Événements

Journées cinématographiques de Beyrouth (Ayam Beirut al Cinama’iya) 2008
5ème édition de la biennale du film arabe

Français

Beirut DC organise la 5ème édition de la biennale du film arabe « Les journées Cinématographiques de Beyrouth » (Ayam Beirut al Cinama’iya) du 17 au 26 Octobre 2008 à l’Empire Sofil – Achrafieh.

Longs métrages, courts métrages, documentaires, regard sur le monde arabe, rétrospectives, classiques du cinéma arabe…. Plus de 60 films à l’affiche de cette édition.

Les documentaires de création

Depuis sa première édition, « Les journées cinématographiques de Beyrouth » a tenu à promouvoir le cinéma d’auteur dans toutes ses formes, indépendamment de son genre.

D’où l’ouverture, cette année, avec le film libanais The One Man Village du jeune réalisateur Simon El Habre qui signe son premier long documentaire. Ce film, présenté en première mondiale, est produit par Beirut DC. Ce choix émane de la volonté du festival de soutenir les nouveaux talents.

Il s’agit de Semaan, un paysan arraché de son village pendant la guerre civile libanaise, et qui revient vers ses racines pour y vivre de nouveau. Simon El Habre aborde un nouvel aspect de la guerre civile au Liban qui n’a pas encore été traité dans le cinéma libanais.

La réalisatrice syrienne Hala Alabdalla, qui nous a, et dès son premier documentaire, Je Suis Celle Qui Porte les Fleurs Vers sa Tombe, habitués à un cinéma chargé d’émotions, de sensibilité et d’un lyrisme rare dans le genre documentaire, revient avec son nouveau film Hé ! N’oublie Pas le Cumin, projeté en avant première aux Journées Cinématographiques de Beyrouth.

La réalisatrice marocaine Leila Kilani a aussi choisi de présenter son documentaire Nos Lieux Interdits en première dans le monde arabe. Un film qui évoque le sujet des prisonniers politiques et de la réconciliation nationale au Maroc.

La plupart des documentaires participant à cette édition se partagent des histoires très personnelles qui ouvrent des fenêtres sur des questions beaucoup plus universelles, reflétant ainsi la situation sociopolitique dans du monde arabe et les pressions qu’elle engendre sur l’individu. D’où les films documentaires Made in Egypt de Karim Goury, Recycle de Mahmoud Al Massad, Lettre à ma Sœur de Habiba Djahnine et 5 Minutes from Home de Nahed Awwad.

Clin d’œil à Randa Chahhal

Faire des documentaires de création ne figurait pas parmi les ambitions cinématographiques de la réalisatrice libanaise Randa Chahhal, éprise par la fiction et le fantastique. Cependant, la guerre, venue dans un stade précoce, a bloqué tous ses rêves et ses fantasmes.
Le comité du festival a voulu faire un clin d’œil à feue la réalisatrice Randa Chahhal en montrant son travail documentaire qui souligne bien son engagement politique ainsi que sa relation avec la région.

Chahhal ouvre une discussion avec ses parents à travers la guerre dans le documentaire de création Nos Guerres Imprudentes (1996), alors qu’elle documente les débuts de guerre civile libanaise et le conflit des classes sociales dans Pas à Pas (1979), devenu un document historique.

Des documents qui cherchent « la vérité »

Deux documentaires aux archives rares et aux témoignages au vif seront projetés cette année : Algérie: Histoires à Ne Pas Dire de Jean-Pierre Lledo et La Terre Parle Arabe de Maryse Gargour.

Les longs métrages de fiction

3 premières arabes à Ayam Beirut Al Cinema’iya

Le Sel de la Mer, premier long métrage de la réalisatrice palestinienne Annemarie Jacir, traite l’histoire de la jeune Thuraya qui retourne vers son pays d’origine la Palestine pour régler une vielle histoire familiale. A travers ce film, Jacir s’attarde sur le droit de retour des palestiniens.

Après Wesh Wesh, qu’est-ce qui se passe ? et Bled Number One, l’algérien Rabah Ameur Zaimeche revient avec le film Dernier Maquis. Moe, propriétaire musulman d’un garage de camions, décide de bâtir une mosquée sans prendre l’autorisation.

Je Veux Voir, nouvel opus de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, clôturera Les Journées Cinématographiques de Beyrouth en présence des deux acteurs du film Catherine Deneuve et Rabih Mroueh. Le film sortira dans les salles libanaises à partir du 30 octobre 2008.
Cette fiction, tournée en mai 2007 dans des conditions de documentaire, suit Deneuve dans sa visite au village de Bint Jbeil (Sud-Liban) en compagnie de l’acteur Rabih Mroueh après la guerre de juillet 2006.

A noter que ces trois films ont été présentés au festival de Cannes cette année.

Parmi les autres longs métrages de la sélection officielle du festival, L’aquarium de Yousri Nasrallah, sélectionné au festival de Berlin 2008, qui sera projeté lors d’une soirée en partenariat avec les producteurs du film, Arte France et ART.
Citons aussi les films marocain WWW, What a Wonderful World de Faouzi Bensaïdi, algérien La Maison Jaune de Amor Hakkar, et syrien Out of Coverage de Abdellatif Abdelhamid, sélectionnés dans multiples festivals à travers le monde.

Le festival réserve cette année un espace important aux films à petit budget et de qualité cinématographique notable comme Eye of the Sun de l’égyptien Ibrahim Al Batout, Tendresse du Loup du tunisien Jilani Saadi et Rome Plutôt que Vous de l’algérien Tareq Teguia.


Les courts métrages
Pour sa cinquième édition, le festival a choisi de montrer, en plus des courts métrages de jeunes réalisateurs arabes, des œuvres d’artistes confirmés dont le nouveau film du palestinien Hani Abu Assaad A Boy, a Wall and a Donkey (première arabe), et celui du mauritanien Abderrahman Sissako La Dignité (première mondiale) ainsi que le premier film de l’acteur libanais Carlos Chahine La Route du Nord.

Regard sur le monde arabe
Les sujets de l’identité et de la présence des arabes en Europe sont traités à travers deux films dans cette section régulière du festival: Andalucia d’Alain Gomis et Welcome Europa de Bruno Ulmer.

Rétrospective Abdellatif Kechiche
Réalisateur d’origine tunisienne, Abdellatif Kechiche était à l’origine acteur avant de passer à la réalisation. Il est connu entre autres pour avoir travaillé avec des acteurs non professionnels, devenus, par la suite, des stars à part entière. Son dernier film, La Graine et le Mulet, a reçu quatre Césars en 2008.
En plus de ce film, le festival projettera ses deux autres longs métrages L’esquive et La Faute à Voltaire, en présence de l’actrice du film Elodie Bouchez.
Kechiche animera un Master Class dans le cadre du festival portant sur le thème l’acteur dans le cinéma.

Classiques du cinéma arabe
Dans cette nouvelle section du festival, des films cultes et du patrimoine arabe seront mis en exergue. Pour cette édition, le festival a choisi les films égyptiens Shabab Imra’a de Salah Abou Seif et Oghniya Ala el Mamarr de Ali Abdel Khalek, ainsi qu’un clin d’œil à feu le réalisateur Youssef Chahine, disparu cette année, avec la projection de son documentaire Le Caire Vu Par… Chahine et d’un de ses longs métrages, Le Moineau.

Projéction pour enfants
La télévision panarabe pour enfants « Al Jazeera Children » a lancé une nouvelle initiative pour la production de courts métrages pour enfants réalisés par de grands cinéastes arabes.
Le festival a choisi de présenter un des courts de cette série, intitulé Mazen et la Fourmi de Borhane Alaouie.

Activités Parallèles
Les Journées Cinématographiques de Beyrouth est un lieu de rencontre et de réflexion autour du cinéma d’auteur dans toutes ses formes et genres. C’est un lieu d’échange entre les réalisateurs eux-mêmes ainsi qu’avec leur public.
Partant de cette base, Beirut DC organise, dans le cadre du festival, les activités parallèles suivantes :

01. Pitching de l’atelier « Pile et face »
Date : samedi 18 octobre 2008, de 10h00 à 13h30
Lieu : Salle Polyvalente 217, IESAV (Université Saint-Joseph, Rue de Damas)

En juillet 2008, Beirut DC avait organisé un atelier d’écriture de scénario pour le documentaire. 6 projets du monde arabe avaient été retenus pour être travaillé et développé. Un pitching des projets aura lieu, dans le cadre du festival, devant des producteurs, arabes, libanais et européens.

02. Forum
Date : dimanche 19 octobre 2008, de 11h00 à 16h00
Lieu : Empire Sofil, Achrafieh

Initiative inédite dans la région, Beirut DC présente un forum sur « La situation du film d’auteur dans le monde arabe » et qui regroupe plusieurs cinéastes arabes, pour débattre des difficultés auxquelles ils font face. Le forum s’attardera sur trois points pivotants étroitement liés à cette problématique. D’abord les fonds de soutien pour ce cinéma, dans les différents pays de la région, ensuite l’évolution des entrées dans les salles et enfin l’omniprésence de la censure dans le monde arabe.

Le forum traitera du sujet du cinéma d’auteur à travers tous ses aspects, en suivant la démarche du cinéma arabe durant ces dernières années. S’appuyant sur des cas précis de films à petit budget mais de qualité cinématographique remarquable qui ont fait le tour de festivals internationaux, le forum donnera la chance aux réalisateurs de ces films de partager leurs expériences respectives.
Le forum sera modéré par le critique Ala’a Karkouti, rédacteur en chef du magazine de cinéma Good News et spécialiste dans des finances du cinéma.

03. Atelier « Insight Out »
Date : lundi 20 octobre 2008 de 10h00 à 12h00
Lieu : Théâtre Béryte, IESAV (Université Saint-Joseph, Rue de Damas)

Un atelier sur la technologie Haute Définition (HD) se tiendra en partenariat avec Insight Out (Allemagne) et portera sur l’introduction du Digital dans le cinéma.

04. Conférence
Date : vendredi 24 octobre 2008 à 16h30
Lieu : Empire Sofil, Achrafieh

Une conférence sur les droits d’auteur et l’industrie médiatique sera donnée par Rama Consulting, avec l’intervention de Me. Hamelkart Ataya, et Me Nader Obaid.

05. Master Class avec Bruno Ulmer
Date : samedi 25 octobre 2008 à 10h00
Lieu : Théâtre Béryte, IESAV (Université Saint-Joseph, Rue de Damas)

Bruno Ulmer, réalisateur du documentaire de création Welcome Europa animera un Master Class autour de son film : la mise en place, la production, l’aspect « fiction » de son documentaire, le filmage, le montage…






Un pas vers le fond de soutien

« Ayam Beirut al Cinema’yia » a décidé de prendre l’initiative de soutenir un long métrage libanais en cours de production soit-il documentaire ou fiction.
Le prix du billet d’entrée étant de 3,000 L.L., le tiers de la billetterie du festival ira au projet sélectionné. La somme récoltée, même si minime, pourrait servir de stimulateur au Ministère de la Culture libanaise pour l’inciter à imposer une taxe sur les recettes commerciales des films en salles ; une taxe qui financerait une partie importante du fond de soutien au cinéma libanais.

English

Feature, Documentary and Short films, from or about the Arab word, produced between 2006 and 2008 are welcomed.