Tous les articles

Tous les articles en lien avec « Il ne faut pas nier l’influence, il faut vivre avec. »

  • entretien d’Olivier Barlet avec Hubert Koundé
    Célèbre pour son rôle dans  » La Haine  » de Mathieu Kassovitz, l’acteur Hubert Koundé, d’origine béninoise, tient un des rôles principaux de  » Le Prix du pardon  » du Sénégalais Mansour Sora Wade. Il touche également à la …
  • à propos du Silence de la forêt
    On retrouve dans  » Le Silence de la Forêt  » de Didier Ouénangaré et Bassek Ba Kobhio l’actrice Nadège Beausson-Diagne découverte dans  » Les Couilles de l’éléphant  » du Gabonais Henri-Joseph Kumba-Bididi. Entretien avec u…
  • Etat du cinéma marocain
    A l’occasion de l’inauguration du séminaire  » Les industries culturelles « , organisé à Rabat du 12 au 16 mai 2003 par le secrétariat international du Forum francophone des affaires avec le soutien de l’Agence intergouver…
  • à propos de Ali Zaoua
    Votre film semble être un projet très construit avec une volonté scénaristique très forte. Je sais que vous avez travaillé avec des associations d’enfants des rues. Comment avez-vous procédé au niveau de l’écriture, comm…
  • Siraba, la grande voie
    Un gouverneur a perdu son fils et pense qu’il a été assassiné dans le village où il était instituteur. Les villageois affirment que c’est l’esprit du boa qu’il avait tué qui a fait le coup… Pour se venger, il fait passer…
  • Royal Bonbon
    A l’aube des commémorations du bicentenaire de la révolution haïtienne de 1804, Royal Bonbon arrive comme une importante et éclairante réflexion. Réflexion exigeante certes, car rien n’est évident ou donné dans ce film d…
  • Heremakono – En attendant le bonheur
    Cela commence dans le vent de sable et ce n’est pas un hasard : rien ne sera entièrement clair dans ce film qui ne juge personne, qui ne pose aucune certitude, n’ébauche aucune solution, qui au contraire se situe dans …
  • à propos de Heremakono
    Le film commence par un vent de sable : on y sent une opposition entre une grande clarté d’écriture et cette place laissée au vent, à l’incertitude, au questionnement sans réponse toute faite. Si cette lecture se sent …
  • Abouna
    On attendait avec impatience le nouveau long métrage de Mahamat Saleh Haroun. Ses courts métrages révélaient l’acuité d’un regard teinté d’humour et d’un sens aigu du suspens. Il avait récemment développé avec son premie…
  • Abouna, éloge du respect
    Qu’est-ce qui t’a poussé à aborder un tel sujet ? Le phénomène se développe de plus en plus au Tchad : tous les matins, des communiqués de recherche sont passés à la radio nationale par des femmes dont les maris sont pa…
  • Fespaco 2003 : priorité au cinéma
    Le jury de la 18ème édition du Festival panafricain de cinéma de Ouagadougou (22 février ‘au 1er mars 2003) a couronné « Heremakono » d’Abderrahmane Sissako, un film magnifique mais difficile, réalisé pour la télévision. C…
  • Edito 54
     » On nous dit, et c’est vérité, que c’est partout déréglé, déboussolé, décati, tout en folie, le sang, le vent. Nous le voyons et le vivons. Mais c’est le monde entier qui vous parle, par tant de voix bâillonnées.  » Edo…
  • La culture, une industrie ?
