De l’île Maurice, parole pour l’aimé Césaire

J’ai rencontré Aimé en 1996, à la mairie de Fort-de-France. Son accueil et son humanité poétique ont laissé en moi une trace indélébile. Il a lu en toute complicité mon texte Cale d’étoiles-Coolitude, bousculant ses activités d’élu, et nous avons partagé là un extraordinaire moment poésie et de profonde humanité.J’en parlerai bientôt dans un hommage à Césaire que j’organise avec la radio mauricienne. Je l’écrirai aussi car cet immense poète m’a donné l’embrassade authentique du poète fraternel. Sans discours, sans coterie. Avec la dignité qui sied au grand, très grand monsieur qu’il fut et demeure.

Mon cœur, préservez-moi de toute haine ne faites point de moi cet homme de haine pour qui je n’ai que haine car pour me cantonner en cette unique race vous savez pourtant mon amour tyrannique vous savez que ce n’est point par haine des autres races que je m’exige bêcheur de cette unique race (Césaire, Cahier d’un retour au pays natal).

Poèmes pour Aimé Tu sais le cœur Sans rime Sans césure Jamais sans Césaire Ces rythmes Que le temps supprime Que la mémoire rumine . Aimé Ce dur pigment Aux muqueuses des damnés Il est temps Dis-tu De comprendre l’importance De la poussière des négriers Quand la maladie du sang maudit Parle en nous Des organes Des viscères . Il s’est arrêté ce cœur aimé Avec autant de temps à faire Qu’à défaire, Césaire sur c&eac...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire