Fiche Film
Cinéma/TV
LONG Métrage | 2006
Rêves de poussière
Laurent Salgues
Titre anglais : Dreams of Dust
Date de sortie en France : 30/01/2008
Pays concerné : Burkina Faso
Réalisateur(s) : Laurent Salgues
Avec : Issa TRAORÉ de BRAHIMA, Makéna Diop, Rasmané Ouédraogo, Alidou Badini, Fatou Tall Salgues, Joseph B. Tapsoba, Souleymane Zouré, Sékou Traoré, Sékou Traoré, Eugène Y. Bayala, Aminata Zouré, Thomas Nikiema, Crystel Fournier, Assane Maïga, Kadiatou Zerbo
Durée : 90
Genre : drame
Type : fiction

Français

Essakane, extrême nord du Burkina Faso. Une mine d’or artisanale où tout paraît possible aux parias du monde moderne. Chacun y rêve de fortune au péril de sa vie, sans sécurité. Le périmètre de la mine semble – et est- les portes de l’enfer. Au-delà c’est le désert et cela ressemble à l’océan. Mocktar Dicko, le personnage principal, y arrive une valise à la main. Pour faire fortune ? Pour oublier la mort de sa fillette qu’il n’a pu sauver faute d’argent pour acheter des médicaments ? Les rêves les plus fous et les moments d’abattement vont se succéder. Jusqu’à ce que surgisse une petite fille qui rêve d’aller vivre à Paris… Afin d’échapper à la misère due à la sécheresse et de subvenir aux besoins de sa famille, Mocktar, un paysan malien, décide d’aller travailler le temps d’une saison dans une mine d’or du Burkina Faso. Les conditions de travail des orpailleurs sont éprouvantes et la vie de la petite communauté oscille entre résignation et obsession de l’or. Outre le patron Amadé, et ses collègues, le vieux Thiam le chef du puits, Paté le muet et idiane, Mocktar lie connaissance avec Tabassa, une prostituée et avec Coumba, une jeune veuve qui espère pouvoir envoyer sa petite fille Mariama chez son oncle au Danemark. Mocktar Dicko s’habitue peu à peu à sa nouvelle vie et finit par perdre ses repères, autrefois évidents. Le jour où il trouve enfin une pépite, il renonce à rentrer et offre le produit de la vente à Coumba. Comme tant d’autres avant lui, il est désormais possédé par la fièvre de l’or.

Un film de Laurent SALGUES

Burkina Faso / Canada / France, 2006, Fiction, 1h26 min, 35mm – Couleur




Propos de la productrice
 » Lorsque j’ai rencontré Laurent Salgues, je me suis interrogée sur sa légitimité à raconter Rêves de poussière, une histoire d’orpailleurs au fin fond du Sahel. Dans son projet initial, il avait choisi un jeune Occidental comme personnage principal. Il s’est peu à peu détaché de son expérience personnelle et le jeune Occidental, forcément en décalage par rapport à ce milieu, nécessairement observateur avant tout, quelles qu’aient été les raisons de sa venue à Essakane, est devenu Mocktar Dicko, ce paysan malien arrivé là par nécessité. Rêves de poussière a pris toute sa force. La mine n’était pas un décor fascinant et photogénique, elle s’est révélée lieu de survie, lieu de travail dur et harassant, lieu de la « dernière chance » et peut-être voie sans issue pour Mocktar Dicko et ses compagnons. En situant l’endroit de l’immigration dans le Sahel, Laurent nous permet d’appréhender avec un nouveau regard l’état d’immigré. Il donne à voir la migration Sud-Sud, souvent oubliée alors même qu’elle constitue une part majeure des flux migratoires internationaux. Le déracinement, la découverte de l’autre, l’obsession de retour parmi les siens, puis l’impossibilité de ce retour sont partout les mêmes. Dans Rêves de poussière, ce parcours initiatique nous apparaît dans sa quintessence. Dernièrement, le chef d’état malien était en visite en France. À montreuil, premier foyer des immigrés maliens de la région parisienne, il a rencontré ses compatriotes. Le quotidien Libération a rendu compte de cette entrevue :  » (…) Je sais ce que vous vivez, lance le Président à leur adresse. Tous les Maliens au pays prient pour que vous ayez le courage. Mais plutôt que de s’attarder sur la condition de ses compatriotes, il préfère leur « donner des nouvelles » du pays. Le Mali va mal : il n’a pas plu, le blé et le maïs ont brûlé, le pétrole coûte cher, l’électricité coûte cher… Sans les Maliens de l’extérieur, leur « courage », leur « solidarité », le pays ne peut pas s’en sortir. « Pour cinq francs gagnés, il faut en envoyer un au pays pour investir » adjure le Président qui ne manque pas au passage de fustiger ceux qui n’envoient pas d’argent,  » ceux qui s’installent ici et oublient leurs parents. (…)  » Entre cet Eldorado que sont pour les populations du Sud les sociétés occidentales et le rêve de l’or que suscite Essakane, n’y a-t-il pas qu’une différence de latitude ? Dans sa façon qu’il a de nous enrichir dans la connaissance sensible de l’autre, Laurent Salgues est un auteur ; dans son écriture, on le sent cinéaste. Quelle plus belle légitimité ? J’ai appris à connaître Laurent et ai mesuré combien, à force d’implication, il avait fait  » sienne  » la culture de sa compagne, originaire d’Essakane. Les gens du Sud, et les Africains en particulier, connaissent souvent davantage la culture des gens du Nord que l’inverse. Les uns, par curiosité, par obligation aussi, font des pas que les autres, pour la plupart, n’éprouvent pas le besoin d’entreprendre. La démarche de Laurent (tant dans sa vie que dans son cinéma), faite d’humilité, est comme une promesse. « 

Pays : Burkina Faso / Canada / France
Année : 2006

Support : 35mm – Couleur Durée : 1h26 min.

Réalisateur : Laurent SALGUES
Scénario et dialogues : Laurent Salgues
Montage : Annie Jean
Musique : Mathieu Vanasse et Jean Massicotte
Régisseur : Sékou TRAORE
Régisseur adjoint : Alidou BADINI
1er assistant réalisateur : Issa TRAORE DE BRAHIMA
2e assistant réalisateur : Moussa GNANKAMBARY
Chef opérateur (France) : Crystel FOURNIER
1er Assistant caméra (France) : Boris ABAZA
2e Assistant caméra : Thomas NIKIEMA
Ingénieur du son (Canada) : Thierry MORLAAS-LURBE
Perchman : Lassina SIRIBIE
Scripte (France) : Sophie AUDIER
Chef décorateur : Bill Mamadou TRAORE
Accessoiriste : Amara TRAORE
Costumière : Martine SOME
Habilleuse : Mariam SIDIBE
Coiffeuse Sur place peul ou bella
Maquilleuse : Aminata ZOURE
Assistante maquilleuse : Aminata KABORE
Chef électro : Hassane MAÏGA
Assistant électro : Paul KABRE
Groupman (avec camion groupe-électro de Gaston Kaboré – Cinécom) : Issa Nabi TRAORE
Chef machiniste : Abel Han-Hanri NABA
Assistant machiniste : Rolland NABA
Musique M: athieu VANASSE

ACTEURS
Mocktar Dicko………… Makena DIOP (Sénégal)
Le vieux Thiam……….. Rasmane OUEDRAOGO (Raso)
Coumba………………. Fatou TALL-SALGUES
Mariama Aïcha (nièce de Fatou à Gorom)
Paté………………… Souleymane Zouré
Tidiane……………… Joseph B. TAPSOBA
Tassaba……………… KADI ZERBO
Amadé Sana…………… Adama OUEDRAOGO
Garde #1…………….. Issa OUEDRAOGO
Garde #2…………….. Lazare MINOUNGOU
Garde #3 (tueur) « tronche locale »……… Patrice KABORE
Commissaire………….. Rasmane BALIMA
Infirmier……………. N’GONN
Serveuse……………. Aïssata TAMBOURA
Marchand (du marché)…. Moussa SOURGOU
Mina……………….. Gamine d’Essakane
Issiaka…………….. Adolescent d’Essakane


Durée : 83′

Genre : fiction LM

Thèmes : orpaillage, misère

Année : 2007
Pays : Burkina Faso, Canada, France
Réalisateur : Laurent Salgues

Scénariste : Laurent Salgues

Interprètes : Makéna Diop, Souleymane Zouré, Fatou TallSalgues, Rasmané Ouédraogo, Joseph B. Tapsoba

Image : Crystel Fournier

Son : Thierry Morlaas-Lurbe

Montage : Annie Jean

Musique originale : Mathieu Vanasse, Jean Massicotte

Format : 35 mm
Décor
:
Bill Mamadou TRAORÉ
Production : Sahélis Productions / Athénaïse Productions
avec le soutien du Fonds Francophone (OIF / CIRTEF)

Distribution : Athénaïse Productions

English

Mocktar, a Nigerien peasant, comes looking for work in Essakane, a dusty gold mine in Northeast Burkina Faso, Africa, where he hopes to forget the past that haunts him. In Essakane, he quickly finds out, the gold rush ended twenty years before, and the inhabitants of this wasteland and strange timelessness manage to exist simply from force of habit. The beautiful Coumba, however, is still courageously struggling to raise her daughter after the death of her family. Mocktar will soon be fighting not only to survive, but also to provide a better future for this mother and her child.

A film by Laurent SALGUES

Burkina Faso / Canada / France, 2006, Feature, 1h26 min, Drama, 35mm – Colour