Le complexe de Machin la Hernie

Ou de l'aventure paradoxale en terre de censure

Print Friendly, PDF & Email

Raharimanana, dramaturge et poète, interroge les rapports entre littérature africaine, censure, autocensure en tenant compte des circuits de l’édition, situés au Nord.

Ceci n’est pas un article, je préviens, on m’a demandé, en urgence, de pallier la défection de quelques amis, qui n’ont pas rendu leurs papiers à temps. J’ai dit oui, parce que pour une fois, j’ai répondu à l’appel quand le téléphone a sonné à 6h du matin (j’exagère sûrement pour l’heure, mais c’est tout comme, quand vous émergez à peine du sommeil), c’était un miracle, je ne sais pas ce qui m’était arrivé, j’ai décroché et j’ai dit oui, parce qu’il faut dire oui, quand vous décrochez le téléphone, et oui encore, quand l’ami au bout du fil semble très content de vous avoir, et encore un oui pendant qu’il parle, oui d’accord, je vais faire ce papier sur la censure. Mais le temps est trop court pour réellement entrer dans le cœur du sujet – car...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore (ou plus) abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Laisser un commentaire



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications