Fiche Film
Cinéma/TV
LONG Métrage | 2002
Abouna (Notre père)
Mahamat-Saleh Haroun
Titre anglais : Abouna (Our Father)
Date de sortie en France : 19/03/2003
Pays concerné : Tchad
Réalisateur(s) : Mahamat-Saleh Haroun
Avec : Koulsy Lamko, Abderrahmane Sissako, Moctar Aguid Hamza, Garba Issa, Abraham Haïlé Biru, Sarah Taouss Matton, Marc Nouyrigat, Mounira Mitchala, Guillaume de Seille, Maji-da Abdi, Ahidjo Mahamat Moussa, Olivier Laurent, Laurent Dreyer, Zara Haroun
Durée : 85
Genre : drame
Type : fiction

Français

Tahir (quinze ans) et Amine (huit ans) se réveillent un beau matin et apprennent que leur père a quitté la maison. Pourquoi ? Ils l’ignorent. Ils sont d’autant plus déçus que ce jour là, le Père devait arbitrer un match de football opposant les gosses du quartier. Les deux enfants attendent son retour puis décident d’aller à sa recherche à travers une longue errance dans la ville.



Réalisation-Directed by : Mahamat-Saleh Haroun

Scénario-Screenplay : Mahamat-Saleh Haroun

Image-Cinematography : Abraham Haile Biru

Son-Sound : Marc Nouyrigat, Olivier Laurent, Laurent Dreyer

Montage-Editor : Sarah Taouss Matton

Musique-Music : Diego Mustapha Ngarade

Décor-Set : Laurent Cavero

Production : Chinguitty Films (ex-Duo Films), Goï-Goï Productions,

avec le soutien du Fonds Sud Cinéma, du ministère des Affaires étrangères (ADC Sud) et du Fonds Francophone (OIF / CIRTEF).



Distribution : MK2



Interprètes-Cast :

Ahidjo Mahamat Moussa (Tahir),

Hamza Moctar Aguid (Amine),

Zara Haroun (la mère),

Mounira Khalil (la muette),

Koulsy Lamko (le père),

Garba Issa (le marabout).



Propos du réalisateur

« Trop souvent, j’ai vu des films nostalgiques sur l’enfance. Abouna se veut plutôt un film sur cette dure réalité qu’est l’absence traumatisante d’un parent. Pour cela, j’ai pris, pour les rôles principaux, des enfants vivant ou ayant vécu cette douloureuse expérience. Au Tchad, je connais beaucoup d’enfants qui, du fait de la guerre ou encore pour d’autres raisons, ont vu leur père partir. Abouna, film sur les enfants, est totalement raconté de leur point de vue, laissant libre cours à leur imaginaire, leur crédulité… Quant à la caméra, elle est très libre, comme l’est l’esprit du film, qui s’est fait tout en improvisation pour capter la vérité des enfants. Une caméra qui bouge autant que les gamins pour mieux saisir leur énergie.  »





Quinzaine des Réalisateurs – Cannes 2002

Représentant officiel du Tchad Oscars 2003

English

15-year-old Tahir and 8-year-old Amine wake up one morning to learn that their father has left home. The brothers decide to find him and wander through the city. Deeply disturbed by this sudden disappearance, they begin to hang about, play hooky and go to the movies, where, one day, they think they recognize their father on the screen. They manage to steal the reels and look for his face on the film, but the police arrest them. Weary of their antics, their mother sends them far away to study in a religious school.

Mahamat Saleh Haroun. France/Chad.
2002. 84 mins. French and Arabic with English Subtitles.

Réalisation-Directed by : Mahamat-Saleh Haroun
Scénario-Screenplay : Mahamat-Saleh Haroun
Image-Cinematography : Abraham Haile Biru
Son-Sound : Marc Nouyrigat, Olivier Laurent, Laurent Dreyer
Montage-Editor : Sarah Taouss Matton
Musique-Music : Diego Mustapha Ngarade
Décor-Set : Laurent Cavero
Production : Chinguitty Films (ex-Duo Films), Goï-Goï Productions, avec le soutien du Fond Sud Cinéma et du ministère des Affaires étrangères (ADC Sud)
Distribution : MK2

Interprètes-Cast : Ahidjo Mahamat Moussa (Tahir), Hamza Moctar Aguid (Amine), Zara Haroun (la mère), Mounira Khalil (la muette), Koulsy Lamko (le père), Garba Issa (le marabout).

Quinzaine des Réalisateurs – Cannes 2002
Représentant officiel du Tchad Oscars 2003

____________________

PORTUGUESE
Amine, de cerca de oito anos, e Tahir, de 15, vivem com os pais na capital do Chade, N’djamena. Numa manhã de sábado, ao acordar, são surpreendidos pela notícia de que o pai abandonou a família. Juntos, decidem sair à sua procura, mas só encontram problemas. A partida do pai também debilitou a mãe das crianças. O cinema, um tio músico, uma escola muçulmana, um poster de uma praia no Marrocos e uma mulher jovem e surda surgem como solução. A felicidade está em algum lugar ou apenas nos livros? Classificação: 14 anos.

de Mahamat-Saleh Haroun; ficção, 81′ (Chade, 2002). Com Ahidjo Mahamat Moussa, Garba Issa, Hamza Moctar Aguid, Koulsy Lamko, Mounira Khalil, Zara Haroun.