Afriscope

  • N° 51 | juin 2017
  • Art-Afriques : une saison, des visions
  • S’abonner
Dans ce numéro, à travers les regards de quelques artistes exposés dernièrement à Paris, de collectionneurs et de marchands d’art, nous interrogeons les conditions d’exposition, de validation et de circulation des oeuvres des artistes africains. Plusieurs discours médiatiques ont, en effet, rassemblé ces évènements forts différents. Les ont qualifi és de « mode », de « nouvel engouement », d’une Afrique « dans l’air du temps ». En 20 ans, il est clair que la visibilité des artistes et de leurs travaux a largement augmenté. Que Paris n’est plus le centre unique de validation, de diffusion et de circulation. Que la diversité des productions des artistes aide à déconstruire les clichés exotisants et rend diffi cile le déni de contemporanéité. Mais il reste du chemin à faire ; la foire AKAA4 n’en est qu’à ses balbutiements, les rétrospectives d’artistes africains, en solo, demeurent trop rares, leur circulation encore trop restreinte à des « centres » occidentaux.



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications