Événements

Festival international du film d’Amiens 2006
26e édition – Comme chaque année, cinéastes, comédiens et producteurs du Sud seront particulièrement présents dans les différentes sections, hommages et rétrospectives ainsi que lors des réunions professionnelles.

Français

Les cinéastes du Sud dans la compétition internationale
20 longs et courts métrages, fictions et/ou documentaires, du monde entier, soumis au Jury Officiel composé de cinq professionnels internationaux.
Parmi eux :
– les longs métrages Daratt de Mahamat-Saleh Haroun (Tchad), L’Ultime hommage de King Ampaw (Ghana), Agua de Veronica Chen (Argentine), Un mundo maravilloso de Luis Estrada (Mexique), Apocalipsur de Javier Mejia (Colombie), Dheevari (Fisherman’s Daughter) de Salinda Perera (Sri Lanka), Kubrador (The Bet Collector) de Jeffrey Jeturian (Philippines), Infinite justice de Jamil Dehlavi (Pakistan / Royaume Uni) et aussi Les Oiseaux du Ciel de Eliane de Latour (France), Rêves de poussière de Laurent Salgues (Burkina Faso / France). – les courts métrages Menged de Daniel Taye Workou (Ethiopie), Deweneti (Ousmane) de Dyana Gaye (Sénégal), 30 ans de Chrif Tribak (Maroc).
Africa paradis de Sylvestre Amoussou (Bénin), un film en avant-première, sera programmé en clôture du festival.

Cinémas d’Afrique – Regards sur l’Afrique
Des courts et longs métrages, fictions et documentaires, cinéma et vidéo, réalisés par des cinéastes africains ; des regards qui se croisent avec ceux d’auteurs européens ou de la diaspora.
Melvyn le magnifique de Michael Raeburn (Zimbabwe), Beauté Grandeur nature de Sanvi Panou (Bénin), La Vertu de Guy Bomanyama-Zandu (R.D. Congo), Parole sans paroles de Idrissa Diabaté (Côte d’Ivoire), Quand Sankara. de Armand Gbaka-Brédé (Côte d’Ivoire), Confidences de Cyrille Masso (Cameroun), Mokili de Berni Goldblat (Burkina Faso), Nanterre, une mémoire en miroir de Cheikh Djemaï (Algérie), Les Âmes de l’exil de Saïd Nanache (Algérie), Slimane Zem, une légende de l’exil de Rachid Mérabet (Algérie), Un certain bord de mer (Un siècle de migration arabe en Haïti) de Mario Delatour (Haïti), Colonialisme de Soumaïla Sunjata Koly (Mali).

Izza Genini (Maroc/France)
Voyage au coeur des musiques populaires et sacrées du Maroc Depuis plus de vingt ans, Izza Genini réalise et produit des documentaires consacrés à la découverte du très riche patrimoine musical marocain, ainsi qu’à la grande diversité culturelle de ce pays où se croisent les cultures tamazight, arabe, juive, andalouse et celles d’Afrique noire.
Ces films sont regroupés dans la série Maroc, corps et âme.
Aïta (1987), Louanges (1987), Des Luths et délices (1987), Rythmes de Marrakech (1988), Gnaous (1989), Cantiques brodés (1990), Vibrations en Haut-Atlas (1993), Aïta, Tambours battant (1999)
En présence de la réalisatrice.

Hommage
Jillali Ferhati, Réalisateur, Maroc
L’intégrale en sa présence (du 15 au 18 novembre)
Une brêche dans le mur, 1977
Poupées de roseau, 1981
La Plage des enfants perdus, 1991
Chevaux de fortune, 1995
Tresses, 2000
Mémoire en détention, 2004
Sociologue de formation puis comédien et metteur en scène, Djilali Ferhati est venu naturellement au cinéma. Après avoir réalisé deux courts-métrages, il co-écrit et réalise avec son épouse Farida Benlyazid Poupées de Roseau, film qui marquera pendant longtemps le renouveau du cinéma marocain. Avec lucidité et tendresse, Djilali Ferhati entame un long voyage dans la culture populaire marocaine et dans les moments marquants ou douloureux de sa mémoire. S’attachant aux personnages ordinaires confrontés à une société en mutation, il prend le temps de l’observation poétique des corps. À l’heure de la maturité, Djilali Ferhati est l’une des personnalités les plus marquantes du cinéma marocain. Il vit à Tanger.
« Je rêve de réaliser un film complètement muet, cette réflexion de Jillali Ferhati résume en fait toute une conception de cinéma, une manière d’aborder le récit cinématographique avec le souci d’éluder, d’épurer et d’aller à l’essentiel par le seul truchement de la rhétorique de l’image, des images et de leur combinaison en syntagne expressif. Un véritable credo auquel Jillali est resté fidèle et qui lui a permis d’occuper une position spécifique dans le paysage cinématographique marocain, maghrébin et africain. »
Mohammed Bakrim

Rencontres professionnelles
Dans le cadre du festival plusieurs rencontres impliquent les professionnels du Sud :
– Le 11e Fonds d’Aide au Développement du Scénario se tiendra le mercredi 15 et le jeudi 16 novembre 2006. Des professionnels du sud, viennent défendre, devant un jury de producteurs et distributeurs, leur projet de scénario ; avec à la clé pour 4 projets, une bourse de 7500 Euros
chacun.
Bamako d’Abderrahmane Sissako (Cannes 2006) et Daratt de Mahamat Saleh Haroun (Venise
2006) figurent parmi les lauréats du Fonds d’aide d’Amiens.
– La 17e Rencontre sur le Droit d’Auteur et les financements des cinémas du Sud aura lieu le
vendredi 17 novembre en présence des partenaires institutionnels (UE – ACP, CNC, MAE,OIF.).
Plusieurs autres partenaires clés, dont le Fonds Hubert Bals, (Rotterdam), Visions Sud-Est (Fribourg-Suisse) et Cinéma en Mouvement (San Sebastian sont invités à participer au débat.
Deux volets seront particulièrement mis en valeur :
– Un état de la situation des cinéastes du Sud au regard du Droit d’Auteur.
– Avec Karine Riahi et Anne-Judith Lévy, avocates spécialisées dans le Droit d’Auteur.
– Un état des financements en Europe à destination des productions du Sud.
– Cinéma en Mouvement II (San Sebastian – Fribourg – Amiens).
La session amiénoise se déroulera le jeudi 16 novembre à 15h00.
Le réalisateur et comédien algérien, Lyes Salem, procèdera à une lecture du scénario de
Mascarade, son prochain long métrage

Rappel des autres programmes du Sud
– Panorama du cinéma colombien (1999 – 2006) 10 longs métrages, dont 7 inédits. En présence de plusieurs réalisateurs.
– Hommage à Pen-Ek Ratanaruang (Thaïlande), en sa présence Intégrale de son oeuvre
– Hommage à Guillermo del Toro. En présence de Guillermo Navaro, son chef opérateur et de Bertha Navaro Solares, productrice. Intégrale de son oeuvre
– Rétrospectives :
– Le cinéma thaï des années 70 – 8 titres
– Les Studios Armen Films (Erevan, Arménie), de 1924 à nos jours – 11 titres.
Dans le cadre du travail entrepris par le Festival d’Amiens sur les grands studios du Monde.