Recherche : Revue Africultures-86

Après une quinzaine de pièces éditées pour la plupart chez Lansman, Acoria ou Au bruit des autres, et quatre romans publiés au Seuil, le théâtre de Kossi Efoui reste un Ovni pour beaucoup de critiques. C’est que le théâtre de Kossi Efoui travaille justement sur l’insaisissable, le volatile, sur l’évaporation, l’échappée… en un mot : le marronnage. Kossi Efoui revendique en effet cette posture, issue de l’histoire de l’esclavage dans la Caraïbe et les îles du Pacifique, comme un engagement esthétique et philosophique essentiel à sa démarche d’écrivain.
Objet Volatile Non Identifié, son théâtre  » marronne « , donne sans cesse rendez-vous ailleurs pour mieux mettre en crise le spectateur. Ses personnages ne sont pas identifiables, ils muent, changent de peaux, perdent une à une leurs pelures comme les oignons, et laissent finalement au lecteur une coque vide : superposition de masques ou réincarnation à l’infini comme Anna, héroïne de Io (tragédie) (2005), énième réincarnation du personnage de la mythologie. Cette instabilité des corps traduit l’impossibilité de retenir la vie qui s’enfuit et se consume quelques soient les traces… Cette instabilité est l’identité même de l’humain toujours changeant et évoluant. Et il est de la responsabilité humaine de se faire volatile. Le devenir de l’homme qu’il soit d’Afrique ou d’ailleurs n’est pas arrêté à une identité close, il a droit à tous les envols. Les Ovni habitent aussi le ciel d’Afrique… Car, comme le rêve justement Kossi Efoui dans Volatiles (2006)  » les oiseaux rappellent encore… avec le tracé migratoire de leur écriture labile… que les racines de l’homme sont aériennes « .

Analyse

Le théâtre de Kossi Efoui s’inscrit dans cette mouvance des dramaturgies francophones d’Afrique noire de la dernière décennie du siècle qui se posent en rupture avec l’image d’une littérature exotique,…

Entretien

Vous parlez du jazz comme une trace qui témoigne d’une histoire sanglante, mais vous ne voulez pas que la mémoire de la diaspora africaine pèse de manière trop forte sur…

Analyse

Vertigineuse, insaisissable, inachevée, tout en suspension, la dramaturgie des pièces de Kossi Efoui se joue de la théâtralité et des faux-semblants, des simulacres et des masques pour se faire VOLATILE,…

Analyse

Une table ronde animée par Virginie Soubrier avec Kossi Efoui et Anisia Uzeyman (comédienne) Bertrand Binet (musicien) Bienvenu Bonkian (comédien) Emmanuel Parent (musicologue)

Analyse

(Extraits) Table ronde animée par Amos Fergombé (Université d’Artois) avec Françoise Lepoix (metteur en scène), Nicolas Saelens (metteur en scène), Laurence Barbolosi (dramaturge), Yassid Lakhouache (metteur en scène), Lucie Nemeckova…

Analyse

Les nouvelles dramaturgies d’Afrique noire francophone jouent de « l’entre-deux ». Explicitée par Sylvie Chalaye dans son livre Le Syndrome Frankenstein, cette caractéristique de l’écriture est due à la convocation d’espaces leurres,…

Analyse

Tragédie et métamorphose : ces deux mots que l’on propose, ici, de situer au cœur de la poétique du mythe dans Io (Tragédie), figurent de manière remarquable dans le texte de…

Analyse

« Ce qui m’a fasciné au théâtre, c’est comment tout se transforme, et je parle d’un théâtre qui se passe sur une place, dans l’arrière-cour d’un bar ou d’une maison. Tout…

Analyse

Table ronde animée par Sylvie Chalaye avec Jacques Chevrier, Émile Lansman (éditeur), Monique Blin (ex-directrice du Festival des Francophonies) Annick Beaumesnil (animatrice du Concours théâtral interafricain de RFI), Gustave Akakpo…

Analyse

L’écriture de Kossi Efoui appartient à cette vague de théâtres qui s’affranchissent progressivement des pesanteurs culturelles pour s’enraciner dans d’autres réalités sociales, mais surtout structurelles et idéologiques. Ils traitent d’immigration,…

1 2



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications