Le théâtre au Congo pendant les guerres et après

Print Friendly, PDF & Email

« Le théâtre reste le moyen le plus rapide de parler aux hommes. » Cette phrase du romancier et dramaturge congolais Sony Labou Tansi confirme bien le dynamisme du théâtre en général et du théâtre congolais en particulier.

Le dialogue existant entre les praticiens du théâtre congolais et leur public est bien visible lors des multiples représentations théâtrales qui se donnent dans des différents endroits en ville et à la campagne. L’art dramatique en tant qu’art vivant occupe ainsi une place prépondérante au sein de la littérature congolaise.
Le répertoire du théâtre congolais riche, diversifié, est composé de textes militant pour l’émancipation des êtres humains, pour les idéaux de liberté, de paix, de justice et de progrès. C’est le cas de La Marmite de Koka Mbala de Guy Menga, Une Eau dormante de Sylvain Bemba, Antoine m’a vendu son destin de Sony Labou Tansi, Le Zulu de Tchicaya U Tam’si, La Danse aux amulettes de Caya Makhele. Ces textes, pour ne citer qu’eux, dénoncent la barbarie, l’esprit de violence, l’exploitation de l’homme par l’homme, pour lutter en faveur de l’épanouissement des êtres humains en général et des Congolais en particulier.
Le théâtre congolais nous apprend aussi qu’au Congo d’autres valeurs, d’autres richesses participent au développement du pays que le pétrole, la potasse ou le minerai de fer.
Le théâtre congolais et les moments de détresse
Depuis l’avènement de la « démocratie » et du multipartisme, le Congo est entré dans un cycle de violence presque interminable. A l’origine de ces carnages, l’opinion publique congolaise accuse très souvent les hommes politiques et leurs cortèges de fanatiques.
Face à cette violence, le théâtre congolais a la tâche difficile, du fait de l’arrêt de l’activité culturelle. Les metteurs en scène, les comédiens, les régisseurs et tout le personnel de théâtre souffrent et vivent dans un état de traumatisme parce que tous les projets culturels déjà gagnés tombent à l’eau. Dans ces périodes de conflit, le théâtre congolais souffre de sa solitude, le contact avec l’étranger devient presque impossible. La communication devient difficile et la sortie vers l’extérieur très rare. Les pillards qui font de la guerre leur source de revenus saccagent les quelques lieux de culture et mettent à sac les magasins de costumes, de décor, les bibliothèques et tout le matériel de théâtre. Ainsi, face à cette situation de traumatisme, de peur et d’inquiétude permanente sur fond de bruit de canons et de kalachnikovs, beaucoup de nos artistes comédiens prennent la route de l’exode pour aller tenter l’aventure théâtrale ailleurs et vivre loin des cauchemars.
L’expérience théâtrale après 1997, 1998 et 1999
Animés par la volonté et la foi de faire renaître l’activité culturelle, les hommes de théâtre congolais ont la magie et le pouvoir de panser leurs blessures, quelque soit leur gravité. Après la période de guerre, les hommes de théâtre et certaines associations culturelles conjuguent leurs efforts pour conjurer les démons de la violence Les artistes se retrouvent dans leurs laboratoires pour réfléchir à de nouvelles créations ou de nouveaux projets, reprennent le chemin des répétitions pour monter des spectacles et réapparaître sur la place publique.
Ainsi, dès juillet 1999, l’Association Nouvel’Art dont la présidence est assurée par le sociologue, comédien, poète et metteur en scène Matondo Kubu Turé a engagé un partenariat avec le Centre culturel français de Brazzaville pour animer tous les derniers jeudis du mois une activité culturelle dénommée « Un mois, un auteur ». Cette journée est riche de plusieurs manifestations culturelles : conférence-débat, représentations théâtrales et une exposition portant sur l’auteur et son œuvre.
Le premier auteur congolais choisi pour inaugurer cette activité fut Sylvain Ntari Mbemba. A l’occasion de la manifestation, Nouvel’Art a présenté une mise en espace intitulée Gueuloir portatif, un spectacle fort, les comédiens jouant comme si la guerre n’était pas passée sur leur route.
En août 1999, la même opération culturelle a continué avec le poète Jean-Baptiste Tati Loutard. Le spectacle monté en son honneur s’intitule Le Songe de la mer à la cité. Cette journée hommage amena un monde fou au CCF. La salle Savorgnan de Brazza où se donnait la représentation théâtrale était pleine comme un œuf. Le public brazzavillois a manifesté face à un tel spectacle beaucoup de plaisir : il veut respirer un nouvel air, l’air de la liberté, de la paix retrouvée. L’auteur en était visiblement satisfait.
En septembre 1999, notre ami Emmanuel Boundzeki Dongala qui venait de publier quelque temps auparavant aux Editions du Serpent à plumes son dernier livre Les petits garçons naissent aussi des étoiles fut mis en scène par deux hommes de théâtre congolais : deux textes tirés de Jazz et vin de palme dans A love suprême mis en scène par Matondo Kubu Turé et La Cérémonie, un one man show mis en scène par Nicolas Bissi et joué par le comédien Guy Stan Matingou. (1)
La saison 1999 fut clôturée par un auteur qui se taille une place de choix dans la littérature congolaise, Henri Djombo. Un de ses textes, Le Mort vivant, fut joué par le théâtre des tropiques de Tsati Tsatou.
Toujours dans le cadre de « Un mois, un auteur », Marie Léontine Tsibinda, écrivain et comédienne, ancienne sociétaire du Rocado Zulu Théâtre de Sony Labou Tansi ouvrit la saison 2000 avec un de ses textes, Les Pagnes mouillés.
En mars 2000, Henri Lopès prit le relais. L’association Nouvel’Art s’est retrouvé une fois de plus pour la sélection d’un certain nombre de textes composant l’œuvre de l’écrivain pour en faire une lecture théâtrale.
Le CCF et Nouvel’Art ont clôturé la saison 2000 en organisant une fête théâtrale autour du dramaturge congolais Sony Labou Tansi. Une pièce de Sony est montée à l’occasion, La Parenthèse de sang. Le spectacle fut vécu comme un événement théâtral, avec la participation de comédiens venant de différentes troupes de la place : le Théâtre National, la Compagnie des Dialogues, l’Alima Scène… La mise en scène fut assurée par Nicolas Bissi.
S’il faut tenter un bilan du travail théâtral à Brazzaville et dans d’autres localités du Congo depuis la sortie de la guerre, il est clair que malgré tous les cauchemars connus par les artistes comédiens congolais, les résultats sont quand même positifs car le travail abattu a été de qualité. Démonstration en fut faite par la participation des troupes congolaises aux différents rendez-vous de théâtre un peu partout en Afrique : le Marché des arts et des spectacles africains (MASA) à Abidjan, le Festival international de l’acteur (FIA) à Kinshasa et les Rencontres de théâtre internationales du Cameroun (RETIC) à Yaoundé.
De toutes les créations, La Cérémonie (monté par la Compagnie des Dialogues) et La Femme et le Colonel (Théâtre de l’Imaginaire), deux textes de Dongala, ainsi que Carré blanc (Cie Les Bruits des autres) ont rencontré un grand succès partout où elles sont passées. (2)
Comment ne pas terminer sans préciser que le théâtre au Congo joue un rôle considérable dans le développement de notre pays ? Le théâtre congolais défend et illustre notre patrimoine.

(1) cf. critique et entretien avec Nicolas Bissi dans Africultures 38 (ndlr).
(2) cf. compte-rendu du FIA dans Africultures 40 et en grand détail sur www.africultures.com. (ndlr)
Victor Mbila-Mpassi Lamy est régisseur de théâtre. ///Article N° : 2117

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire