Jaz

De Koffi Kwahulé

Simplement jazz

 » Une femme. Le crâne rasé peut-être. Nue peut-être. Un revolver. Des balles. Une ardoise. Un jazz (un seul instrument) qui, de temps à autre, troue / est troué, enlace / est enlacé par la voix de la femme. « 

Un texte musical conçu comme un opéra-jazz pour une voix et un musicien. La voix est celle de Paya Bruneau, admirable comédienne dont la beauté métisse nimbe le plateau, le musicien est Eric Vinceno qui fait jaillir les notes de sa contrebasse, des notes rauques qui répondent au timbre de la comédienne et inventent un dialogue d’une rare harmonie. Jouant le jeu musical jusqu’au bout, Serge Tranvouez a convoqué l’univers du jazz pour mettre en scène ce long poème tragique qui dit comment toute une vie peut voler en éclats, un dimanche matin, dans une sanisette, qui dit comment un dimanche matin, place Bleu de Chine, Jaz a été  » chassée de l’arc-en-ciel  » par  » l’inquisiteur au regard de Christ « , l’homme qui a enfoncé sa chair dans sa chair. Serge Tranvouez n’a pas travaillé sur la reconstitution de cette cité dont les rues ont des noms de couleur, il n’a pas cherché à évoquer l’immeuble dégoulinant de merde où vit Jaz, ni la sanisette, il n’a pas imaginé un comissariat où Jaz viendrait faire une déposition après le meurtre de son violeur, où une prison où elle purgerait une peine à perpétuité pour meurtre avec préméditation… Non. Rien de tout cela, il a placé l’énonciation d...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire