Je conseille de faire le tour du monde et de revenir

Entretien de Virginie Dupray avec Germaine Acogny (Sénégal)

Lire hors-ligne :

Treize ans après « Yé’ou » (l’Éveil), son premier solo, la chorégraphe Germaine Acogny revient avec « Tchouraï » sur un parcours singulier, entre Afrique et Europe.

Entre le Sénégal, l’Afrique de l’Ouest ou la France, vos ateliers en Australie ou aux États-Unis, comment votre danse s’est-elle construite entre ces multiples influences ? Petite fille en Afrique, on apprend à danser par mimétisme. Il ne s’agit pas d’un enseignement au sens occidental, mais davantage d’une transmission. Dans la forêt sacrée au moment de l’initiation, intervient l...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore (ou plus) abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Ce contenu vous intéresse ? Africultures a besoin de vous pour continuer d'exister. Alors soutenez-nous !

Laisser un commentaire