Un tournage inoubliable

Entretien d'Olivier Barlet avec Bassem Samra

Acteur principal d'Après la bataille de Yousry Nasrallah
Print Friendly, PDF & Email

En vitesse avant le photocall et la conférence de presse du film, trois questions à Bassem Samra sur sa longue collaboration avec Yousry Nasrallah.

Vous avez une longue histoire de collaboration avec Yousry Nasrallah. Comment travaillez-vous ensemble ?
Notre première collaboration, le documentaire À propos des garçons, des filles et du voile (Sobyan wa banat) en 1995, a été fait à partir de 70 heures de tournage pour un résultat d’une heure et demie. Nous ne savions pas où nous allions et cela a créé une solidarité très forte entre nous et de mieux nous comprendre. Nous avons chacun notre idée et nous arrivons toujours à un compromis. C’est notre façon de travailler depuis, y compris pour La Ville où je tenais le rôle principal.
Qu’est-ce que Après la bataille avait de particulier ?
Après la bataille a quelque chose de commun avec cette expérience fondatrice. Comme j’habite tout près du quartier dont viennent les cavaliers et chameliers de la journée des chameaux, je savais qu’ils n’étaient pas armés alors que Yousry était persuadé du contraire. Je connais ces gens personnellement et leur vie a été dramatiquement transformée par cette journée. Ce film était ainsi une occasion de restaurer les choses.
Cette proximité vous a-t-elle fait envisager les choses différemment ?
Notre opposition avec Yousry a conduit à une position médiane : ils doivent porter la responsabilité, mais pas seulement eux ! Nous sommes allés les voir ensemble. Leur problème est leur manque d’éducation qui conduit à une certaine naïveté politique. Nous avons partagé le thé et mangé ensemble et la question de Yousry était de savoir pourquoi ils ont participé. Leur réponse était qu’ils défendaient leur façon de vivre et que l’arrêt du tourisme la mettait en cause. C’est à partir de ce repas que Yousry a décidé de faire le film. Nous étions tous très excités. Il n’y avait pas de scénario établi et nous jouions parfois ce qui avait été écrit la veille au soir ! Ce fut un tournage inoubliable !

Mai 2012, festival de Cannes (traduit de l’arabe)///Article N° : 10847

  •  
  •  
  •  
  •  
Les images de l'article
Bassem Samra © Olivier Barlet




Laisser un commentaire