Empreinte… on posera les mots après

De la Compagnie Baninga

Un pari réussi à la Maison des Arts de Créteil

Le Festival international ” exit “, organisé du 18 au 28 Mars à la Maison des Arts de Créteil, a permis une fois encore de découvrir une palette esthétique de danses et de créations percutantes. Parmi elles, la pièce ” Empreintes… on posera les mots après ” de la compagnie congolaise Baninga (1).

Le titre en soi pose clairement l’état d’esprit du chorégraphe Delavallet Bidiefono : déterminé et pragmatique qui s’affirme résolument ici en homme d’actions, ” on posera les mots après ! “. Né à Pointe Noire (Congo), au début des années 80, il est aujourd’hui l’une des figures montantes de la danse contemporaine Africaine. C’est en 2005 qu’il crée la Cie Baninga pour laquelle il signe sa première pièce ” Liberté d’expression “, en juillet de la même année suivie par ” Pollution ” (octobre 2006) et ” Nidjila na nidjila- d’une route à l’autre ” (septembre 2007).Lors d’un stage au CDC (Centre de formation pour la danse) de la Termitière à Ouagadougou, il rencontre le chorégraphe Salia Sanou qui collabora à ces deux dernières pièces et dont on peut reconnaître quelque fois la ” touche “. Delavallet Bidiefono fait partie de ces artistes résistants et visionnaires qui, l’esprit vif et combatif, s’attellent à abattre les murs de silence qui sclérosent l’art et les consciences dans son pa...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Les images de l'article
Partager :

Laisser un commentaire