Événements

Festival de cinéma africain de Cologne 2016 (14. Afrika Film Festival Köln)
14ème édition. Thème : Sisters in African Cinema

Français

Donnerstag, 15.9. – Sonntag, 25.9.
14. AFRIKA FILM FESTIVAL KÖLN

Édition 2016 du festival : 83 films provenant de 25 pays d’Afrique



L’Afrique en 2016 : cool, visionnaire & créative

A Dakar, la capitale sénégalaise, des artistes créent une mode futuriste pour  » aliens « , gèrent une plate-forme internet appelée  » Wakh’art  » pour 45 000 followers amateurs d’art, organisent des batailles de hip-hop dans la rue, produisent des vidéos de danse avant-gardistes ( » dancing means freedom « )  et créent des lieux de rencontre et de divertissement pour tous ceux dont l’objectif commun est de transmettre une autre image de leur pays que celle que donnent les politiques,  » une image qui correspond à nos idées « . Au Ghana, des militants protestent contre l’exploitation minière illégale avec des actions artistiques et déclarent :  » Nous définissons nous-mêmes avec détermination ce que signifie être africain. Nous cherchons des solutions aux problèmes de notre pays en tant qu’artistes. « 

Au Kenya, des artistes vidéo font des expériences avec des animations 3D, une  » nouvelle génération  » de réalisateurs refuse le  » diktat  » des médias commerciaux et veut raconter ses  » propres histoires  » –  » différemment de Hollywood « . Un clip musical du site  » African Digital Art  » proclame :  » Nous ne correspondons pas aux idées toutes faites que vous avez de l’Afrique !  » et un créateur qui fabrique des montures de lunettes délirantes à partir de matériaux recyclés déclare avec aplomb que ceux qui cherchent des  » histoires de misère  » sont chez lui à la mauvaise adresse :  » Je ne vends pas de la pauvreté, mais de l’art. « 

À Soweto en Afrique du Sud, un groupe de heavy metal organise un festival de rock pour prouver que des  » histoires positives  » ont lieu aussi dans un quartier à la réputation douteuse. Des programmateurs de Johannesburg développent des jeux vidéo pour  » Street Fighter « , un  » DJ invisible  » a créé un nouveau style de musique appelé  » Lim Pop  » qui  » correspond à l’esthétique africaine  » et un artiste vidéo raconte qu’il se passe des choses passionnantes  » de l’Angola à l’Afrique du Sud en passant par le Nigéria  » :  » Nous devons juste faire en sorte que nos rêves ne meurent pas. « 

Toutes ces citations proviennent de la série documentaire en cinq épisodes AFRIPEDIA, que FilmInitiativ a sous-titré en allemand pour le festival et qui a aussi fourni les motifs pour l’affiche du 14e festival de cinéma africain. Teddy Goitom fait partie des initiateurs de ce projet cinématographique sur la culture de la jeunesse en Afrique de l’Ouest, de l’Est et en Afrique du Sud. Teddy Goitom a vécu en Ethiopie, en Érythrée et en Suède et se voit moins comme un  » réalisateur  » que comme un  » conteur « . Il est cofondateur du collectif  » Stocktown » en Suède, qui veut  » transmettre sous de nouvelles formes des histoires inspirantes qui n’ont pas encore été racontées « . À Cologne, il présentera trois épisodes de la série documentaire (SENEGAL & COTE D’IVOIRE, GHANA ET AFRIQUE DU SUD) au Filmforum et un autre (KENYA) à l’ouverture de l’exposition L’AFRIQUE – BIEN PLUS QUE CE QUE TU IMAGINES à la bibliothèque centrale. Les films documentaires peuvent être visionnés sur écran vidéo pendant six semaines dans la section  » Lernwelt  » de la bibliothèque au troisième étage. Ils ont une place proéminente dans le programme du festival car ils montrent de façon exemplaire l’atmosphère de renouveau dans la scène artistique et cinématographique de nombreux pays africains.

 







Nouveaux films, nouvelles formes

On évoque souvent la mort du cinéma, les conditions de production sont très difficiles et le financement plus encore, mais malgré cela, tant de films passionnants et novateurs ont vu le jour ces dernières années en Afrique et dans la diaspora africaine qu’il a été plus difficile que jamais d’élaborer le programme du festival de cette année. Toutes les découvertes cinématographiques ne peuvent pas être présentées ici. Le public pourra voir en tout 83 films provenant de 25 pays et de la diaspora africaine. Pour beaucoup d’entre eux, il s’agira de la première projection en Allemagne, pour certains de la première en Europe. 15 films ont été sous-titrés en allemand par FilmInitiativ – pour le festival et afin de contribuer à leur diffusion en Allemagne par la suite. Trois films sortent en salle dans toute l’Allemagne au moment du festival, notamment le long-métrage tunisien HEDI, dont l’acteur principal Majd Mastoura a remporté l’ours d’argent de meilleur acteur lors de la Berlinale 2016, et À PEINE J’OUVRE LES YEUX, ainsi que le documentaire MALI BLUES, distribué par la société colonaise realfiction et qui sera présenté juste après le festival (le 27.9).

La nuit des court-métrages PANORAMA (24.9) donne un aperçu concentré de la diversité de la création cinématographique africaine actuelle, aussi bien en termes de contenu que de forme, le programme de court-métrages VISUAL ARTS (23.9) livre quant à lui des exemples d’une esthétique cinématographique novatrice dans plusieurs pays africains.

Deux premières œuvres attestent aussi d’une nouvelle approche cinématographique dans leurs pays respectifs : NECKTIE YOUTH de Sibs Shongwe-Le Mer, une étude des mœurs filmée en noir et blanc sur des jeunes de la classe moyenne dans l’ère postapartheid en Afrique du Sud, et LONBRAZ KANN de David Constantin, réalisateur qui vient de l’île Maurice et qui, pour ce film sur la fermeture d’une usine de sucre, a formé des acteurs et des techniciens locaux afin de créer les bases d’une production cinématographique indépendante sur les îles de l’océan Indien.

Le programme propose aussi des nouveaux films primés de réalisateurs reconnus sur le plan international, comme MADAME COURAGE de Merzak Allouache, sur des jeunes en Algérie et L’ORCHESTRE DES AVEUGLES, sur des musiciens au Maroc, de Mohamed Mouftakir, qui avait déjà présenté en 2012 à Cologne son film PEGASE, sacré au FESPACO.

Le film ougandais ABAABI BA BODA BODA (THE BODA BODA THIEVES) est un drame inspiré du néoréalisme italien et réalisé par le collectif  » Yes! That’s Us » de Kampala. AKHER AYAM EL MADINA (IN THE LAST DAYS OF THE CITY) d’Égypte, reflète les bouleversements sociaux depuis la chute de la dictature de Moubarak à travers une production de plusieurs années qui a transformé l’intrigue du film mais aussi le regard du réalisateur Tamer El Said sur sa ville natale, le Caire.

 

Révolution et réaction

Des réalisateurs s’intéressent aussi aux percées révolutionnaires et aux contre-mouvements réactionnaires dans d’autres pays africains. Dans le film documentaire INDEPENDÊNCIA, des témoins évoquent la lutte de libération armée en Angola et la guerre civile qui a suivi l’indépendance. Les séries de courts-métrages TRIPOLI STORIES et LIBYAN STORIES offrent un rare aperçu dans le quotidien du pays nord-africain déchiré par les luttes entre milices armées depuis la mort de Kadhafi. Dans le film MISSION IMPOSSIBLE sur de jeunes réalisateurs, on entend par exemple en arrière-fond des fusillades qui ont eu lieu dans le voisinage lors du tournage.

Le  » printemps arabe « , souvent idéalisé à tort, a été suivi de conflits violents en Afrique du Nord, attisés par des groupes terroristes qui en ont profité pour répandre leurs idées réactionnaires. Diverses attaques terroristes ont aussi touché l’Afrique de l’Ouest. Ces évolutions déprimantes se reflètent dans les films venus d’Afrique ou de la diaspora en Europe. Dans son documentaire KRIGERNE FRA NORD (WARRIORS FROM THE NORTH), le réalisateur Nasib Farah, originaire de Somalie, tente par exemple de comprendre pourquoi de jeunes hommes issus de familles somaliennes immigrées abandonnent leur vie au Danemark pour rejoindre la milice terroriste al-Shabaab en Afrique de l’Est. Le court-métrage expérimental ISHTAR & ISIS évoque avec des images associatives le destin des femmes qui sont tombées dans les mains des bourreaux de l’État islamique.

Il y a aussi en Afrique des mouvements de protestation qui ont réussi. Le documentaire UNE RÉVOLUTION AFRICAINE – LES DIX JOURS QUI ONT FAIT CHUTER BLAISE COMPAORÉ revient sur les jours qui ont précédé la chute du président du Burkina Faso après 27 ans de régime autoritaire. Le réalisateur Boubacar Sangaré est invité pour parler de l’importance de la révolution au Burkina Faso pour les mouvements démocratiques en Afrique de l’Ouest et ailleurs.

 

Portraits d’artistes et histoires cinématographiques

L’écrivain et réalisateur sénégalais Ousmane Sembène, disparu en 2007, s’est engagé toute sa vie pour une Afrique libérée des contraintes néocoloniales. C’était l’un des plus importants partisans d’un cinéma indépendant et politiquement engagé. En 1969, il faisait partie des fondateurs du FESPACO à Ouagadougou, qui est depuis devenu le plus important festival de cinéma du continent. Avec le documentaire SEMBENE!, son compagnon de route Samba Gadjigo lui rend un hommage cinématographique qui n’est pas sans regard critique.

Il est aussi question d’histoire cinématographique dans CINÉ GUIMBI SOUVENIR de Berni Goldblat, qui s’engage pour la reconstruction d’un cinéma à Bobo-Diolasso, la deuxième plus grande ville du Burkina Faso. Le court-métrage est projeté avant le documentaire JIMMY GOES TO NOLLYWOOD, qui jette un regard ironique et amusant dans les coulisses de l’industrie cinématographique commerciale du Nigéria.

BLACK PRESIDENT dresse le portrait de l’artiste internationalement connu Kudzanai Chiurai, qui, après des années d’exil en Afrique du Sud, a décidé de retourner dans son pays d’origine, le Zimbabwe. Après la projection, le public aura la possibilité de discuter avec la rappeuse AWA, du Zimbabwe, sur la liberté d’action dans la scène musicale et artistique de son pays. La chanteuse est invitée au festival de musique  » Urban Africa – My Future 2020  » à Cologne, qui a lieu du 27 au 30.9, entre autres au Clubbahnhof Ehrenfeld, et elle se produira aussi sur la scène du Filmforum le 25.9 avant la remise du prix du public. Son pseudonyme AWA vient de  » African Women Arise  » et correspond ainsi tout à fait au thème central du festival cette année : SISTERS IN AFRICAN CINEMA.

 

SISTERS IN AFRICAN CINEMA

Les femmes devant et derrière la caméra ont de plus en plus d’importance dans la création cinématographique africaine. Elles portent leur regard de cinéaste non seulement sur le rôle et les problèmes des femmes au quotidien, mais aussi sur des femmes qui refusent les structures patriarcales, les injustices, la violence et les violations des droits de l’homme, ainsi que sur des femmes engagées dans la politique et la culture. Avec ce thème central SISTERS IN AFRICAN CINEMA, FilmInitiativ Köln peut présenter la création cinématographique actuelle des femmes africaines et remplacer le regard eurocentrique sur les femmes en Afrique par des perspectives données par des femmes d’Afrique.

33 films de fiction, documentaires, court-métrages et films expérimentaux provenant de 13 pays africains et de la diaspora ont été choisis pour le programme du festival. Aussi bien en termes de contenu que d’esthétique, ceux-ci reflètent la diversité de la création cinématographique actuelle par des femmes d’origine africaine.

Le film d’animation AYA DE YOPOUGON, au succès international mais très peu connu en Allemagne, sur une jeune femme sûre d’elle vivant à Abidjan, passera à l’Institut français en prologue au festival. Le film d’ouverture au Filmforum, A PEINE J’OUVRE LES YEUX, a déjà reçu des dizaines de récompenses et raconte l’histoire de la chanteuse de rock Farah qui, avec ses textes politiques, se rebelle contre la société répressive de la Tunisie sous la dictature de Ben Ali. (Le film sera aussi projeté en présence de la réalisatrice tunisienne Leyla Bouzid lors d’une séance scolaire.)

Le film CHALLAT DE TUNIS évoque aussi des attaques actuelles contre la liberté. Il raconte l’histoire d’un motard qui attaque au rasoir les femmes qui semblent lui manquer de respect.

La réalisatrice sud-africaine Sara Blecher présente deux films dans le cadre du programme thématique SISTERS. AYANDA raconte l’histoire d’une jeune femme de 21 ans qui, après la mort de son père, reprend son garage et doit s’imposer dans un monde masculin. Son deuxième film, DIS EK ANNA, montre de façon très sensible les conséquences fatales des abus sexuels.

Avec COLD HARBOUR, la Sud-Africaine Carey McKenzie présente un thriller avec plusieurs stars, dans lequel il est question de contrebandiers et de policiers corrompus.

La jeune réalisatrice camerounaise Françoise Ellong présente à Cologne son film W.A.K.A. Le titre est l’acronyme de  » A Woman acts for her Kid Adam  » ( » Une femme se bas pour son fils Adam « ) et le personnage principal est une mère célibataire qui risque sa vie pour le bien de son fils.

Le long-métrage marocain TA MÈRE est plutôt une comédie dans laquelle Sofia, âgée de 17 ans, veut se sortir du mariage arrangé par ses parents. À l’occasion du programme thématique SISTERS, FilmInitiativ a aussi invité Maïmouna N’Diaye, sacrée meilleure actrice d’Afrique lors du dernier festival de cinéma panafricain FESPACO en 2015. Elle vit à Ouagadougou et a reçu le prix pour son rôle principal dans L’OEIL DU CYCLONE. Ce film de fiction rappelle que dans de nombreux pays frappés par des guerres civiles, des dizaines de milliers d’anciens enfants soldats n’ont aucune aide pour se libérer de leurs expériences traumatisantes ( » une bombe à retardement « ).

Les films documentaires du programme SISTERS évoquent une coiffeuse de rue sénégalaise à Casablanca (AJI-BI – LES FEMMES DE L’HORLOGE), des migrantes algériennes et leur joie de vivre dans les banlieues françaises (LES GRACIEUSES), la découverte tardive par des immigrées algériennes du pays d’adoption de leurs maris en Europe (PATIENCE, PATIENCE, T’IRAS AU PARADIS!) et le rapport tabou des hommes nord-africains avec la tendresse et la sexualité(VERS LA TENDRESSE). Pour son documentaire LES RUMEURS DU LAC, la réalisatrice Wendy Bashi, qui est invitée à Cologne, est retournée sur les lieux de son enfance, au bord du Lac Kivu dans l’est de la RDC, et a filmé des pêcheurs qui lui racontent des légendes traditionnelles et leurs souvenirs liés à la guerre.

Lors d’une table ronde (avec traduction simultanée), Leyla Bouzid (Tunisie), Françoise Ellong (Cameroun), Judy Nini Kibinge (Kenya) et Sara Blecher (Afrique du Sud) se pencheront sur la place des femmes dans la production cinématographique africaine actuelle (18.9.). Beti Ellerson, qui a aussi écrit le texte d’introduction sur le programme thématique SISTERS (voir page…), mènera la discussion. Avant la table ronde, elle présentera son documentaire SISTERS OF THE SCREEN – AFRICAN WOMEN IN CINEMA. L’une des personnes qu’elle a interviewées, la réalisatrice congolaise Monique Mbeka Phoba, participera aussi à la discussion sur le film. Son court-métrage SOEUR OYO, qui se passe au temps de la colonisation belge au Congo, sera aussi projeté.

Le film documentaire qui clôt le programme, LA RÉVOLUTION DES FEMMES : UN SIÈCLE DE FÉMINISME ARABE, donnera l’occasion au public de discuter avec la réalisatrice tunisienne Feriel Ben Mahmoud de l’histoire et de l’état actuel des mouvements féministes en Afrique du Nord.

C’est le groupe SISTERS qui sera chargé de l’entrée en matière musicale du thème principal du festival lors de l’ouverture. Mallence & Patrice Babatunde Bart-Williams, qui sont cette année les parrains du festival y participeront aussi pour présenter leur court-métrage THE RISING OF THE SON, tourné avec des jeunes en Sierra Leone.

 


Donnerstag, 15.9. – Sonntag, 25.9.
14. AFRIKA FILM FESTIVAL KÖLN


Freitag, 16.9. 10:00 Uhr
Schulkinoprogramm
À PEINE J’OUVRE LES YEUX (KAUM ÖFFNE ICH DIE AUGEN)
‘TUN 2015, 102‘, DCP, OmU, Regie: Leyla Bouzid
Gast: Leyla Bouzid

Freitag, 16.9. 16:00 Uhr
TRIPOLI & LIBYAN STORIES
LAND OF MEN LYB 2014, 4′, digital, OmeU, Regie: Kelly Ali & Alaan Hassan Seneed
THE MOSQUE LYB 2014, 5′, digital, OmeU, Regie: Farraq Al Sharif
THE RUNNER LYB 2014, 4′, digital, OmeU, Regie: Mohannad Eissa
THE SANDWICH MAKER LYB 2014, 4′, digital, OmeU, Regie: Samar S. Omar
THE SECRET ROOM LYB 2012, 4′, digital, OmeU, Regie: Ibrahim Shebani
DEAD END LYB 2014, 9′, digital, OmeU, Regie: Ahmed Aboub
DRIFTING LYB 2014, 11′, digital, OmeU, Regie: Samer S. Omar
MISSION IMPOSSIBLE LYB 2014, 17′, digital, OmeU, Regie: Najmi Own

Freitag, 16.9. 17:30 Uhr
VOYAGE VERS L’ESPOIR GUI/SEN 2013, 26′, digital, OmeU, Regie: T. S. Diallo
KRIGERNE FRA NORD (WARRIORS FROM THE NORTH)
SOM/DK 2014, DCP, 59′, OmeU, Regie: Nasib Farah & Søren S. Jespersen
Gast: Nasib Farah

Freitag, 16.9. 19:30 Uhr
AYANDA
SA 2015, 105′, DCP, OmU, Regie: Sara Blecher
Gast: Sara Blecher


Freitag, 16.9. 22:00 Uhr
ABAABI BA BODA BODA (THE BODA BODA THIEVES)
UGA/D 2015, 85′, DCP, OmeU, Regie: Donald Mugisha, James Tayler & Wanjiku S. Muhoho


Samstag, 17.9. 13:00 Uhr
JIN’NAARIYA!
NGA 2015, 12′, digital, OmeU, Regie: Rahmatou Keïta
LA SOUFFRANCE EST UNE ÉCOLE DE SAGESSE
CAM 2014, 72′, digital, OmeU, Regie: Astrid Ariane Atodji
Gast: Beti Ellerson


Samstag, 17.9. 14:30 Uhr
DIS EK, ANNA
SA 2015, 123′, DCP, OmeU, Regie: Sara Blecher
Gast: Sara Blecher


Samstag, 17.9. 17:30 Uhr
AFRIPEDIA – SENEGAL & IVORY COAST / GHANA / SOUTH AFRICA
S 2015, 3 x 28′, DCP, OmeU, Regie: Stocktown Collective/Teddy Goitom
Gast: Teddy Goitom


Samstag, 17.9. 19:30 Uhr
W.A.K.A
CAM 2013, 98′, DCP, OmeU, Regie: Françoise Ellong
Gast: Françoise Ellong


Samstag, 17.9. 22:00 Uhr
AFRICAN SHORTS 1: SISTERS
SOKO SONKO (THE MARKET KING) USA/K 2014, 20′, DCP, OmeU, Regie: E. Msangis
KWAKU ANANSE GH/USA 2013, 25‘,DCP, OmeU, Regie: Akosua Adoma Owusu
RELUCTANTLY QUEER GH/USA 2016, 9′, DCP, OmU, Regie: Akosua Adoma Owusu
GAY ENOUGH S 2016, 9′, DCP, OmU, Regie: Hawa Sanneh & Anna Fundin
MAMAN(S) F/SEN 2015, 21′, DCP, OmU, Regie: Maïmouna Doucouré
MINERVA’S LILIES K/SA 2016, 4‘, digital, OmeU, Regie: Amirah Tajdin
BOYS OF SOWETO SA 2013, 4‘, digital, ohne Worte, Regie: Meja L. Shoba
SHEILA SA 2015, 18′, digital, OmeU, Regie: Vicki Kisner
Gast: Judy Nini Kibinge


Sonntag, 18.9. 10:00 Uhr
Kindervorführung zum Weltkindertag
KHUMBA (DAS ZEBRA OHNE STREIFEN AM POPO)
SA 2013, 83‘, DCP, DF, ab 6 Jahren, Regie: Anthony Silverstone


Sonntag, 18.9. 15:00 Uhr
SISTERS OF THE SCREEN – AFRICAN WOMEN IN CINEMA
USA 2002, 73′, DCP, OmU, Regie: Beti Ellerson
Gäste: Beti Ellerson & Monique Mbeka Phoba


Sonntag, 18.9. 17:00 Uhr
Podiumsdiskussion
SISTERS IN AFRICAN CINEMA – Zur Rolle von Frauen im afrikanischen Filmschaffen
Gäste: Sara Blecher (Südafrika), Leyla Bouzid (Tunesien), Françoise Ellong (Kamerun), Judy Nini Kibinge (Kenia), Moderation: Beti Ellerson (USA)


Sonntag, 18.9. 20:00 Uhr
INHEBBEK HEDI (HEDIS HOCHZEIT)
TUN/B/F 2016, 90‘, DCP, OmU, Regie: Mohamed Ben Attia
Gast: Mohamed Ben Attia


Mittwoch, 21.9. 16:00 Uhr
SEMBENE!
USA/SEN 2014, 88‘, digital, OmeU, Regie: Samba Gadjigo & Jason Silverman


Mittwoch, 21.9. 17:30 Uhr
AYA WAL BAHR (AYA GOES TO THE BEACH)
PATIENCE, PATIENCE, T’IRAS AU PARADIS!
M 2015, 19′, DCP, OmU, Regie: M. Touzani
B 2014, 86′, DCP, OmU, Regie: Hadja Lahbib


Mittwoch, 21.9. 19:30 Uhr
L’OEIL DU CYCLONE
BF 2014, 97′, DCP, OmU, Regie: Sékou Traoré
Gast: Maïmouna N’Diaye


Mittwoch, 21.9. 22:00 Uhr
LE PARK
TA MÈRE
M/F 2015, 16‘, DCP, OmeU, Regie: Randa Maroufi
M/F 2015, 78′, DCP, OmU, Regie: Touria Benzari


Donnerstag, 22.9. 16:00 Uhr
INTORE (THE CHOSEN)
RWA 2014, 64′, digital, OmeU, Regie: Eric Kabera


Donnerstag, 22.9. 17:30 Uhr
AISHA
TAN 2015, 85′, DCP, OmeU, Regie: Chande Omar
Gast: Amil Shivji


Donnerstag, 22.9. 20:00 Uhr
COLD HARBOUR
SA 2014, 76′, DCP, OmU, Regie: Carey McKenzie
Gast: Carey McKenzie


Donnerstag, 22.9. 22:00 Uhr
LONBRAZ KANN
MRI 2014, 84′, DCP, OmeU, Regie: David Constantin


Freitag, 23.9. 10:00 Uhr
Schulkinoprogramm
ZAMBEZIA (IN JEDEM STECKT EIN KLEINER HELD)
SA 2012, 89‘, Blu-ray, DF, Regie: Wayne Thornley


Freitag, 23.9. 16:00 Uhr
VERS LA TENDRESSE
AJI-BI, LES FEMMES DE L’HORLOGE
F 2015, 36′, DCP, OmU, Regie: Alice Diop
M 2015, 67′, DCP, OmU, Regie: Raja Saddiki


Freitag, 23.9. 18:00 Uhr
LES GRACIEUSES
F 2014, 80′, DCP, OmU, Regie: Fatima Sissani
Gast: Fatima Sissani


Freitag, 23.9. 20:00 Uhr
SANS REGRET
CI 2015, 105′, DCP, OmeU, Regie: Jacques Trabi
Gast: Jacques Trabi


Freitag, 23.9. 22:30 Uhr
Kurzfilmnacht
BALANCE SA 2010, 4‘, digital, ohne Worte, Regie: Colleen Alborough
NUIT BLANCHE TUN/F/D 2015, 13‘, digital, ohne Worte, Regie: Anna M’barek
ISHTAR & ISIS M/ 2015, 3‘, digital, OmeU, Regie: Mai Mustafa
WALK WITH ME UGA/DK 2013, 13′, digital, OmeU, Regie: Peter Tukei Muhumuza & Johan Oettinger
KUKINGA CON 2015, 9‘, DVD, ohne Worte, Regie: Frank Mukunday & Trésor T. Shamala
GHOST DIAMOND SA 2014, 25′, digital, OmeU, Regie: Chris Saunders
EXCUSE ME WHILE I DISAPPEAR SA 2014, 18′, digital, OmeU, Regie: Michael MacGarry
FLIES SA 2014, 9′, digital, OmeU, Regie: Michael MacGarry
SEA OF ASH SA 2016, 12‘, digital, ohne Worte, Regie: Michael MacGarry
Gäste: Colleen Alborough, Anna & Pauline M’barek


Samstag, 24.9. 14:00 Uhr
INDEPENDÊNCIA
ANG 2015, 85′, DCP, OmeU, Regie: Mário Bastos


Samstag, 24.9. 15:30 Uhr
LE CHALLAT DE TUNIS
TUN 2013, 84‘, DCP, OmU, Regie: Kaouther Ben Hania


Samstag, 24.9. 17:00 Uhr
SOEUR OYO
RUMEURS DU LAC
CON/B 2014, 24‘, DCP, OmU, Regie: Monique Mbeka Phoba
CON/B 2015, 52′, DCP, OmU, Regie: Wendy Bashi
Gast: Wendy Bashi


Samstag, 24.9. 19:15 Uhr
Pluriversale V – Filmvorführung und Gespräch
AKHER AYAM EL MADINA (IN THE LAST DAYS OF THE CITY)
EG/D/GB/VAE 2016, 119′, DCP, OmeU, Regie: Tamer El Said
Gäste: Tamer El Said & Stefanie Schulte Strathaus


Samstag, 24.9. 22:15 Uhr
Kurzfilmnacht
GERRETA ETH 2015, 8′, digital, OmeU, Regie: Mantegaftot Sileshi Siyoum
QANIS F 2014, 23‘, digital, franz. OmeU, Regie: Reda Mustafa
BABOR CASANOVA AL 2015, 35′, DCP, OmeU, Regie: Karim Sayad
DISCIPLINE CH 2014, 12‘, DCP, OmeU, Regie: Christophe M. Saber
I AM CONGO CON/GAB 2015, 5′, digital, OmeU, Regie: David Mboussou & Juan Ignacio Davila
MOSONNGOA LES/D 2012/2013, 21′, Blu-ray, OmeU, Regie: Lemohang Jeremiah Mosese & Hannah Stockmann
LE CHEMIN CIV 2015, 13′, digital, OmeU, Regie: Mike Lofiz
TERREMERE SEN/F 2014, 35′, digital, OmeU, Regie: Aliou Sow
RABIE CHETWY (WINTRY SPRING) EG 2014, 16′, digital, OmeU, Regie: Mohamed Kamel
Gast: Mantegaftot Sileshi Siyoum

Sonntag, 25.9. 13:00 Uhr
THE ART OF AMA ATA AIDOO
GH/GB 2014, 78′, DCP, OmU, Regie: Yaba Badoe

Sonntag, 25.9. 14:30 Uhr
BLACK PRESIDENT
SIM/GB/SA 2015, 86‘, DCP, OmeU, Regie: Mpumelelo Mcata
Gast: Awakhiwe Sibanda aka AWA

Sonntag, 25.9. 16:30 Uhr
CINÉ GUIMBI SOUVENIR
JIMMY GOES TO NOLLYWOOD
BF 2015, 12′, digital, OmeU, Regie: Berni Goldblat
F/HAI/NGA 2014, 52′, digital, OmeU, Regie: Jimmy Jean-Louis/Rachid Dhibou

Sonntag, 25.9. 18:00 Uhr
LA RÉVOLUTION DES FEMMES: UN SIÈCLE DE FÉMINISME ARABE
TUN/F 2014, 52‘, DCP, OmeU, Regie: Feriel Ben Mahmoud
Gast: Feriel Ben Mahmoud

Sonntag, 25.9. 20:00 Uhr
Vergabe der Publikumspreise
Live-Musik: Awakhiwe Sibanda aka AWA (Simbabwe)
L’ORCHESTRE DES AVEUGLES
M 2014, 110′, DCP, OmeU, Regie: Mohamed Mouftakir

Mittwoch, 28.9. 10:00 Uhr (auf Wunsch gerne auch anderer zeitnaher Termin möglich)
Schule des Sehens – Cinepoint – Schulkinoprogramm
In der Reihe „Schule des Sehens »werden ausgewählte Filme aus der Reihe „Filmgeschichten: Müßiggang »als Schulkinoprogramm mit Einführungen und Filmgesprächen gezeigt:
DER SCHATZ DER WEISSEN FALKEN
Deutschland 2005, 92‘, dt. Fassung, FSK: 0, empf. ab 8, Regie: Christian Zübert, mit: David Bode, Kevin Köppe

Mittwoch, 28.9. 20:00 Uhr
Orchester und ihre Städte: Orchestra Filharmonica della Scala
I AM LOVE
I 2009, 114′, DCP, OmU, Regie: Luca Guadagnino, mit: Tilda Swinton, Edoardo Gabbriellini

Donnerstag, 29.9. – Samstag, 1.10.
Symposium der Dokumentarfilminitiative
BILDERSTRÖME – Neuere Strategien zur Visualisierung von Geschichte im Dokumentarfilm

Donnerstag, 29.9. 11:30 Uhr
Akkreditierung, Welcome Coffee, Begrüßung

Donnerstag, 29.9. 12:15 Uhr
Eröffnungsvortrag mit Q&A
Amateurgeschichte(n). Mit Filmzeit Geschichte schreiben
Simon Rothöhler, Professor für Medientechnik und -philosphie, RUB Bochum

Donnerstag, 29.9. 13:30 Uhr
TEIL 1: FOOTAGE
Einleitung, Petra L. Schmitz, dfi im Filmbüro NW, Köln

Donnerstag, 29.9. 13:45 Uhr
Filmvorführung und Gespräch
THE EVENT
NL/BE 2015, 74′, OmU, Regie: Sergei Loznitsa
Mit Sergei Loznitsa, Berlin
Moderation: Christiane Büchner, Filmemacherin/Autorin, Köln

