Jaz de Koffi Kwahulé, troisième portrait

Prochaine création de Kristian Frédric

Théâtre des deux mondes, Montréal

Nous sommes à dix jours de la première représentation, un immense chemin a été parcouru depuis le 4 octobre dernier, date d’entrée dans les lieux du théâtre des Deux Mondes et nous suivons l’équipe sur ses derniers pas vers l’éclosion de Jaz. Tous les vecteurs sont maintenant réunis, le jeu, la robotique, le son, l’éclairage et la vidéo s’entremêlent et se déchaînent sur scène. Dans le précédent article nous nous étions concentrés sur le concepteur son Michel Robidoux qui, guidé par Kristian Frédric a fait de son travail une vraie partition musicale, “Tu es en train de faire un opéra sonore” lui dit Kristian Frédric en pleine répétition. Nous avons assisté à la naissance de cet opéra, de ce dialogue mélodieux entre Jaz et la machine.

Ces deux dernières semaines ont été marquées par le travail sur la vidéo entrepris par Simon Laroche et Yves Dubé. Aujourd’hui, en plus de nous faire sentir des vibrations dans le creux de nos oreilles, cette mise en scène offre à nos yeux une véritable parade visuelle, comme si nous nous trouvions devant une peinture, “une peinture vivante” nous dit Kristian Frédric. Dans les entrailles de la machine infernale Jusqu’à présent, l’équipe s’est familiarisée avec la machine en elle-même, son corps, son déploiement dans l’espace. Le concepteur de la robotique Simon Laroche a laissé les commandes de l’engin au régisseur Eric Palardy afin de donner toute son énergie au travai...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Les images de l'article
© Angélique Bailleul
Partager :

Laisser un commentaire