Editorial

Les voies de la dignité

Print Friendly, PDF & Email

« Il faut agir en homme de pensée et penser en homme d’action »
Henri Bergson

Il n’est pas rare que le poids de ce qui nous entoure éclaire notre petite singularité. Alors même que la France endormie dans le repli sur soi se réveillait brutalement et en beauté sous la menace extrémiste, nous avions programmé un hommage, un an après sa mort, à Francis Bebey.
Quel rapport entre cet homme élégant et subtil et la dangereuse montée d’un triste démagogue ? Justement l’antinomie parfaite. Car Bebey était la démonstration vivante de l’incongruité de notre Fantomas national. Face aux réveils identitaires, il ne faisait pas de l’africanité une obsession. Il défendait au contraire la pluralité artistique pour tous. Sa façon de rappeler à la manière des griots que le futur sort du passé n’avait rien d’un enfermement. Il rappelait tout simplement que la mémoire est la porte ouverte de la dignité. A cet égard, son apport en ethno-musicologie vécue et créatrice est considérable. Il tirait de cet ancrage une compréhension globale d’une intense acuité, qui ne pouvait déboucher que sur un humanisme joyeux.
C’est de cet humanisme dont nous avons besoin aujourd’hui. Bebey nous a montré la voie d’une critique subtile, tranquille mais décidée. Grand travailleur et créateur multiple, il agissait véritablement en homme de pensée, pensait en homme d’action.
Prendre pour la première fois en 50 numéros une grande figure africaine comme sujet de dossier n’est pas neutre non plus à l’heure où nous nous posons la question de notre rôle et de la meilleure façon de le remplir. Alors qu’il y a cinq ans, la nécessité d’un mensuel critique s’imposait face au désert médiatique sur les expressions culturelles africaines contemporaines, les choses ont évolué aujourd’hui. Notre équipe a essaimé, des magazines ont développé leurs pages culture, « l’effet Africultures » a joué. Nous poursuivrons plus que jamais ce travail sur notre site internet qui fait désormais référence et reçoit près de 3000 visites chaque jour. Mais nous sentons la nécessité d’approfondir notre démarche, de proposer une réflexion non seulement sur mais aussi partant des expressions culturelles. Un nouvel Africultures est en gestation pour 2003, qui laissera encore davantage la place aux créateurs, qui ira plus au fond des choses. Nous tenterons de produire dans une large synergie, indépendants de tous les pouvoirs et de toutes les chapelles, loin de tout enfermement communautariste mais revendiquant l’apport singulier des cultures africaines, la revue d’analyse, de critique et de débat dont ces cultures ont besoin.
Et cela dans l’esprit qui nous guide depuis le départ, en prise sur l’actualité et sur le monde, en essayant de garder en tête l’ouverture, la subtilité, la détermination et partant la dignité d’un Francis Bebey.

///Article N° : 2270

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire