Fiche Personne
Musique Théâtre Cinéma/TV Média

Mahamat-Saleh Haroun

Réalisateur/trice, Producteur/trice, Journaliste, Scénariste, Producteur/trice délégué/e
(Homme)
Tchad

Français

Réalisateur, scénariste et producteur tchadien.

Mahamat-Saleh HAROUN est un réalisateur, scénariste et producteur. Il est connu pour « Bye-bye Africa » (1999), « Daratt, saison sèche » (2006), « Un homme qui crie » (2010) et « Lingui » (2021).

Mahamat-Saleh HAROUN est né en 1960 à Abéché, au Tchad. Après des études de cinéma à Paris (Conservatoire Libre du Cinéma Français, CLCF) et de journalisme à Bordeaux, il travaille pendant plusieurs années pour différents quotidiens de province. En 1994, il revient au cinéma et réalise son second court métrage « Maral Tanié » (son premier, « Tan koul« , en 1991, est moins connu). En 1999, son premier long métrage Bye Bye Africa est sélectionné à la Mostra de Venise et y obtient le prix du Meilleur premier film. Par la suite, il réalise en 2002 « Abouna, notre père » et en 2006 « Daratt, saison sèche » qui raffle le Prix spécial du jury au Festival de Venise de la même année et l’Étalon de bronze de Yennenga au Fespaco 2007.
En mai 2010, son film « Un homme qui crie » devient le premier film d’un cinéaste tchadien à être sélectionné en compétition officielle au Festival de Cannes et surtout à en repartir avec un Prix du Jury. Le film remporte aussi le prix Robert Bresson au Festival de Venise. « Grigris » (2013) est son 5è film. En 2016, il sort « Hissein Habré, une tragédie tchadienne« , long métrage documentaire, en Projection Spéciale au Festival de Cannes 2016.
« Une Saison en France » (2017) fait sa Première Mondiale à Toronto. Haroun coproduit « Talking About Trees », long métrage documentaire du réalisateur Suhaib Gasmelbari (Soudan) sélectionné à la Berlinale 2019.
Son 7è long métrage « Lingui, les liens sacrés » (fiction) marque son retour à Cannes où il est nominé pour la Palme d’Or 2021.

Depuis 2008, le cinéaste est Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres de la République française. Il est Président de la commission Fonds Sud Cinéma (France), de janvier 2008 à janvier 2010.
En 2012, il travaille à la création d’une école de cinéma au Tchad.
Il devient ministre du développement touristique, de la Culture et de l’Artisanat du Tchad du 5 février 2017 au 8 février 2018, poste dont il démissionne le 6 février 2018.

FILMOGRAPHIE (réalisateur)

TÉLÉVISION (sélection)
2008 – Sexe, gombo et beurre salé (fiction)

COURTS MÉTRAGES
1991 – Tan koul
1994 – Maral Tanié (fiction). Festival Vues d’Afrique 1994 et sélection internationale à Clermont-Ferrand 1995
1995 – Goï-Goï (fiction), sélection Regards d’Afrique / Clermont-Ferrand 1996
1997 – B 400 (fiction)
1998 – Un thé au Sahel
2001 – Letter from New-York City Prix de la meilleure vidéo : Festival du cinéma africain de Milan 2001
2005 – Kalala (documentaire)
2008 – Expectations (fiction)

MOYENS MÉTRAGES
1995 – Bord’Africa (documentaire musical)
1996 – Sotigui Koyaté, un griot moderne (documentaire)

LONGS MÉTRAGES
1999 – Bye-Bye Africa (fiction) Prix du Meilleur premier film: Mostra de Venise 1999 ; Prix du meilleur premier film: Festival du cinéma africain de Milan 1999 ; Prix du Meilleur film: Festival International du Film d’Amiens 1999

2002 – Abouna, notre père (fiction) Sélection Quinzaine des réalisateurs: Festival de Cannes 2002 ; Prix pour la meilleure image : FESPACO 2003

2006 – Daratt, saison sèche (fiction) Prix spécial du jury: Mostra de Venise 2006 ; Etalon de bronze de Yennenga: FESPACO 2007

2010 – Un homme qui crie (fiction) Prix du Jury: Festival de Cannes 2010 & Yennenga d’Argent: Fespaco 2011.