Donnerstag, 29.9. 16:15 Uhr
Einwurf
Zukunft ist Vergangenheit und Gegenwart ist das, was bleibt
Thomas Heise, Filmemacher/Autor, Berlin

Donnerstag, 29.9. 16:15 Uhr
Einblick
Archivströme. Zur Webedition der SHOAH-Outtakes
Simon Rothöhler, Professor für Medientechnik und -philosphie, RUB Bochum

Donnerstag, 29.9. 18:30 Uhr
Panel mit Filmausschnitten
Footage in Fernsehdokumentationen
Beispiele: AKTE D, WDR/BR/MDR/NDR 2014 – 2016, 2 Staffeln à 3 Teile, à 44‘
SCHATTEN DES KRIEGES, RBB/NDR 2016, 2 Teile à 45 Min.
Mit Christoph Weber, taglicht media, Köln und Andreas Christoph Schmidt, Schmidt & Paetzel Filmproduktion, Berlin
Moderation: Fritz Wolf, Medienjournalist, Düsseldorf

Donnerstag, 29.9. 19:30 Uhr
WDR-Premiere
Ein Geschichtsformat für junge Zuschauer
WAS GEHT MICH DAS AN? vydy.tv/WDR 2016, 4 Teile à 45‘, Teil 1: DIE MAUER
Mit Michael Köppel (Produzent vydy.tv, München), Ana Zirner (Regie), Michael Wende (Visual Effects), Pit Bukowski (Schauspieler) Lena Brochhagen (Redakteurin WDR, Köln)
Moderation: Marcus Seibert
Anschließend Empfang des WDR im Foyer des Filmforums

Freitag, 30.9. 10:00 Uhr
TEIL 2: COMPUTERANIMATIONEN
Einleitung, Petra L. Schmitz, dfi im Filmbüro NW, Köln

Freitag, 30.9. 10:15 Uhr
Webgame-Präsentation mit Q & A
CONQUEST OF THE SEVEN SEAS
Michael Grotenhoff / Michael Scheuerl, Transmedia producer/Game Designer, filmtank, Berlin
CALL HER LOTTE
Annekathrin Wetzel, Autorin/Produzentin, miriquidifilm, München

Freitag, 30.9. 13:15 Uhr
TEIL 3: ZEITZEUGEN
Einleitung, Petra L. Schmitz, dfi im Filmbüro NW, Köln

Freitag, 30.9. 13:30 Uhr
Vortrag mit Q & A
Die Inszenierung des Zeitzeugen. Anmerkungen zu einer Zentralfigur des Geschichtsfernsehens
Fritz Wolf, Medienjournalist, Düsseldorf

Freitag, 30.9. 14:30 Uhr
Vortrag mit Q & A
Geschichtssplitter. Das Wort der Zeitzeugen – mit Bezug auf die Filme von Christoph Hübner und Gabriele Voss
Bert Rebhandl, Autor/Filmkritiker, Berlin

Freitag, 30.9. 16:00 Uhr
TEIL 4: BILDER VON FLUCHT UND MIGRATION
Einleitung, Petra L. Schmitz, dfi im Filmbüro NW, Köln

Freitag, 30.9. 16:30 Uhr
Filmausschnitt und Gespräch
NICHT VERZEICHNETE FLUCHTBEWEGUNGEN
D 1990, 95‘, OF, von Dietrich Schubert
Gespräch mit Dietrich Schubert, Kronenburg/Eifel
Moderation: Christiane Büchner

Freitag, 30.9. 19:00 Uhr
Filmvorführung und Gespräch
FREMD
D 2011, 92′, von Miriam Faßbender
Gespräch mit Miriam Faßbender, Berlin
Moderation: Werner Ruzicka, Duisburger Filmwoche
Anschließend Empfang der dfi im Foyer des Filmforums

Samstag, 1.10. 10:00 Uhr
Präsentation einer Film-Entstehung
#MYESCAPE
D 2015, 90/52/30‘, Ausschnitte
Elke Sasse / Stefan Pannen, Autorin/Produzent, fernsehbüro, Berlin

Samstag, 1.10. 11:30 Uhr
Filmvorführung und Gespräch
3 Kurzfilme aus dem Projekt RESEARCH REFUGEES
D 2016, 98‘, OF m dt. und engl. UT, Omnibusfilm von Thaïs Odermatt, Laura Laabs, Christoph Eder
Gespräch mit den Filmemacher*innen der Filmuniversität Potsdam-Babelsberg
Moderation: Marcus Seibert, Drehbuchautor/Übersetzer, Köln