Une brise africaine souffle sur les scènes contemporaines

Ces derniers mois, un petit vent d’Afrique souffle sur les plateaux de théâtre français et européens. Les dramaturgies africaines occupent la scène contemporaine avec invention et diversité. De Douai à Reims, en passant par Saint-Brieuc, St-Etienne et même Angers qui se met à l’heure africaine avec le texte du Belge Eric Durnez consacré à Bamako, sans oublier Paris, Bruxelles, Anvers, Prague, Rome, ou Syracuse, l’Europe scrute les écritures africaines contemporaines et cherche ce vent du sud qui aère un théâtre de plus en plus en manque d’épopée.

Un vent d’Afrique qui décoiffe les scènes du nord… L’Hippodrome de Douai que dirige Marie-Agnès Sevestre a ouvert en mars ses portes à la bourasque ivoirienne du Kotéba de Souleymane Koly qu’elle avait d’ailleurs déjà accueilli il y a quelques années pour Treichville Story. Mais, le spectacle, cette fois, s’appelle Johnny Cocody. Avec Souleymane Koly, le théâtre danse et chante, même s’il convoque des situations difficiles et met en scène les bas-fonds d’Abidjan, la New York africaine gravement mise à mal aujourd’hui par les événements qui secouent la Côte-d’Ivoire. Extraordinaire chorégraphe et fondateur du Kotéba, Souleymane Koly reste à l’écoute de la modernité et entend la voix d’une Afrique contemporaine travaillée par l’éclatement même de son identité. C’est pourquoi il s’est associé à Koffi Kwahulé pour le livret et à Ray Léma pour les arrangements music...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Les images de l'article
Martin Ambara et Élios Noël dans Revanche()s, de Kouam Tawa, mise en scène par Gianni Grégory Fornet
© Christian Berthelot
Partager :

Laisser un commentaire