2013 – Grigris (fiction) Première Mondiale – Compétition Officielle du Festival de Cannes 2013.

2016 – Hissein Habré, une tragédie tchadienne (long métrage documentaire) Première Mondiale – Projection Spéciale au Festival de Cannes 2016.

2017 – Une saison en France (fiction). Première Mondiale / World Premiere – 42è Festival de Toronto 2017

2019 – Talking About Trees (long métrage documentaire) du réalisateur Suhaib Gasmelbari (Soudan). Première Mondiale | Berlinale 2019
* Producteur : M-S Haroun

2021 – Lingui, les liens sacrés (fiction) Première Mondiale – Festival de Cannes 2021.

Source :
www.clermont-filmfest.com/index.php?m=18
www.festival-cannes.com/fr/artiste/mahamat-saleh-haroun
actualisée par Thierno I. Dia, le 09 juillet 2021

English

Chadian Film Director, Screenwriter and producer.

Mahamat-Saleh HAROUN is a Film Director, Screenwriter and producer. He is known for « Bye-bye Africa » (1999), « Daratt, Dry Season » (2006), « A Screaming Man » (2010) and « Lingui » (2021).

Born in Abéché, Chad, in 1960, Mahamat-Saleh HAROUN studied film in Paris (at the Conservatoire Libre du Cinéma Français), then journalism in Bordeaux. After having worked several years for various local newspapers, he directed his first short film « Maria Tanié », in 1994. After two documentaries, including « Sotigui Kouyaté, un griot moderne », about of the famous actor from Burkina Faso, he made his first feature in 1999: « Bye-bye Africa », selected at the Venice Film Festival where it won the Best First Film award. He then made « Abouna (Our Father) » (Directors’ Fortnight, Cannes 2002) and « Daratt, Dry Season » (Special Jury Prize, Venice 2006). In 2010,  » A Screaming Man  » won the Jury Prize at the Cannes film festival and was awarded the Robert Bresson Prize at the Venice Film Festival. In 2011, Mahamat-Saleh HAROUN was a member of the Official Jury at the Cannes Film Festival. « Grigris » (2013) is his fifth feature film. In 2016, he released « Hissein Habré, a Chadian tragedy », feature documentary, selected at Cannes 2016 (Special Screening).
His feature « A Season in France » (2017) world premiered at Toronto FilmFest. He produced « Talking About Trees », feature documentary, directed by Suhaib Gasmelbari (Sudan), released as 2019 Berlinale.
His 7th feature « Lingui, the sacred bonds » (fiction) had its World Premiere at 2021 Cannes.

Source:
www.clermont-filmfest.com/index.php?m=18
www.festival-cannes.com/en/artist/mahamat-saleh-haroun
Updated by Thierno I. Dia, on July 9, 2021

_______

ES
Después de asistir al Conservatorio Libre de Cine Francés, Mahamat-Saleh Haroun estudió Periodismo en la IUT de Burdeos. Trabajó durante cinco años en la prensa regional y en una radio local como director de antena. En 1994 dirigió su primer corto, Maral Tanié. Dirigió Expectations (2008), el documental Kalala (2005) y el largo Bye Bye Africa (1999). Su película Abouna fue presentada en la Quincena de Realizadores de Cannes 2002. Ganó el Premio del Jurado del Festival de Venecia con Daratt.

Source: 11e Festival Cine Francés, Colombia
www.cinefrancesencolombia.com/pelicula.php?id=20

Español

Después de asistir al Conservatorio Libre de Cine Francés, Mahamat-Saleh Haroun estudió Periodismo en la IUT de Burdeos. Trabajó durante cinco años en la prensa regional y en una radio local como director de antena. En 1994 dirigió su primer corto, Maral Tanié. Dirigió Expectations (2008), el documental Kalala (2005) y el largo Bye Bye Africa (1999). Su película Abouna fue presentada en la Quincena de Realizadores de Cannes 2002. Ganó el Premio del Jurado del Festival de Venecia con Daratt.

Source: 11e Festival Cine Francés, Colombia
www.cinefrancesencolombia.com/pelicula.php?id=20
Films(s)