à propos des TOMA (Théâtres d’outre-mer en Avignon) 98

Entretien de Sylvie Chalaye avec Greg Germain, l"un des fondateurs du TOMA

Avignon, juillet 1998

Le Festival d’Avignon 1998 est à marquer d’une pierre blanche pour la communauté noire. Grâce à Greg Germain, à son opiniâtreté et sa détermination, un espace théâtral d’Outre-mer et d’Afrique est né en Avignon dans la Chapelle du Verbe Incarné de la rue des Lices.

L’ouverture de la chapelle représente le véritable événement de cette édition 98 du festival. Comment s’est réalisé ce projet qui, il faut le dire, est un véritable tour de force. Envers et contre tous ! Envers et contre tous les pouvoirs publics qui manifestement ne veulent pas d’une telle synergie, surtout si elle n’est pas initiée par eux. Quand on parle d’Outre-mer, enfin disons-le franchement quand il est question de nègres en France, c’est bien ” partitionné “, d’un côté il y a ceux qui s’occupent de l’Afrique et de l’autre ceux qui s’occupent des DOMiens et de l’outre-mer. Or il n’y a pas cette séparation à faire entre les Africains, ou les gens d’origine africaine qui vivent en France et ceux originaires d’Outre-mer, mais d’origine africaine de toute façon. Il y a très longtemps que cette idée me poursuivait de faire un festival qui aurait montré le travail des auteurs, des metteurs en scènes, des acteurs de ce pays qui pourtant ne sont jamais vus sur les scènes du théâtre national. Comment se fait-il que nous soyons de grands sportifs, de grands champions olympiques, des champions de football, champions du monde même… et qu’il n’y ai pas un seul metteur en scène, pas ...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire