Tous les articles

Tous les articles en lien avec Un divan à Tunis, de Manele Labidi

  • Pour un jeu composé
    Sur quels films avez-vous joué avant Caramel ? J’ai également joué avec Henri Duparc dans la série Moussa le taximan, et avais aussi un rôle dans Sida dans la cité III. J’ai commencé au théâtre avec Sidiki Bakaba dans C…
  • Pour un jeu naturel
    Quels rôles avez-vous interprété avant de jouer dans Caramel d’Henri Duparc ? J’ai également joué le rôle d’un gérant de cinéma dans Roues libres, un long métrage de Sidiki Bakaba et celui d’un insouciant dans un court …
  • Un matin bonne heure (Yaguine et Fodé)
    Un matin bonne heure à Conakry, deux enfants ont tenté le grand voyage comme d’autres brûlent pour traverser la Méditerranée. Ils avaient ramassé tout ce qu’ils pouvaient comme habits chauds mais ne savaient pas qu’il fe…
  • Khouribga 2006 : de l’angélisme critique
    Le 10ème festival du cinéma africain de Khouribga (la capitale des phosphates au Maroc), qui s’est déroulé du 3 au 10 juin, tentait de renouer avec la tradition d’un festival issu du mouvement des ciné-clubs mais qui ava…
  • Caramel
    Il y a quelque chose de profondément émouvant dans le dernier film du cinéaste malheureusement disparu en 2006 : conscient de sa maladie mais sans aucunement le laisser apparaître sur le tournage, Henri Duparc a conçu Ca…
  • Le Regard
    Etonnante démarche que celle de Nour-Eddine Lakhmari : cette histoire de photographe français qui revient aujourd’hui, cinquante après, sur le théâtre des exactions de l’armée française dans un Maroc en lutte pour son in…
  • La Symphonie marocaine
    Ce qui frappe dans La Symphonie marocaine, c’est son lyrisme débridé. Ne cherchons pas le vraisemblable : nous sommes dans le rêve et ça fonctionne. Les gueux, voleurs, prostituée ou marginalisés vivant misérablement dan…
  • Réveil
    Ovni dans le cinéma marocain actuel, Réveil se veut un film de rupture sous la forme d’une méditation à deux voix, celle littéraire d’un constant monologue, l’autre cinématographique d’images qui tissent leur propre lang…
  • Barakat !
    Connue pour l’excellence de ses documentaires (La Moitié du ciel d’Allah, Algérie la vie toujours, Et les arbres poussent en Kabylie), Djamila Sahraoui a voulu passer à la fiction pour explorer sans les limites de ce qui…
  • VHS – Kahloucha
    Un vrai virus, le cinéma ! Dans Cinéastes à tout prix !, Frédéric Sojcher donnait l’exemple de Jacques Hardy, professeur de lycée, Max Naveau, projectionniste et Jean-Jacques Rousseau, maçon, des Belges passionnés qui mo…
  • Halim
    Production à grand spectacle de 2 h 30 qui a demandé trois mois de tournage, Halim retrace la vie du grand chanteur égyptien disparu des suites d’une bilharziose qui l’aura torturé toute sa vie. Le film se saisit bien sû…
  • Fleur d’oubli (Kochkhach)
    Selma Baccar avait-elle pour intention de prévenir contre la dépendance à la drogue ? Le pavot, kochkhach, a pourtant dans Fleur d’oubli un statut ambigu : à la fois dérive mortelle et soutien à l’affirmation de soi face…
  • « Le passé nous fait réfléchir sur aujourd’hui et sur notre futur »
    Qu’est-ce qui vous amené à vous intéresser à cette partie de l’histoire ? L’histoire du film, c’est l’histoire de nos parents, cela concerne des milliers, voire des millions de personnes. C’est plutôt cet aspect de la m…
  • La production numérique peut-elle contribuer à l’émergence d’une production autonome africaine ?
    L’appropriation des nouvelles technologies permet à des films populaires comme ceux du Burkinabè Boubakar Diallo de faire rouvrir des salles et à des réalisateurs comme le Sénégalais Moussa Touré de produire sans le parc…
  • Les médias face au génocide rwandais
    Animé par Catherine Ruelle (RFI), la Semaine de la Critique a proposé un débat faisant suite à la projection du film de Jean-Christophe Klotz, « Kigali, des images contre un massacre », sur la question du rôle des médias f…
  • « Ce tribunal, ils y croyaient ! »
    En sélection officielle hors-compétition au Festival de Cannes 2006, « Bamako » d’Abderrahmane Sissako a tellement marqué les festivaliers que pour la seconde projection, après plus d’une heure de queue, beaucoup n’ont pu …
  • Bled Number One
    Après Wesh wesh, ça me regarde ! (2002) où il restaurait de l’intérieur un autre regard sur les cités, Rabah Ameur-Zaïmeche se rend au bled, dans son village natal de l’extrême-est algérien et y trouve de quoi élargir et…
  • Télévision et cinéma au Cameroun
    Vous dirigez avec beaucoup d’énergie un festival consacré à la télévision : pourquoi privilégier la télévision plutôt que le cinéma ? C’est vrai qu’on pourrait envisager d’élargir des manifestations cinématographiques e…
  • Le Rivage des murmures (A Costa dos Murmúrios)
    On la connaissait pour son remarquable documentaire basé sur l’histoire du cinéma mozambicain Mozambique, journal d’une indépendance ainsi que pour Natal 71 qui interrogeait de la dramatique décolonisation portugaise. Ma…
  • Mon nom est Tsotsi
    L’oscar du meilleur film étranger attribué vient couronner Tsotsi alors que Yesterday (prénom de l’héroïne qui lutte contre le sida qui l’atteint pour être là le jour où sa fillette commencera l’école) de Darrel Roodt av…
  • Rome 2006 : qu’est-ce qu’un film « bien fait » ?
    La 6ème édition du Festival Panafricana, qui s’est déroulé du 1er au 9 avril 2006 dans la capitale italienne, avait la bonne idée d’associer à l’état annuel du cinéma africain une rétrospective des films du cinéaste tuni…
  • Mémoire en détention
    « Un homme sans mémoire est un homme déjà mort » : on retrouve dans ces mots du film ce proverbe peul qui dit qu’un enfant sans mémoire ne chiera jamais dur. Appliqué à un pays, une génération qui ignore le passé ne peut c…
  • La leçon de cinéma de Nouri Bouzid
    Pour son intervention devant les étudiants italiens (université de Rome 3), Nouri Bouzid, qui enseigne la réalisation à Tunis, a rappelé les principes de base de son cinéma et répondu aux questions du public.La création …
  • « On n’oubliera jamais »
    Comment un cinéaste doit-il aborder la mémoire historique dans ce moment crucial d’un Maroc qui se penche sur le douloureux passé des « années de plomb » ? En fin de compte je crois qu’un cinéaste doit, en premier lieu pe…
  • Nous n’avons pas droit à la fiction
    Ne pensez-vous pas que Bab’Aziz n’est pas un film facile pour le spectateur ? Non, je ne dirai pas ça. Je l’ai vu dans plusieurs salles et dans plusieurs pays et ça fonctionne très bien. Il n’est pas facile pour les cri…
  • La tradition de la lutte sénégalaise
    Pourquoi avoir choisi d’adapter ce roman d’Aminata Sow Fall ? J’avais envie de faire quelque chose sur la lutte au Sénégal car c’est un phénomène très important chez nous. La lutte vous permet-elle d’explorer l’identi…
  • Bab’Aziz – Le Prince qui contemplait son âme
    Conforme à l’écriture développée dans Les Baliseurs du désert et Le Collier perdu de la colombe¸ Nacer Khemir réalise là un film d’une sidérante beauté, aussi fascinant que fourvoyant. On se perd facilement dans ce labyr…
  • Lili et le baobab
    Tous ceux que l’Afrique attire devraient absolument voir ce film. Il constitue un magnifique apprentissage d’une relation enfin dénuée des éternelles ambiguïtés héritées des représentations imaginaires de notre histoire …
  • Après l’océan (Les Oiseaux du ciel)
    Après avoir été anthropologue en Afrique de l’Ouest, Eliane de Latour a réalisé des documentaires depuis 1982, adoptant une écriture de plus en plus fictionnelle jusqu’à Bronx-Barbès (2000) où elle mettait en scène des « …
  • Inside Man (L’Homme de l’intérieur)
    Spike Lee aurait-il enfin infiltré Hollywood ?Inside Man est un film de braquage de banque des plus classiques. Les voleurs sont des professionnels qui ont pensé à tout, surtout aux réactions de la police. Les flics sont…
  • Apt 2005 : quelle morale de l’image ?
    Succès pour le troisième Festival des Cinémas d’Afrique du pays d’Apt (4-9 novembre 2005) : la grande salle du cinéma César refusait du monde durant le week-end et a accueilli près de 4300 spectateurs dont 1850 scolaires…
  • Les ambiguïtés du Cauchemar de Darwin
    Le 14ème colloque sur le cinéma documentaire organisé à la cinémathèque de Toulouse les 24-27 janvier 2006 par le CLEMI (Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information, organisme de formation des personn…
  • Dakar 2005 : au-delà du formatage, la représentation
    Un festival attentif aux écritures émergentes, un atelier critique, une réunion du bureau de la fédération de la critique africaine et les avancées de l’association critique sénégalaise : autour du festival du film de qu…
  • Par-delà les rivières (Bin el’widyène)
    Comment réaliser une fable sur le pouvoir à destination d’un grand public ? Khaled Barsaoui utilise ici toutes les ficelles possibles : décors bourgeois, musique enveloppante, trio amoureux permettant jalousie et quiproq…
  • entretien d’Olivier Barlet avec Jean-Servais Bakyono
    En hommage à Jean-Servais Bakoyono récemment décédé, Africultures republie en accès libre cet interview paru dans le premier numéro d’Africultures il y a bientôt 10 ans.Quels sont tes critères d’analyse en tant que criti…
  • « Je n’arrive pas tout de suite avec la carte d’identité africaine »
    C’est à 11 ans que Maka Sidibé monte pour la première fois sur les planches et décide d’en faire sa vocation. Autodidacte dans l’âme, il touche à tous les répertoires, tient des rôles dans des longs métrages et téléfilms…
  • Dunia
    Situé en Egypte, Dunia s’inscrit dans la récente veine de films sur des femmes en quête d’affirmation de soi que l’on a pu notamment trouver dans le cinéma tunisien avec Satin rouge de Raja Amari ou Fatma de Khaled Ghorb…
  • Shooting dogs
    « Ce film est tiré d’événements réels et tourné sur les lieux mêmes où ils se sont déroulés ». Cet avertissement placé au début trouve un écho avant le générique final où défilent les photos des visages rieurs des collabor…
  • La Piste
    La Piste ne vaut ni le détour ni la peine qu’on s’y attarde. Mais comme ce film largement médiatisé fait son petit tour de piste, disons simplement qu’il est le dernier avatar d’un regard on ne peut plus réducteur sur l’…
  • Une autre compréhension du sacré
    Prix de la première œuvre au dernier Fespaco, Max et Mona suit un homme (Max) et une chèvre (Mona) dans les milieux louches de Johannesburg. Parce qu’il sait faire pleurer les gens durant les enterrements, Max enrichit s…
  • Parcours de dissidents
    A l’heure où les tirailleurs ont enfin obtenu un dégel partiel de leur pension d’ancien combattant après 45 ans de cristallisation et que de nombreux documents audiovisuels témoignent de leur importance dans les combats …
  • La Reconnaissance
    Il y a comme une sourde urgence depuis quelques années à recueillir la parole et l’image des tirailleurs, ces combattants africains enrôlés de force plus souvent que de gré pour la défense de leur « patrie » française, ava…
  • Sisters in Law (Sœurs de loi)
    Une des distinctions attribuées à La Quinzaine des Réalisateurs du festival de Cannes 2005, le prix Art et Essai, a été remise à ce film sur le courage et le sens du combat, situé au tribunal de Kumba, petite ville du su…
  • The Constant Gardener
    Dans la salle où j’ai vu le film, la projection était précédée d’une publicité pour le Programme alimentaire mondial, dont le logo se retrouve dans le générique de fin de The Constant Gardener. Une jeune femme blanche, a…
  • Les nouveaux paradoxes des cinémas d’Afrique noire
    Alors que ses espaces de diffusion se réduisent et qu’on lui reproche d’être déconnecté de son public, le cinéma africain francophone se cherche une nouvelle esthétique pour sortir de la marginalité où il est confiné.Il …
  • Maria Bethania, mûsica é perfume
    Une voix, Maria Bethania est avant tout une voix, sensible, complexe, un peu rugueuse, une voix de l’intérieur qui parle à l’âme. Une voix qui ne s’oublie pas, tant son enveloppante nostalgie appelle l’émotion, pas plus …
  • Nous faisons pire qu’Hollywood
    Steve Ayorinde : Merci de nous accorder cet entretien. Le nom de Kwaw Ansah est l’un des plus significatifs du cinéma africain. Or, du moins en cinéma, nous n’avons pas beaucoup entendu parler de nous au Nigeria depuis H…
  • « Il faut avoir le courage de regarder d’où on est parti. Et c’est urgent. « 
    Le Malentendu colonial apparaît avec la révolte des banlieues d’une actualité énorme : la réaction des médias, le déficit incroyable de pensée des influences actuelles du fait colonial, le peu de films sur ces questions,…
  • « Les fermetures de salles sont inéluctables »
    Le programme Africa Cinémas (cofinancé par la France, la Francophonie et l’Union européenne) de soutien à la distribution des films africains en Afrique n’a pas donné les résultats espérés. Son animateur, Toussaint Tiend…
  • Noires mémoires
    Il y a quelque chose de très nouveau bien que si évident dans Noires mémoires : le fait de lier le malaise noir en France à la persistance des représentations issues de l’esclavage et de la traite négrière, à travers ce …