Tous les articles

Tous les articles en lien avec Je conseille de faire le tour du monde et de revenir

  • Gemaine Acogny : oser la parole, libérer le geste
    Celle que l’on surnomme « la divinité des Sables » est de retour sur son territoire premier : la scène, avec A un endroit du début, une fable puissante, intime et universelle que le public est invité à découvrir au théâtre…
  • Danse contemporaine au Burkina Faso : entre perte de vitesse et renaissance
    Pendant longtemps, et aujourd’hui encore, la simple évocation du vocable de danse africaine dite contemporaine a toujours donné voie à des controverses de tous genres.L’inopportune association de la danse africaine à une…
  • « Faire bouger les choses ! »
    Une « affaire de femme » ? En Afrique de l’Ouest, il est fréquent d’entendre que la danse est « une affaire de femme ». Des Djendjoba maliens aux Sabar sénégalais, les cercles qui se forment lors des événements festifs regr…
  • Femme de combat/Combat de femme 3 : Germaine Acogny
    Avec la série Femme de combat/combat de femme, Africultures vous propose des portraits choisis de femmes. Elles utilisent leur art ou tout simplement leur voix, pour parler, montrer, décrire la place de la femme dans la …
  • Danse, Bamako, danse !
    Pendant une semaine des centaines de chorégraphes, venus de 17 pays d’Afrique, se réunissent pour participer à la biennale de danse contemporaine « danse l’Afrique, danse ». Les rencontres chorégraphiques itinérantes se dé…
  • Corps noirs, regards blancs : retour sur la danse africaine contemporaine
    Ce qu’il est convenu d’appeler  » la danse africaine contemporaine  » connaît une diffusion internationale grandissante. Salia Nï Seydou, Faustin Linyekula, Tché Tché, Boyzie Cekwana… autant de révélations de ce mouvement …
  • Douala : l’art dans la rue !
    L’expérience des  » Scénographies urbaines  » qui a rassemblé durant trois semaines en décembre 2002 dans l’un des plus anciens quartiers populaires de Douala plus d’une vingtaine d’artistes, scénographes, plasticiens, vid…
  • Transmettre autrement…
    Pour la danse contemporaine africaine, la question de la transmission fait l’objet d’une riche réflexion.En 1977 s’ouvrait à Dakar MUDRA Afrique, première école panafricaine du spectacle sous la direction de Germaine Aco…
  • Toubab Dialaw :
    Consciente de l’enjeu capital de la formation dans l’évolution de la danse contemporaine africaine, la danseuse et chorégraphe sénégalaise Germaine Acogny crée, en 1997, un centre à Toubab Dialaw, au Sénégal. Pari risqué…
  • Je conseille de faire le tour du monde et de revenir
    Treize ans après « Yé’ou » (l’Éveil), son premier solo, la chorégraphe Germaine Acogny revient avec « Tchouraï » sur un parcours singulier, entre Afrique et Europe.Entre le Sénégal, l’Afrique de l’Ouest ou la France, vos ate…
  • Danse contemporaine en Afrique : état des lieux, état des vœux
    L’Atelier Danse qui s’est tenu lors du colloque « Territoires de la création » en septembre dernier à Lille a tenté de faire le point sur les besoins de la danse contemporaine africaine en matière de formation, de producti…
  • Montpellier Danse 2000 : le grand écart des créations africaines
    Témoignant de l’intérêt grandissant de l’Occident pour les danses contemporaines d’Afrique, le festival Montpellier Danse leur a, cette année, largement ouvert ses portes. L’occasion de mesurer, à travers les six créatio…
  • L’Afrique du sud mène la danse à Tananarive
    Les 3èmes Rencontres de la création chorégraphique d’Afrique et de l’Océan indien se sont déroulées en novembre dernier dans la capitale malgache, Antananarivo. Remportant deux des trois prix du concours, les compagnies …
  • Une maison de la danse renait au Sénégal
    Quinze ans après la fermeture de Mudra Afrique, la danseuse et chorégraphe Germaine Acogny rouvre un centre de formation au Sénégal. Un stage de trois mois, destiné aux danseurs professionnels africains, aura lieu au pri…