    Du 12 au 16 mai se sont réunis dans la capitale marocaine, à l’initiative du Forum francophone des affaires, une pléiade d’opérateurs culturels et de représentants d’organisations internationales pour une réflexion sans …
  • L’Adieu
    François Luciani avait déjà réalisé L’Algérie des chimères, un téléfilm en deux parties sur la période où les colons républicains prennent possession de l’Algérie malgré la décision de Napoléon III de faire de la colonie…
  • Paris selon Moussa
    La pompe à eau du village étant à bout de souffle, Moussa (incarné par le réalisateur lui-même) est délégué pour en acheter une neuve à Paris. Il se heurtera à tous les déboires de l’immigré : vol, arnaques, contrôles, p…
  • Fatou l’espoir
    Fatou, le retour ! Trois ans après avoir été séquestrée et violée lors de son mariage forcé, Fatou revient à Paris pour un défilé. Car après s’être enfouie, elle a réalisé son rêve à Londres : être coiffeuse chez les gra…
  • Les Chemins de l’oued
    Samy n’a pas le choix : une équipée sauvage s’est mal terminée, un flic est mort, il doit fuir. On n’en saura pas plus : le sujet n’est pas là, l’ellipse lui tourne autour. Le sujet, c’est Samy. Sa famille algérienne l’e…
  • à propos de Le Fleuve
    La référence au Fleuve de Renoir est-elle voulue ? Non, mais je savais que je m’appropriais un peu son patrimoine ! Je suis allé au CNC pour vérifier si je pouvais en reprendre le titre. Mais c’est davantage une référen…
  • à propos de Guerre sans images »
    Une opposition apparaît dans le film entre le cinéma, processus lourd, et la photographie qui se fait beaucoup plus discrète. Michael von Graffenried a fait des photos pendant près de dix ans et on revient sur la trace …
  • Guerre sans images
    De 1992 à 1999, Michael von Graffenried, un photographe suisse, fixe en images une Algérie plongée dans le chaos. Il y retourne avec Mohammed Soudani pour retrouver les gens qu’il a photographié, muni du livre où sont pu…
  • Au nom de mon père
    Figure d’immigré, Paul Musuamba est extrême mais incarne jusqu’à la folie la contradiction inhérente à la perte des racines. « Les fruits de l’exil sont amers », rappelle le réalisateur dans ses rares incursions en voix-ov…
  • Rwanda pour mémoire
    En deux images, le film débute par une position dont il ne se départira pas et nous savons d’entrée que ce regard est juste. Deux images parfaitement émouvantes. La première est un homme et une femme sur un vélo. Ils sav…
  • Vivre positivement
    Il y a une façon de cadrer une personne et de l’éclairer qui la magnifie et souligne son humanité. Fanta Régina Nacro possède cet art et « Vivre positivement », qui regroupe essentiellement la parole des gens, se voit dès …
  • Black
    Le problème de « Black » est vieux comme le monde : à force de vouloir montrer la violence d’une réalité, on est pris au piège du voyeurisme. Délibérément filmé en caméra numérique comme une série B américaine orchestrant …
  • Loin du paradis
    Nous voilà transplanté dans les années 50, dans le milieu bourgeois policé qu’explorait Douglas Sirk dans ses mélodrames vernis. Pourtant, s’il en utilise tous les codes, Todd Haynes ne joue le mimétisme que pour mieux n…
  • Carthage 2002 : le cinéma tunisien entre art et politique
    Les Journées cinématographiques de Carthage ont été marquées par de vifs débats sur la critique et la réception des films tunisiens. Lire les synopsis et critiques des films vus à Carthage dans les liens.Les JCC sont en …
  • entretien d’Olivier Barlet avec François Woukoache (Cameroun)
    Votre démarche actuelle de cinéma est proche de ce qu’avait pu être la Nouvelle Vague : une volonté d’indépendance, d’autofinancement ou presque, d’entraide logistique, de libération des thèmes… Oui, quand on réfléchit …
  • Je chanterai pour toi
    Voilà une méditation sur la vie en forme de blues. A travers le destin de Babacar Traoré, un musicien qui aura fait chanter tout le Mali à l’heure de l’indépendance, c’est l’histoire du pays qui se profile sur un mode in…
  • La Cité de Dieu
    Adapté d’un roman de 600 pages de Paulo Lins, c’est au Brésil Noir que nous transplante ce film, celui des favelas où l’on a rarement la peau blanche. « Fusée » est un jeune de la « Cité de Dieu », une favela marquée par les…
  • à propos de Madame Brouette
    Voilà un destin de femme qui s’affirme : c’est ça qu’il faut montrer aujourd’hui en Afrique ? Il faut être de son temps : s’impliquer mais aussi donner des éléments de réflexion. Donner un visage symbolique d’une femme …
  • La Colère des dieux
    Voilà un projet qu’Idrissa Ouedraogo tente depuis dix ans de réaliser sans en trouver le financement : l’épopée d’un héros de l’Histoire burkinabè, Boukari Koutou (dit Ouobgho), frère du naba Sanem, qui avait refusé le t…
  • Moi et mon Blanc
    Il y a une sorte d’amertume dans « Moi et mon Blanc » que le traitement du film finit par renforcer par toutes ses limites. Un étudiant africain en France employé dans un parking découvre de la drogue et de l’argent qu’il …
  • Waiting for Valdez
    Initié par le programme New Directions financé par la télévision privée sud-africaine M-Net, Waiting for Valdez offre une tranche de vie stylisée remarquablement tournée en noir et blanc ou les représentations enfantines…
  • Source d’Histoire
    En consacrant ce court métrage aux enfants soldats après s’être intéressé aux enfants des rues (Garba, Mouka), Adama Roamba part d’une louable intention mais rate son objectif par la faiblesse narrative de son essai. Com…
  • Rap’bizz
    Rap’biz est une ballade rappée à travers le monde du show bizz, sur les traces d’un rappeur en quête de maison de disques. Sur le mode de la bande dessinée, le film est rythmé, sympathique, très « copain-copain », aussi vo…
  • Rabelados
    « Rabelados » documente une communauté rebelle à la colonisation et aux missionnaires portugais qui poursuit aujourd’hui encore la revendication d’un mode de vie propre. Rythmée par les chants et percussions développées da…
  • Promised Land
    Le propos de Promised Land aurait pu passionner : l’autopsie d’un groupe de fermiers afrikaaners en décomposition, peu à peu découverts par un homme revenant sur le lieu de sa naissance et déstabilisant ce milieu figé pa…
  • Petite lumière
    Avec Petite lumière, AlainGomis franchit encore un pas dans son écriture de l’entre-deux, un pas convaincant et magnifique. Le film débute par un jeu de lumière et d’ombre à la faveur d’une porte ouverte et fermée par un…
  • Madame Brouette
    « Ecoute cette ode, belle femme » : dès le générique, un véritable plaisir de chants et de danses, Moussa Sene-Absa précise son propos : ce film sera un hommage à l’affirmation des femmes. Bien sûr, cela passera par un réq…
  • Les Rescapés de la dérive
    Réfugiés politiques ou paysans fuyant la misère suite aux répercussions sociales de l’unité italienne et aux bouleversements en Sicile en 1890, près de 900 000 Italiens s’exilent en Tunisie durant le 19ème siècle, forman…
  • La leçon de cinéma d’Abderrahmane Sissako
    Invité par la programmation Côté Doc à tenir une leçon de cinéma, Abderrahmane Sissako a, pour la première fois, accepté de parler de lui à un auditoire attentif. Son itinéraire est une leçon sur le cinéma africain comme…
  • L’eau, la terre, la forêt
    David-Pierre Fila revient sur les traces de son premier film tourné chez les pygmées en août 1989, Le dernier des Babingas. L’extraction industrielle du bois a révolutionné leur environnement et ruiné la forêt. En août 2…
  • Le Silence violé
    Le Silence violé part d’un postulat qui me paraît une erreur essentielle : il est important de dénoncer, même si l’on ne suggère pas de solution. Il prend ainsi une situation historique quelconque, l’attaque d’un village…
  • Le Pacte
    « Le Pacte » joue sur un suspens entretenu jusqu’à la fin pour démonter les supercheries des féticheurs encore en vigueur aujourd’hui. Un homme d’affaire s’est engagé à un acte horrible pour que ses affaires marchent. La d…
  • Le Diamant noir
    Mettre en scène l’attirance pour la beauté noire sans la démystifier ne fait que consolider le cliché. Ritualiser la relation peut être une solution, à condition de ne pas tomber dans un esthétisme racoleur. Cette histoi…
  • Le Déchaussé
    Voici le troisième volet de la trilogie débutée avec « Même le vent » et poursuivie par « Baobab ». Et là encore, se dégage une idée simple : pour Laurence Attali, la relation à l’Afrique est une histoire d’amour. Puisant da…
  • Iran, sous le voile des apparences
    Après dix ans consacrés à l’Afrique, le documentariste Thierry Michel (Donka, radioscopie d’un hôpital africain ; Nostalgies post-coloniales ; Somalie, l’humanitaire s’en va en guerre ; Les derniers colons ; Zaïre, le cy…
  • Gorel ou le mil promis
    Tourné dans la région de Gorom-Gorom, à la lisière du désert, Gorel ou le mil promis décrit par l’humour la dépendance vis-à-vis de l’aide alimentaire. Magnifiquement interprété par Rasmané Ouedraogo, le paysan Gorel va …
  • Down under
    Confrontation entre un Noir et un Blanc qui l’accueille chez lui, « Down under » cherche à problématiser le mal-être blanc dans la nouvelle Afrique du Sud. La mort de la femme du Blanc stigmatise la perte de la domination …
  • A Drink in the Passage
    Edwood Semelani, un vieux sculpteur, revient en Afrique du Sud pour une exposition lui rendant hommage. Son entretien avec une journaliste est l’occasion d’un flash-back sur une rencontre qui l’a marqué : alors qu’il ava…