Fiche Film
Cinéma/TV
LONG Métrage | 1975
Chronique des Années de Braise
Titre original : Waqâ sanwât al-jamr | Chronicle of the Years of Fire
Date de sortie en France : 15/07/1975
Pays concerné : Algérie
Durée : 175 minutes
Genre : guerre
Type : fiction

Français

Chronique des Années de Braise (en arabe : وقائع سنين الجمر, Waqâ'i' sinîn al-jamr) est un film algérien réalisé par Mohammed Lakhdar-Hamina, sorti en 1975. Il remporte la Palme d'or de la 28e édition du Festival de Cannes. Il est le seul film algérien à obtenir cette récompense.



Synopsis



Le film est composé en 6 chapitres :



1. Les Années de Cendre

2. Les Années de Braise

3. Les Années de Feu

4. L'Année de la Charrette

5. L'Année de la Charge

5. Le 1er Novembre 1954



L'histoire du film commence en 1939 et se termine le 11 novembre 1954 et, à travers des repères historiques, démontre que le 1er novembre 1954 (date de déclenchement de la guerre d'Algérie) n'est pas un accident de l'histoire, mais l'aboutissement d'un long processus, de souffrances, de combats d'abord politiques et puis militaires, qu'entreprit le peuple algérien contre le fait accompli qu'est la colonisation française débutant par un débarquement à Sidi-Ferruch le 14 juin 1830.



Chronique  :



Mohamed Lakhdar Hamina, 82 ans, est né à M’sila, destiné au départ à une carrière dans l’agriculture, il sera diplômé des universités de Guelma et d’Antibes. Le destin a voulu, qu’il s’y retrouve accidentellement plongé pour notre grand plaisir.



Fort de ses qualités de conteur, “Meddah”, il s’est intéressé de prés au cinéma, au point qu’il entreprit de faire des études à l’école de cinéma de Prague (FAMU), puis travailla aux studios Barrandov où il se spécialisa dans la prise de vue.



C’est en 1967, que Mohamed Lakhdar Hamina, sort son tout premier long métrage, après le documentaire "Mais Un Jour de Novembre", celui-ci intitulé "Le Vent Des Aurès", lui vaut le Prix de la Première Œuvre.



Neuf ans après, rendez-vous à Cannes, où il concourt avec "Chronique des années de Braise", ce film devenu culte, tantôt sur le plan technique qu’artistique, car filmé en couleur, en format panoramique et en son stéréophonique, sera aussi marqué, par les vifs débats qu’il a suscité, les blessures de la guerre loin d’être cicatrisées, les membres craignaient des représailles…



Malgré les menaces, et les polémiques, il sera bel et bien sacré de la Palme d’Or, le jury réuni à l’époque, salue unanimement, le travail réalisé dans ce film, ainsi que la démarche artistique, qui illustrait tant bien que mal la rage et la révolte algérienne. "Avec ce film, j’avais eu envie d’expliquer pour la première fois comment est arrivée la guerre d’Algérie. Cette révolte, qui est devenue la révolution algérienne, est non seulement contre le colonisateur, mois aussi contre la condition de l’homme." déclare Mohamed Lakhdar Hamina, et d’ajouter "Ce film n’est qu’une vision personnelle même s’il prend appui sur des faits précis " .



(Eddardarek.com)



Fiche technique



Titre français : Chronique des années de braise

Titre original : وقائع سنين الجمر / Waqa'i' sinine ed-djamr

Réalisation : Mohammed Lakhdar-Hamina

Assistant réalisateur : Abderrahmane Bouguermouh

Scénario et dialogues : Tewfik Farès, Mohammed Lakhdar-Hamina et Rachid Boudjedra

Dialogues : Tewfik Farès

Photographie : Marcello Gatti

Montage : Mario Serandrei

Musique : Philippe Arthuys

Production : Ruggero Deodato

Pays d'origine : Algérie

Format : couleur – 2,35:1 – Mono – 35 mm

Langue : A – Français

Récompenses : Palme d'or au Festival de Cannes 1975

Genre : Drame, guerre et historique

Durée : 177 minutes

Date de sortie : 1975



Distribution



Mohammed Lakhdar-Hamina : le Conteur fou

Yorgo Voyagis : Ahmed

Cheikh Noureddine : l'Ami

François Maistre : le Contremaître de la carrière

Henry Czarniak

Hassan El Amir

Brahim Haggiag

Hassan El-Hassani

Leila Shenna

Yahia Benmabrouk

Hadj Smaine

Sid Ali Kouiret

Larbi Zekkal

Jacques David



Autour du film



Ce film a été tourné dans la ville de Laghouat, une oasis située dans le Sud algérien, dans la ville de Sour El Ghozlane (ex Aumale), à 100 km au Sud d'Alger, ainsi que sur la place du marché à Ghardaïa.

Lors de sa projection au Festival de Cannes, Mohammed Lakhdar-Hamina avait été menacé de mort par des anciens de l'OAS nostalgiques de l'Algérie française, Michel Poniatowski, ministre de l’Intérieur de l'époque, envoie une brigade de sécurité pour la protection de Lakhdar-Hamina et ses trois enfants présents au festival. Plusieurs alertes à la bombe sont déclenchées pendant le festival de Cannes 1975.



Distinctions



Palme d'or au Festival de Cannes 1975

English

This lyrical, epic account of the events that led to the Algerian war of liberation from France was the first film from the Arab world to be awarded the Palme d'Or at the Cannes Film Festival. The film follows an Algerian peasant as he fights alongside the Allied forces in World War II, returns home and joins the resistance against French colonial rule, and dies valiantly in battle. His son continues the struggle, and the film ends on November 11, 1954, the official outbreak of the war for liberation. 1975. Algeria, 175min & 130 min. Directed by Mohammed Lakhdar-Hamina. With Jorgo Voyagis (Ahmed), Mohammed Lakhdar-Hamina (Milhoud), Sid Ali Kouiret (Saïd). Source: www.moma.org/visit/calendar/film_screenings/13567 Courtesy of the filmmaker and Agence Algérienne pour le Rayonnement Culturel. 130 min.



Partager :