Coup de Gueule

De Tiken Jah Fakoly

Tiken Jah Fakoly, explicite et frondeur
Lire hors-ligne :

Sans détours, Coup de Gueule de Tiken Jah Fakoly met les pieds dans le plat. Ce deuxième album sorti chez Barclay hurle la déchirure de la Côte d’Ivoire , taraude les plaies de l’Afrique et s’inquiète de l’hégémonie de la mondialisation.

C’est certainement le septième titre de ce nouvel opus de Tiken Jah Fakoly qui résume le propos des 12 compositions. Ni né yé-ô fouôh…ô té n’ta kuma fouôh ta yé (Kuma) :  » si j’aborde le sujet, on répond, ce n’est pas une parole convenable dans ta bouche « , en langue dioula. Tiken n’a pas du tout envie d’être convenable. Au diable les litanies démagogiques ! Textes incisifs, questionnements frondeurs, injonctions sans appel .De bout en bout du disque, sa rage coule, tumultueuse, impertinente, défiante. Il indexe la racine de la désunion du continent noir (Plus rien ne m’étonne), enjoint les mal-élus de tous bords à démissionner du pouvoir (Quitte le pouvoir).
Le rebelle non violent a mal dans son cœur et dans sa peau. Les tourments qui agitent la Côte d’Ivoire depuis 2002, le deuil et les blessures de ses concitoyens, l’incurie des despotes africains, la déshumanisation de la planète par la mondialisation affichent une telle violence qu’il ne peut s’embarrasser de circonvolutions. Il crie la détresse de tous ceux contraints à l’exil dans leur propre pays et interroge directement la Côte d’Ivoire xénophobe :  » …tu as brûlé ma maison d’Abidjan parce que je ne suis pas de ton clan…Mon grand-père t’a tout donné, mon père a tant sué, moi je suis né là, pourquoi veux-tu que je m’en aille comme la racaille ?  » (Où veux-tu que j’aille.) Tiken égrène le chapelet des présidents africains coupables de l’hémorragie financière de leur pays ( » les sales sous de Sassou, les faux comptes de Conté, les gombos de Bongo ,les dédits de Deby « ), dénonce les pots de vin de Alfred-Elf Sirven, les complots du FMI, de la Banque mondiale et ose toucher au tabou du mythique père de la nation ivoirienne, le défunt Houphouët-Boigny (L’Afrique doit du fric). Quel scandale ! Un vrai scandale ! Marqué du sceau de l’association Survie de François-Xavier Verschaeve, ce titre, comme la compile Dropt the debt, place l’artiste au cœur du combat altermondialiste.
Dans le sillage de Sankara et de Fela
Depuis ses deux premières cassettes, Djeli (1992) et Missiri (1993), en passant par Mangécratie (1996), Cour d’Histoire (1999), Le caméléon (2000), Françafrique (2002) à Coup de Gueule (octobre 2004) ,Tiken Jah Fakoly joue toujours à visage découvert. L’ensemble de son œuvre s’attache intimement à l’actualité sulfureuse de son pays et aux dérives du G8. Premier artiste de sa génération à interpeller directement les politiques ivoiriens (Mangécratie), la pertinence de son verbe et les faits incontestables qu’il dissèque le propulsent porte-voix de l’immense jeunesse africaine qui attend depuis quarante ans des actes concrets de nos  » Guides Eclairés « . Conteur urbain, sa parole se veut au service de l’humain. Son engagement poursuit le sillon d’illustres prédécesseurs, hommes d’Etat comme feus Patrice Lumumba ou Thomas Sankara, ou artistes comme Fela Anikulapo Kuti ou Robert Nesta Marley, figures emblématiques de la lutte contre le système, pour l’émancipation de tous les opprimés et particulièrement ceux du continent noir.
Comme sur Françafrique qui lui décerna le titre de meilleur artiste world des Victoires 2003, Tiken recrute les mêmes instrumentistes (Jamaïcains, Africains) et confie la production à Tyrone Downie pour sculpter une musique aux cuivres déchirants et à la rythmique débridée. Balafon mélancolique et kora nostalgique remontent le temps jusqu’au Moyen âge. Les guitares cisèlent des notes aériennes. L’ensemble de l’artillerie déroule une nappe ravageuse, socle de la voix rageuse de Tiken. Le tout offrant une musique étincelante et thérapeutique qui traite frontalement le cancer continental et aborde sans fioritures les tourments du village planétaire. La nouvelle œuvre de Moussa Doumbia, alias Tiken Jah Fakoly, confirme ses choix d’ouvrir l’Afrique sur le monde, de poncer la conscience d’une jeunesse en déficit de modèle et de cultiver amoureusement l’espoir d’une Afrique unie.

Coup de Gueule, de Tiken Jah Fakoly (Barclay/Universal)///Article N° : 3636

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire