Misterioso-119 (2005) de Koffi Kwahulé (1)

Lire hors-ligne :

Pour traiter du jazz dans l’écriture de Koffi Kwahulé, Gilles Mouëllic a choisi d’interroger le passage entre l’écriture figée de la pièce et sa « mise en corps ». Il aborde Misterioso 119 comme une partition de jazz et montre comment la dimension musicale du texte se révèle au moment où l’acteur s’en empare, au moment où les mots deviennent des sons. Il s’agit moins ici d’avancer quelques hypothèses théoriques sur la musicalité de l’écriture de Kwahulé (ce que Gilles Mouëllic a déjà fait ailleurs) que de soumettre ces hypothèses à l’écoute du jazz et à la pratique du théâtre.

function verif_etape(){ if( document.log_review.afc_login.value == "" ){ alert('Vous devez saisir votre identifiant !'); document.log_review.afc_login.focus(); return false; } else if( document.log_review.afc_mdp.value == "" ){ alert('Vous devez entrer votre mot de passe !'); document.log_review.afc_mdp.focus(); return false; } }
Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore (ou plus) abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Laisser un commentaire