Allemand de New York nous gratifie d’un album lumineux éclatant de sobriété.

Djaliya Ma Case. Sortie le 13 Octobre.
Concert à Paris les 13 & 14 Novembre///Article N° : 12483

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire