La choralité du monologue chez Koltès et Kwahulé

Lire hors-ligne :

Le répertoire théâtral koltésien comme celui de Kwahulé varie entre pièces courtes – cauchemardesques et introspectives – et pièces-montages plutôt longues et tournées vers le monde. Dans les deux cas, il y a inscription sur scène des séquelles plutôt angoissantes du colonialisme et/ou des violences que la marge sociale s’inflige à elle-même. Plutôt que de comparer les multiples façons dans lesquelles leurs œuvres s’entrecoupent (thématiques postcoloniales mais aussi facture postmoderne), Judith Miller choisit de regarder de près deux monologues dramatiques : La Nuit j...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore (ou plus) abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Ce contenu vous intéresse ? Africultures a besoin de vous pour continuer d'exister. Alors soutenez-nous !

Laisser un commentaire