Tolata / All eyes on me

Print Friendly, PDF & Email

Regardez-moi
Regardez-moi bien
Regardez mon corps, ce joli corps, mon joli corps
Regardez mes yeux, ma peau, ma très belle peau
Je dis : regardez mon être, pas mon âme
Interdiction formelle de toucher à mon âme
Contempler juste
Souffrez de votre manque de goût vestimentaire

Alors ! Mange mon Habit ! Mange ! car tu es à moi et à moi tout seul
Cette chemise, Ma chemise est Versace
Ce pantalon, Mon pantalon est Dolce et Gabbana
Je tiens le monde entre mes mains, la haute couture ça me connaît
La hauteur c’est moi, je vis dans les lieux les plus élevés
Sur mon corps tout devient luxe ! Mon corps est luxueux
Regardez-moi
Regardez-moi bien, je suis sur mon 31, pourquoi trente et un parce que c’est la clôture de tous les possibles jours, oui la fin du cycle, après moi c’est le retour au néant !
Vous aussi avez remarqué que j’étais sur mon 31, ne vous étonnez pas c’est cela mon quotidien, mon territoire, ma nation, mon royaume, mon empire, j’y règne en maître absolu !

Mon corps pour seule nation, mon corps pour seul territoire, mon corps pour seul régime, mon corps démocratique, mon corps dictatorial, mon corps colonial, mon corps néocolonial,
Mon corps néolibéral, mon corps obscène, mon corps sacré, sacrilège, mon corps divin !
Mon corps pour seul président, député, ministre et pape
Mon corps pour seule religion, ma religion « Kitendi » « l’étoffe », le bout de tissu
Le bout de tout, le bout du rêve, le bout de la liberté, le bout démocratique, le bout divin, l’étoffe, le tissu, mon tissu nation, le tissu monde, le tissu univers !

Mon corps lieu par excellence de tous mes rêves, mes envolées, mes possibles et mes avoirs !
Oui je suis griffé de la tête aux pieds, ma forme est plus profonde que votre fond !
Plus creusé, plus creusant et plus criant que l’infini de tous vos imaginaires
Elamba na Elamba
Forme na Forme
Bilele na bilele

Vêtement sur vêtement
Habit sur habit

Mon habit est mon emploi sans retraite ni fiscalité de merde
Ma veste est mon pays, mon pays à moi dénudé de tout bruit de bottes, dénudé de tout capital de viols, dénudé de toutes rafles et incursions militaires, ma veste cette veste est mon pays dénudé de tous pleurs de gosses enfants soldats ou shegués
Oui Mon pantalon est ma patrie, ses rayures qui brillent sont les sourires des millions d’enfants à scolariser !

Oui regardez-moi encore
Regardez-moi bien, n’ayez honte,
Dites le tout haut, je suis griffé et je suis riche
Je m’habille pas classe, j’en ai que faire ! à chacun sa classe, vous avez choisi la vôtre
Moi je m’habille cher
Oui ma vie vaut très chère pour que je la vilipende avec des fringues de merde, des fringues à deux balles
Regardez-moi bien, je suis riche, peu importe vos balances commerciales et économiques, peu importe vos prévisions budgétaires, peu importe vos multiples réformes, peu importe votre PIB, peu importe votre actuelle cotation en bourse, peu importe la dernière note de Bretton Woods
Je suis le mieux vêtu donc je suis le plus riche
Peu importe votre boom immobilier que vous êtes seuls à justifier
Je m’en fous, moi je sens Bon
De la senteur de Paco Rabane de mes chômages à perpétuité
Je sens L’Homme de Dior, oui je sens des tulipes de Channel de la survie du lelo lelo. Aujourd’hui ou jamais !

Regardez-moi bien, je suis beau, mon corps est sublime, le vôtre est laid
Il se nourrit de quoi ! Dites-moi, quoi de la manne mielleuse et ensanglantée de nous autres depuis des siècles maintenant, passant de père en père, de proprio à apprivoisé

Aaaaaah !
Vous avez vu que mon corps et mes vêtements sont sublimes, vous avez vite compris que je ne suis pas de vôtre « Moto ya mbongo aza moninga na yo te ! Non non non le riche n’est pas ton ami frérot »
Aaah oui je ne suis pas de votre acabit ; je suis riche
Regardez bien
Regardez-moi cette veste, elle a été faite à la main et sur mesure par le vieux Tokohama qui frôle les 130 ans d’âge, ceci est une pièce unique made in Japon, cousu juste avec de la chaume !
Cette paire de chaussures, oui celle que j’ai sur moi, son prix vaut quatre immeubles sur le nouveau boulevard de la démonstration !
Cette ceinture, ma ceinture qui soutien mon pantalon, elle est faite en peau d’escargot, et elle vaut plus que le budget de la relance et de la mise sur pied de la Gécamines. Oui juste le prix de ma ceinture vaut tout ça

Aaaaah bo mvuati te !
Oui regardez-vous, vous êtes mal vêtus !
Mal, mal, mal dans votre peau
Mal dans votre tête, mal dans votre corps
Que vous reste-t-il
Habillez-vous svp
Il était comment ! c’est cela la question
La réponse est aussi simple
Bien habillé, bien rasé et bien parfumé.

Kinshasa, août 2013///Article N° : 12092

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire