Toubab Dialaw :

Le succès d'un centre de formation au Sénégal

Lire hors-ligne :

Consciente de l’enjeu capital de la formation dans l’évolution de la danse contemporaine africaine, la danseuse et chorégraphe sénégalaise Germaine Acogny crée, en 1997, un centre à Toubab Dialaw, au Sénégal. Pari risqué… Les bailleurs de fonds sont frileux, le public visé – les jeunes danseurs africains – peu fortuné, les pouvoirs publics désintéressés. Quatre ans plus tard, c’est pourtant un indéniable succès. « L’Ecole des sables » est devenue un lieu très dynamique de formation et de création chorégraphiques. Et comme si cela ne suffisait pas, elle a aussi donné naissance à une compagnie panafricaine : Jant-Bi.

Toubab Dialaw, un village de pêcheurs à une cinquantaine de kilomètres de Dakar, sur la « Petite Côte ». C’est là que Germaine Acogny a eu le coup de foudre et a choisi de bâtir son « Centr...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore (ou plus) abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Ce contenu vous intéresse ? Africultures a besoin de vous pour continuer d'exister. Alors soutenez-nous !

Laisser un commentaire